Changer d'édition

Du personnel soignant frontalier réticent à s'installer
Luxembourg 3 min. 20.03.2020 Cet article est archivé

Du personnel soignant frontalier réticent à s'installer

La majorité des personnels soignants frontaliers ne s'installeront au Luxembourg qu'en cas de force majeure.

Du personnel soignant frontalier réticent à s'installer

La majorité des personnels soignants frontaliers ne s'installeront au Luxembourg qu'en cas de force majeure.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 20.03.2020 Cet article est archivé

Du personnel soignant frontalier réticent à s'installer

Si l'appel du pied lancé par le gouvernement à se loger au Luxembourg est unanimement apprécié, les professionnels de santé tardent à passer à l'acte. A ce jour, 160 demandes ont officiellement été déposées, selon les données disponibles ce vendredi.

(DH) -  Si un élan de solidarité envers les personnels soignants trouve un écho très favorable et si 2.000 chambres d'hôtel ont été mises à disposition, les frontaliers concernés semblent hésiter à franchir le pas. Preuve en est le nombre de demandes officielles parvenues à ce jour. A savoir «160 demandes fermes et d'autres avec le conditionnel, selon la suite à donner à cette crise », indique François Lafont, directeur du Luxembourg Convention Bureaux, l'organisme chargé de gérer les dossiers.

Au total, ce sont donc un peu plus de 10% des 11.600 personnels soignants résidant hors du Luxembourg qui se sont engagés à bénéficier de la prise en charge offerte par le gouvernement. A noter qu'à ce jour, les dossiers enregistrés font état de demandes très largement allemandes et françaises. L'idée semble moins convaincre les Belges.


Lokales, Coronavirus, Covid-19, Paulette Lenert, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Un système sanitaire très dépendant des frontaliers
L'annonce, faite lundi de demander aux hôteliers de proposer des solutions de logements pour certains salariés du secteur sanitaire afin qu'ils puissent «s'installer avec leur famille au Grand-Duché» démontre la dépendance du système sanitaire luxembourgeois.

«Je comprends la réticence de mes collègues qui ont une famille et des enfants », témoigne Benjamin, aide-soignant à la clinique Bohler qui a, lui, officiellement introduit une demande. «Pour ma part, je suis célibataire et j'habite un petit appartement dans l'est du département de la Moselle», indique-t-il en précisant que sa nouvelle adresse lui permettra «d'éviter des trajets et des passages par l'Allemagne.»    

Ludivine, elle qui nous a laissé un message sur notre page Facebook, ne compte pas s'installer au Luxembourg. Même en cette période de crise sanitaire. «C'est bien trop compliqué», assure-t-elle en référence au fait de «déménager sa famille, ses animaux, etc... » Selon elle, «tout est une question de mesure, à commencer par de ne pas être bloquée des heures à la frontière.»  


CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Le Luxembourg, véritable aimant pour les infirmiers
Si les besoins en matière de soins ne cessent de croître dans le pays, cette demande touche directement les pays voisins, puisque plus de la moitié du personnel soignant n'est pas luxembourgeois. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les hôpitaux de l'autre côté des frontières.

Pour Gaëlle et Robert, tous deux infirmiers au CHL, aux urgences et en psychiatrie, la question ne se pose pas. «En tout cas pas encore», assurent-ils. Parents de deux enfants de neuf et cinq ans, propriétaires d'une maison avec un grand jardin où vivent des poules pondeuses, le confinement imposé n'est pour l'heure pas oppressant. 

«De plus, travaillant tous les deux au CHL, nous nous organisons pour garder les enfants… Et pour assurer les cours à la maison», précise Robert qui éprouve le besoin de retrouver son chez-soi pour «décompresser». Un chez-lui qu'il a d'ailleurs aménagé, avec une pièce et une douche au rez-de-chaussée, «pour prendre les mêmes précautions sanitaires qu'à l’hôpital».

«La proposition du gouvernement a été appréciée par tout le monde», ajoute-t-il encore, «mais, comme mes collègues, nous sommes d'avis qu'il nous faut une véritable coupure avec le travail.» Pourtant, en cas de force majeure, le couple se dit prêt à franchir le cap. «Si les frontières sont fermées, ce sera la seule solution. Et puis, c'est notre métier. Nous avons choisi de nous mettre au service des patients, alors nous le ferons même si nous ne savons pas quand cette crise prendra fin», assure Robert.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La pandémie de coronavirus expliquées en graphiques
Apparu en décembre 2019 en Chine, le covid-19 s'est depuis propagé dans plus de 110 pays à travers le monde. Au Grand-Duché, sept cas ont officiellement été détectés et plusieurs dizaines de personnes ont été placées en quarantaine. Retour en chiffres sur un phénomène mondial.
«Restez à la maison pour protéger les autres»
Stefano Polignano figure parmi les personnes infectées par le coronavirus au Luxembourg. Il s'est confié au Luxemburger Wort et évoque sans tabou les symptômes de la maladie, ses conditions d'isolement. Son message: «Evitez d'être négligent».
Stefano Polignano ist nach sechs Tagen in Isolation auf dem Weg der Besserung.
En fermant ses frontières, l'UE veut (se) rassurer
«Se protéger de l'extérieur et se montrer plus souple à l'intérieur.» Les Européens ont décidé mardi soir de cadenasser l'accès à leur territoire afin de tenter d'endiguer la pandémie de nouveau coronavirus dont le Vieux continent est plus que jamais l'épicentre.
16.03.2020, Baden-Württemberg, Weil am Rhein: Ein Bundespolizist mit Atemmaske kontrolliert am Grenzübergang zur Schweiz ein Fahrzeug. In der Coronavirus-Krise führt Deutschland am Montag umfassende Kontrollen und Einreiseverbote an den Grenzen auch zur Schweiz ein. Foto: Patrick Seeger/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Face au coronavirus, le bon sens comme leitmotiv
Alors que le pays se retrouve dans une phase où il est avant tout question de limiter la propagation du Covid-19, le gouvernement planche sur les différents cas de figure qu'il faudra mettre en place en cas d'aggravation de la situation. Tour...
Ansteckende Krankheiten - Service des Maladies infectieuses du CHL - coronavirus -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort