Drosbach, Kirchberg, Office des publications

Une secte s'infiltre dans des formations de la Commission européenne

Kirchberg, Drosbach, Office des publications sont les lieux où les formations portant sur la méditation transcendantale ont été données au sein de la Commission européenne courant octobre 2017.

Par Virginie Orlandi

Une centaine de fonctionnaires européens a participé durant le mois d'octobre à des formations de gestion du stress grâce à la méditation. Mais la méthode scientifique présentée s'est vite apparentée à une secte référencée en France et en Belgique et identifiée au Luxembourg: "Méditation transcendantale - Maharishi Mahesh Yogi".

Les 12, 19 et 26 octobre, une société de formation professionnelle a pris ses quartiers dans les locaux de la Commission européenne situés au Kirchberg, à Gasperich et à la Gare pour présenter sa méthode de gestion du stress devant une centaine de fonctionnaires européens curieux de découvrir les moyens d'alléger leur charge mentale grâce à la méditation transcendantale. 

"La conférence a débuté dans une bonne ambiance", nous explique Vera*, une fonctionnaire de la Commission européenne, "le formateur nous a expliqué les bénéfices de la méditation sur la santé et comment sa méthode pouvait nous aider à développer de meilleures compétences dans notre travail".

John*, présent lui aussi à cette conférence mais travaillant dans un autre service, acquiesce et poursuit:

"Le formateur nous a donné des explications vagues et généralistes à travers des graphiques qui s'appuyaient sur maintes études scientifiques. On nous a expliqué qu'on allait ainsi pouvoir éviter le burn-out ou l'AVC en nous inspirant de la méthode "Maharishi Mahesh Yogi", un Indien qu'on voyait en photo sur la plaquette de présentation".

Ces deux fonctionnaires, francophone pour l'une et anglophone pour l'autre, appartiennent à des services distincts et ont assisté à cette conférence à des dates et dans des bâtiments différents. Leur stupéfaction est pourtant la même.

"Il s'agissait d'une présentation commerciale qui avait pour but de nous amener à poursuivre notre démarche de formation professionnelle en dehors de la Commission", reprend Vera. "Pourtant, cette conférence nous a été présentée comme une formation professionnelle référencée dans notre système interne de formation: EU Learn".

"Ce n'était pas une formation professionnelle"

Du côté de l'administration des ressources humaines de la Commission européenne, interrogée sur le sujet, "l'utilisation d'un outil informatique comme EU Learn pour gérer les participants à une conférence n'a pas pour effet de conférer à celle-ci le caractère de "formation professionnelle" et encore moins celui de "formation professionnelle organisée par la Commission".

Cependant, pour ces deux fonctionnaires, le seul fait que la conférence apparaisse dans la base de données des formations professionnelles la place, de fait, dans cette catégorie.

"Je me suis rendu à cette conférence justement pour ça", commente John, surpris de la réponse de la Commission, "car pour apparaître dans notre système, elle a dû être validée par la Commission !"

Ouverture de EU Learn aux syndicats

Comment la base de données peut-elle contenir des formations professionnelles qui ne sont pas organisées par la Commission?

Depuis quelque temps, l'administration de la Commission européenne offre à des organisations syndicales professionnelles un certain nombre de moyens leur permettant d'organiser, à leur demande, des conférences en lien avec le développement personnel et professionnel des employés européens. La série de conférences du mois d'octobre portant sur la méditation était proposée par le syndicat "Solidarité européenne".

Ces moyens incluent la mise à disposition d'une salle ainsi que l'utilisation d'un outil informatique de gestion des participants, la base de données EU Learn.

"L'administration n'interfère pas avec les activités syndicales et ne décide pas des intervenants susceptibles d'être invités à s'exprimer dans ce cadre", reprend le porte-parole de la Commission. "Nous nous appuyons sur un principe de coopération loyale avec les syndicats et à aucun moment 'Solidarité européenne' n'a fait mention d'un lien avec une secte et l'administration de la Commission n'a aucun lien avec 'Méditation transcendantale - Maharishi Mahesh Yogi' ". 

