Changer d'édition

Du carburant plus vert pour les avions au Findel
Luxembourg 3 min. 29.03.2022
Aviation

Du carburant plus vert pour les avions au Findel

lux-Airport investit dans la production du fuel synthétique.
Aviation

Du carburant plus vert pour les avions au Findel

lux-Airport investit dans la production du fuel synthétique.
Photo: Pierre Matgé/archive
Luxembourg 3 min. 29.03.2022
Aviation

Du carburant plus vert pour les avions au Findel

lux-Airport investit dans la production de carburant d'aviation durable basé sur l'énergie renouvelable grâce à l'acquisition d'une partie de la société Norsk e-Fuel.

Les avions décollant du Findel voleront bientôt avec du carburant plus vert. C'est l'objectif que poursuit lux-Airport en acquérant une partie de la société Norsk e-Fuel. 


La mise en conformité de l'aéroport du Findel avec le règlement européen s'avère aujourd'hui «conforme et opérationnelle», alors que pourtant, la pandémie du coronavirus avait entraîné le report à 2021 de l'échéance initialement prévue pour septembre 2020.
Deux millions de passagers en 2021 au Findel
L'aéroport de Luxembourg a subi une baisse du nombre de passagers de plus de 50% en 2021 en comparaison avec 2019. Toutefois, le trafic lié au fret a connu une grosse augmentation.

Car s'il est bien un secteur qui fait partie des gros émetteurs de CO2, c'est celui de l'aviation. Au total, celui-ci représente un peu moins de 4% des émissions  de gaz à effet de serre de l’Union européenne. Mais à cause de la croissance record du trafic-le nombre de passagers aériens a triplé depuis 1993- l’aviation, comme les transports maritimes internationaux, sont la source d’émission à la croissance la plus rapide. Et donc, des secteurs clés pour la réduction des émissions de CO2.

Au moins 5% de carburant durable

lux-Airport a donc décidé de relever le défi. Et de se préparer en vue de répondre à l'objectif européen qui devra être atteint pour 2030. A cette date, tous les aéroports de l'UE accueillant plus d’un million de passagers ou 100.000 tonnes de fret seront obligés d'utiliser dans leur consommation totale de carburant au moins 5% de carburant durable.

Après avoir obtenu la certification «neutralité» (niveau 3+) du programme Airport Carbon Accreditation de l’ACI, lux-Airport intensifie donc son engagement environnemental en investissant dans la production de fuel synthétique ou e-Fuels, élément important du carburant aviation durable (SAF), et ce, afin de respecter les directives «Fit for 55» de la Commission européenne,  qui a pour objectif de réduire les émissions de CO2 de 55% d'ici 2030.

Une première unité de production en Norvège

Norsk e-Fuel (NEF) est une société leader dans le développement de la production d'e-Fuel grâce à ses partenaires industriels ou experts en technologie et ses brevets innovants. Ce carburant durable permet de réduire les émissions sur l'ensemble du cycle de vie jusqu'à 99% par rapport aux carburants classiques. De plus, sa production n'entre pas en concurrence avec la sécurité alimentaire par rapport à l'utilisation des terres agricoles.

La première unité de production de Norsk e-Fuel est prévue à Mosjøen en Norvège, site qui fournit les quantités d'énergie renouvelable et les infrastructures nécessaires.  

Un impact limité sur le prix des billets

Le début de la production est prévu pour 2024. lux-Airport valorise ainsi le développement de la production de carburant d'aviation durable à partir d'électricité renouvelable, de CO2 capté dans l'air et d'eau.

L'utilisation de ce nouveau carburant de synthèse ne devrait toutefois pas trop se répercuter sur les prix des billets, étant donné que cette énergie ne représente qu'un petit pourcentage de l'ensemble du carburant. La hausse pourrait s'élever de 20 à 30 euros dans un premier temps, avec un retour à l'équilibre par la suite.

28% de carburants de synthèse

D'ici 2050, l'objectif de la Commission européenne pour l'industrie de l'aviation est de remplacer les combustibles fossiles utilisés dans l'Union européenne par un quota de 63% de SAF en 2050. Ce pourcentage comprend une part de 28% de carburants de synthèse (carburants renouvelables d’origine non biologique). 

Ce nouvel investissement vient donc s'ajouter aux initiatives déjà entreprises par lux-Airport pour réduire les impacts environnementaux de ses activités.  Parmi ces initiatives, citons l'utilisation de l'électricité renouvelable, l’investissement dans un éclairage LED, l'optimisation de l’utilisation des ressources énergétiques, la réduction de la consommation d'eau, ou encore la récupération de l'eau de déverglaçage des avions.

La mise en œuvre d'espaces verts en faveur de la biodiversité, l'utilisation de véhicules électriques, le renforcement du tri et du recyclage des déchets sont d'autres exemples probants de projets qui contribuent à une exploitation de l'aéroport plus respectueuse de l’environnement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Commission européenne présente ce mercredi «Fit for 55», un ensemble de mesures visant à réduire de 55% ses émissions carbone d'ici 2030. La création de «puits de carbone», la fin des voitures à essence et le développement d'un fonds social en font partie.
Le pays a produit 3,7% de dioxyde de carbone supplémentaires entre 2017 et 2018, selon les données d'Eurostat publiées mercredi. Il figure parmi les plus gros émetteurs dans ce domaine au niveau européen.
Les émissions réelles de CO2 et de consommation de carburant de voitures immatriculées en 2014 en Europe ont été en moyenne de 40% supérieures aux chiffres des constructeurs et cet écart s'accentue, affirme un rapport de l'ONG Transport & Environnement (T&E), qui demande aux gouvernements européens de s'intéresser aussi aux moteurs essence.