Changer d'édition

Du soutien pour la crèche «L'Abeille»
Luxembourg 30.01.2020 Cet article est archivé

Du soutien pour la crèche «L'Abeille»

LCGB et OGBL font front commun pour que les 47 salariés de la crèche "Attitude L'Abeille" soient informés sur leur avenir.

Du soutien pour la crèche «L'Abeille»

LCGB et OGBL font front commun pour que les 47 salariés de la crèche "Attitude L'Abeille" soient informés sur leur avenir.
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 30.01.2020 Cet article est archivé

Du soutien pour la crèche «L'Abeille»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Une manifestation devant une crèche, voilà qui n'est pas commun. Mais, jeudi matin, les personnels de la crèche du Kirchberg 100% dédiée aux enfants des personnels de la BEI ont marqué leur inquiétude face à une fermeture annoncée.

«Nous réclamons d'abord du dialogue.» Mais depuis un mois, les 47 employées de la crèche «Attitude L'Abeille» n'ont guère pu échanger avec les responsables de l'établissement. Pourtant, voilà un peu plus de quatre semaines qu'elles ont appris que le site était voué à fermer ses portes. En effet, si jusque-là, la Banque européenne d'investissement subventionnait à 100% la crèche, la BEI envisage une autre formule pour contenter ses salariés jeunes parents à la recherche d'une solution de garde pour leur bébé.

Seulement, depuis fin décembre, ni la BEI ni le groupe Sodexo (qui gère les lieux) n'ont pris la peine de venir s'expliquer avec les personnels qui accueillent une centaine de bambins. «Du coup, personne ne sait quand la crèche va cesser son activité et quelles seront les conditions de rupture des contrats de travail», regrette Céline Conter, secrétaire syndical LCGB. Aux côtés de l'OGBL, la militante a donc exprimé ce désarroi et redemandé une entrevue. 

Une claque salariale

Plan social, licenciement collectif, reprise du personnel (compris les agents chargé de la sécurité ou du ménage), plan de maintien dans l'emploi: nul ne sait comment l'aventure de cet établissement atypique par son fonctionnement va se terminer. «Il est clair que certaines professionnelles vont pouvoir retrouver des places ailleurs, mais il faudra voir ce qu'elles perdent au passage», note Céline Conter. 

En effet, jusqu'à présent celles qui faisaient vivre «L'Abeille» étaient rémunérées selon la convention collective du secteur social. Un accord bien plus avantageux que les conditions généralement appliquées dans les crèches privées qui se limitent aux règles du code du travail et du salaire minimum. 


Sur le même sujet

La cessation d'activités d'«Attitude L'Abeille» liée à la Banque européenne d'investissement (BEI) est entérinée depuis vendredi. Les syndicats OGBL et LCGB dénoncent «l'urgence» d'une «décision prématurée» qui concerne les 46 salariés de la structure d'accueil.
Comme il s'agit d'une cessation d'activités, il n'est pas possible pour les syndicats de négocier un plan de maintien dans l'emploi
Bénéficiant du système de chèque-service accueil, les frontaliers belges font le choix de placer leurs enfants dans des structures côté luxembourgeois à des tarifs très avantageux. Au grand dam des pouponnières privées belges proches de la frontière.
Les crèches situées le long de la frontière en province de Luxembourg souffrent de la désertion des bambins au profit des crèches grand-ducales
La crèche "L'Abeille" va fermer ses portes. Les syndicats LCGB et OBGL craignent pour l'avenir des 44 employés de la structure et réservée aux enfants des agents de la Banque européenne d'investissement.
22.2.Kirchberg / BEI / Europa / Europaeische Instanzen / Banque Europeenne Investissement Foto: Guy Jallay
Une vingtaine de nouvelles structures d'accueil pour tout-petits se voient, chaque année, délivrer le précieux agrément du ministère de l'Enfance et de la Jeunesse. Et si le chiffre ne fait qu'augmenter, le mérite en revient plus à des initiatives privées qu'aux communes ou asbl.
Stichwörter: Kind, Kinder, Betreuung, Kinderbetreuung, Crèche, Maison relais, Kindertagesstätte Chèques-Service, Sprachförderung / Foto: © Getty Images