Changer d'édition

Du Fonds du logement aux inégalités sociales
Luxembourg 5 min. 12.03.2019

Du Fonds du logement aux inégalités sociales

Le siège du Fonds du logement se situe sur le boulevard Marcel Cahen dans le quartier de Merl à Luxembourg-Ville.

Du Fonds du logement aux inégalités sociales

Le siège du Fonds du logement se situe sur le boulevard Marcel Cahen dans le quartier de Merl à Luxembourg-Ville.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 5 min. 12.03.2019

Du Fonds du logement aux inégalités sociales

La réforme de l'établissement public est entrée en vigueur en 2017 mais le CSV estime que cela n'a guère apporté d'améliorations. Une séance à la Chambre s'est déroulée mardi pour en débattre mais elle a vite débordé sur les disparités en termes de logement et d'accès à la propriété.

Depuis 2013, rien ne va plus au Fonds du logement, à en croire le CSV. Une position défendue mardi après-midi à la Chambre par Marc Lies qui a énuméré les erreurs commises par la coalition DP-LSAP-Déi Gréng.

Pour le CSV, celles-ci commencent dès 2015, avec le licenciement de l'ancien directeur, Daniel Miltgen, et les changements au niveau des ressources humaines qui s'en sont ensuivis.

Pour Marc Lies, «les deniers publics ont été mal utilisés voire dilapidés par des salaires et un loyer élevés». Le député chrétien-social fait référence à l'installation du Fonds en 2018 dans le bâtiment White Pearl, situé boulevard Marcel Cahen à Merl et dont le loyer s'élève à 120.000 euros hors TVA par mois.

Mais c'est surtout la productivité du Fonds du logement qui a été fortement critiquée ce mardi à la Chambre des députés. Pour le porte-parole du CSV, celle-ci va de mal en pis car les chiffres de 2013-2018 sont inférieurs à ceux de 2009-2013, comme le montre le rapport annuel du Fonds du logement qui n'est pas encore disponible mais en partie consultable sur le site du ministère du Logement.

Les logements achevés par le Fonds du logement sont la plupart du temps moins nombreux que ceux achevés par la société nationale des habitations bon marché (SNHBM). En 2016, seulement 19 unités de logements ont été achevées. «Entre 2009 et 2013, la productivité était de 2,11 unités de logements par an et par employé», précise le député qui s'étonne ensuite qu'«entre 2013 et 2018, le Fonds ne produise que 1,21 unité de logement par an et par employé alors que la SNHBM en a construit 1,9 par an et par employé».

Selon le rapport annuel du ministère du Logement, le Fonds du logement a réalisé en 2018 six projets, ce qui représente 133 appartements.

Des données qui font tiquer Marc Lies qui rappelle que «selon le plan quinquennal, un total de 600 appartements, ce qui représente 120 unités de logement, sont prévus pour les années 2019 à 2023. Ce qui n'est pas un grand succès», avant d'ajouter que d'après lui,

il est certain que le gouvernement précédent a ruiné la réforme du promoteur immobilier public» .

Le CSV appelle à une révision des forces et des faiblesses de la réforme et, par conséquent, à procéder aux ajustements nécessaires. «Pour sa part, le parti de l'opposition va mettre sur la table un certain nombre de propositions de réforme», a déclaré le député du CSV.

Ouverture du débat vers le social

Max Hahn (DP) et Henri Kox (Déi Gréng) ont rappelé le nombre de discussions  qui ont déjà eu lieu à la Chambre des députés et en commission du logement à propos du promoteur immobilier public. Le député ADR, Roy Reding, a fait preuve d'indulgence à l'égard du Fonds et a déclaré qu'il fallait lui donner une chance.

Du côté du LSAP, le député Yves Cruchten a déclaré: «Nous devrions laisser le Fonds du logement fonctionner mais il est important d'ouvrir le débat sur la répartition inégale des richesses dans notre société. Compte tenu des chiffres récemment publiés par le ministère du Logement sur la propriété des terrains à bâtir, le LSAP ne voit qu'un seul moyen : augmenter les impôts».

Le député socialiste a déclaré qu'il attendait beaucoup de la réforme de l'impôt foncier et n'a pas non plus exclu un impôt sur la fortune: «Car nous ne disposons pas de nombreux instruments pour éliminer les inégalités», a-t-il précisé se ralliant ainsi à l'avis du président du LSAP, Franz Fayot, qui avait relancé le débat sur l'impôt sur la fortune dans un récent article publié dans le Luxemburger Wort.

Le député déi lénk, David Wagner, est également allé dans ce sens lors de son intervention, en évoquant la possibilité d'une taxation plus forte du patrimoine privé. Il en a profité pour déclarer la guerre aux grands propriétaires de terrains «qui font du profit sur le dos des citoyens ordinaires ».

Henri Kox n'avait pas non plus l'intention de limiter son discours au Fonds du logement. Il a critiqué le fait que «plus de la moitié des communes ne veulent rien avoir affaire avec la construction de logements sociaux » et a demandé à Marc Lies, bourgmestre de la commune de Hesperange et qui a de l'expérience avec les promoteurs publics, d'aider  à «faire participer d'autres communes».

«Le calcul du CSV est trompeur»

Suite à ces interventions, la ministre du Logement, Sam Tanson, a pris la parole et a rappelé l'importance «de ne pas se blâmer constamment les uns les autres et de faire une analyse de la situation».

Pour la ministre, il est évident que «le parc de logements sociaux ne me suffit pas et qu'il faut faire quelque chose».

Elle a tout de même défendu le Fonds du logement qui, «avait 2.000 appartements en locatif à gérer par 50 % de ses employés. Par conséquent, le calcul de productivité du Fonds par le CSV est trompeur», a-t-elle noté.

En ce qui concerne le loyer mensuel de près de 120 000 euros, Sam Tanson a déclaré que les bureaux au White Pearl n'étaient pas prévus au départ et sont une solution temporaire. Il est donc prévu que le Fonds du logement déménage à terme.

(mig - traduction VO)

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un caillou dans la chaussure du Pacte Logement
Comme le ministre du Logement la veille, le CSV a présenté vingt-trois mesures visant à mobiliser les terrains à bâtir. Pour contrer la pénurie de logements, État et communes doivent devenir plus actifs.
Le CSV est favorable à l'introduction d'une taxe pour lutter contre la spéculation foncière et immobilière.
Le Fonds du Logement cible les familles nombreuses
Le principal établissement public dédié au logement social a mis en chantier plusieurs dizaines d'habitations à destination des ménages avec plus de deux enfants, annonce le ministre du Logement. Ce qui va tripler l'offre pour une catégorie particulièrement impactée par la crise du logement.
Les appartements qui sortent de terre sont rarement accessibles aux ménages les plus modestes du pays, notamment à cause de la faible activités des acteurs sociaux du logement.
«Tout est bien organisé au Fonds du logement»
Des départs à répétition, une escroquerie et une tentative de vol, le Fonds du logement a navigué en eaux troubles ces derniers mois. Diane Dupont, toujours à la tête du principal bailleur social du pays, prend la parole pour la première fois depuis le départ d'Eric Rosin, en février 2019.
ITV Diane Dupont / Fonds du logements/ Portrait / 14.03.2019/ Foto : Caroline Martin
Le Fonds du logement de nouveau en eaux troubles
Suite au départ de son directeur, Eric Rosin, le Fonds du logement se trouve de nouveau dans l'incertitude. C'est Diane Dupont, la présidente du conseil d'administration, qui assure pour l'instant l'intérim.