Changer d'édition

Dur dur d'être en Première en 2021
Luxembourg 5 3 min. 18.05.2021

Dur dur d'être en Première en 2021

Les élèves de Première termineront leurs examens à la fin de la semaine. Les résultats des épreuves devraient être connus au mois de juillet.

Dur dur d'être en Première en 2021

Les élèves de Première termineront leurs examens à la fin de la semaine. Les résultats des épreuves devraient être connus au mois de juillet.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 5 3 min. 18.05.2021

Dur dur d'être en Première en 2021

Les examens de fin d'année ont commencé lundi, après une année scolaire oppressante et exigeante. Les élèves ont non seulement dû rattraper leur retard de 2020, mais aussi s'adapter au rythme présentiel-distanciel, sans pouvoir évacuer la pression en extérieur.

(m.d. avec Steve Remesch) C'est la dernière ligne droite pour les élèves de Première. Depuis lundi, 3.380 adolescents ont entamé leur semaine d'examens de fin d'année, qui doit leur permettre de valider leurs acquis et compétences, mais surtout de tourner la page d'une année particulièrement stressante. 


Lokales,Start Premiersexamen- Lycée Robert Schumann.. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Top départ pour les examens de fin d'année
Les épreuves écrites ont commencé ce lundi pour les 3.380 élèves de secondaire inscrits. S'achevant le 21 mai, la semaine a été soigneusement organisée en amont pour éviter la formation de clusters.

«Etre en Première en 2021 a été particulièrement difficile», déclare Michèle Remakel à nos confrères du Luxemburger Wort. La directrice du Lycée Robert Schuman de la capitale estime que même s'ils ont eu «moins d'exigence que par le passé», «rien ne leur a été épargné». D'après elle, les élèves ont non seulement dû rattraper «un retard important accumulé en 2020», mais surtout gérer un stress important. «Beaucoup sont déprimés, nous devions constamment les encourager», note la directrice en soulignant que les Premières ne pouvaient «pratiquement rien faire en dehors de l'école, pas même rencontrer leurs amis».

«Nous avons certainement eu plus à faire pour motiver les élèves et les garder à l'ouvrage que pour mettre fin au programme.» Une situation qui ne devrait pas aller en s'arrangeant après la fin des examens. «Après tout, personne ne sait encore ce qui va se passer à l'université», relève Michèle Remakel. 

«Personne ne voulait tomber malade»

Un sentiment confirmé par les élèves à la sortie de leur première épreuve. «Nous n'avons pratiquement pas eu l'occasion de relâcher la pression», indique Mika Ney. Le jeune homme de 19 ans raconte s'être entraîné au centre de fitness, et s'être de temps en temps promené avec des amis, pour respirer l'air frais. «C'est tout ce qu'on pouvait faire», déplore-t-il.

En sortant de la salle d'examen, Charlotte Holtzem soupire de soulagement. Pas vraiment face à la facilité de l'épreuve, mais parce que «beaucoup d'efforts ont été faits pour mettre en œuvre les exigences liées à la pandémie». Même si le masque n'aide pas à la concentration, souligne-t-elle. 

De son côté, Hubert Pyta raconte avoir été «beaucoup plus prudent que ce qui était exigé» en prévision des examens finaux. «Personne ne voulait tomber malade», explique-t-il, précisant que beaucoup d'élèves entendent partir étudier en France. «Lorsqu'il a été dit au début que les jours d'absence seraient rattrapés en septembre, un nouvel examen aurait conduit les personnes concernées dans une impasse», estime-t-il.

Son camarade de classe, Ivo Silva, exprime quant à lui sa tristesse de voir son lycée s'éteindre à cause de la pandémie. «Après sept ans de lycée, on avait tous hâte d'être en Première.» Non pas pour les examens, mais pour le folklore et les traditions lycéennes comme «la fête du Père Noël, ou le fait de mettre un peu l'école sens dessus dessous le dernier jour de classe». «Tout cela nous a manqué», confie l'adolescent de 19 ans. 


30.04.2020, Baden-Württemberg, Tübingen: Eine Lehrerin bereitet in der Gemeinschaftsschule West Namensschilder für Sitzplätze vor. Ab 4. Mai findet für Abschlussklassen wieder Unterricht statt. Dabei gelten besondere Hygienemaßnahmen, um eine Ansteckung mit dem Coronavirus zu vermeiden. (zu dpa: «Schulen öffnen wieder») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
3.380 élèves du secondaire attendus pour leurs examens
Lundi 17 mai, les épreuves écrites des examens de fin d'études secondaires débuteront. Encore quelques jours de révision avant de se retrouver devant les sujets d'épreuves. Le tout dans le respect de nouvelles règles sanitaires.

S'il gardera un souvenir terni de son année de Première, en raison des règles sanitaires, de l'isolement et du manque de loisirs, Ivo Silva reconnaît que la situation n'a pas eu que des inconvénients. «On passe plus de temps à apprendre, j'étais beaucoup plus concentré que les années précédentes.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les épreuves écrites ont commencé ce lundi pour les 3.380 élèves de secondaire inscrits. S'achevant le 21 mai, la semaine a été soigneusement organisée en amont pour éviter la formation de clusters.
Lokales,Start Premiersexamen- Lycée Robert Schumann.. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
297 cas positifs ont été détectés dans 300 classes au cours de la semaine du 3 au 9 mai, indique vendredi le ministère de l'Education nationale. Soit un très léger recul par rapport à la semaine précédente, même si plusieurs élèves de classes de seconde du Lycée Vauban ont été testés positifs.
Lundi 17 mai, les épreuves écrites des examens de fin d'études secondaires débuteront. Encore quelques jours de révision avant de se retrouver devant les sujets d'épreuves. Le tout dans le respect de nouvelles règles sanitaires.
30.04.2020, Baden-Württemberg, Tübingen: Eine Lehrerin bereitet in der Gemeinschaftsschule West Namensschilder für Sitzplätze vor. Ab 4. Mai findet für Abschlussklassen wieder Unterricht statt. Dabei gelten besondere Hygienemaßnahmen, um eine Ansteckung mit dem Coronavirus zu vermeiden. (zu dpa: «Schulen öffnen wieder») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Depuis lundi, écoliers et lycéens se doivent de pratiquer des tests rapides pour lutter contre la pandémie. Une nouvelle pratique plutôt bien acceptée par les principaux concernés qui assurent «contribuer à la sécurité de tous».
Lok , Grundschule Cents , Luxemburg-Stadt ,Covid Schnelltest Schulen , Corona , Covid-19 , Schule Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le ministère de l'Education a répondu favorablement ce mardi à la demande des lycéens de suspendre le présentiel avant le début des examens de fin d'année. D'autres mesures préventives sont également prévues pour le jour J.