Repérée au Luxembourg depuis les années 70

"Méditation transcendantale - Maharishi Mahesh Yogi" est pourtant répertoriée comme secte en Belgique et en France et identifiée au Luxembourg depuis 1993.

En 2013, le Centre d'information et d'avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN) conclut, en Belgique, que "les affirmations du mouvement Maharishi concernant la supériorité scientifique constatée de leur forme de méditation sont totalement fausses et relèvent du charlatanisme".

En France, le rapport parlementaire numéro 2468 classe Maharishi comme un mouvement sectaire ayant entre 2.000 et 10.000 adeptes dans l'Hexagone.

Et au Luxembourg, la commission diocésaine "Nouvelles Religiosités et Évangélisation" de l'archevêché qui veille au recensement et étudie les nouvelles croyances et les nouveaux mouvements religieux dans le pays, a identifié "Méditation transcendantale" depuis 1993 bien que celle-ci soit présente dans le pays depuis les années 70.

L'abbé Paul Goerens, responsable du service, dit "ne pas être au courant de la présence de 'Méditation transcendantale' dans les formations professionnelles de la Commission européenne. "Ceci dit, ajoute-t-il, ça ne m'étonne pas outre mesure. La méditation transcendantale a la prétention d'être une 'science', ce qui aujourd'hui a des chances de bien passer, même si les idées peuvent être farfelues".

"C'est individuel et 900 euros"

Parmi les fonctionnaires européens, la colère gronde néanmoins et nombreuses sont les personnes, ayant assisté à ces formations, choquées qu'un tel organisme puisse œuvrer au sein des Institutions européennes.

"Le formateur nous a expliqué son itinéraire personnel et des témoignages vidéos de personnes méditant au quotidien nous ont été présentés", poursuit John. "Les participants ont commencé à trouver tout ça étrange et les choses ont mal tourné lorsqu'ils ont voulu avoir de plus amples explications sur la méthode à adopter pour pratiquer la méditation dans la vie de tous les jours".

Réponse du formateur: "Si vous voulez le savoir, inscrivez-vous via le formulaire que je vous fais passer, vous devez venir dans nos bureaux à Bertrange et une deuxième séance vous sera offerte. Puis, je vous délivrerai votre mantra personnel et un suivi. La méditation ne se pratique pas en groupe mais individuellement", rapporte Vera que ces propos ont plus qu'interloquée.

Coût de ce deuxième rendez-vous au sein même de la société de formation professionnelle : 900 euros. "La salle s'est offusquée et les gens sont partis", concluent les deux fonctionnaires.

Le cycle de conférences a disparu

Depuis, Vera et John sont allés vérifier dans la base de données et la formation a disparu du système.

Pour l'administration de la Commission européenne, "il s'agit d'événements uniques ayant eu lieu en octobre et aucun autre événement de ce type n'est programmé. C'est pour cette raison qu'il n'y avait pas lieu de les maintenir dans l'outil informatique, EU Learn".

L'administration assure néanmoins qu'elle "rappellera aux organisations syndicales professionnelles que dans le plein respect de la liberté syndicale, leurs initiatives en matière de conférences doivent respecter le principe de neutralité de la fonction publique et s'inscrire dans le respect des valeurs énoncées dans la Charte des droits fondamentaux".


Mise à jour: 

Depuis la publication de cet article, Commission européenne, syndicat et gouvernement se renvoient la balle concernant la présence d'une secte dans des formations de fonctionnaires européens. Nous avons voulu savoir qui surveille les dérives sectaires au Luxembourg et comment il est possible que l'attention de la Commission ait été déjouée par "Méditation transcendantale - Maharishi Mahesh Yogi". A lire ici.


* Prénoms d'emprunt 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.

Merci de bien vouloir noter que les commentaires publiés sur ce site sont contrôlés et validés avant leur publication par nos modérateurs. Saint-Paul Luxembourg ne saurait être tenu pour responsable des commentaires et réactions publiés par des utilisateurs des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) portant sur un article publié sur un de ses sites.