Changer d'édition

Droit de vote des étrangers: Comment ont-ils vécu le «non» des Luxembourgeois?
Luxembourg 1 2 min. 08.06.2015 Cet article est archivé

Droit de vote des étrangers: Comment ont-ils vécu le «non» des Luxembourgeois?

Luxembourg 1 2 min. 08.06.2015 Cet article est archivé

Droit de vote des étrangers: Comment ont-ils vécu le «non» des Luxembourgeois?

Résidents étrangers au Luxembourg, frontaliers français ou belges nous racontent au lendemain du référendum, comment ils ont vécu le «non» très clair des Luxembourgeois pour le droit de vote des étrangers.

PAR MAURICE FICK

C'est «dommage mais pas choquant», vraiment «sévère» ou «un petit peu décevant» seulement. Résidents étrangers au Luxembourg de longue date ou depuis peu, frontaliers français ou belges, ils nous racontent au lendemain du référendum, comment ils ont vécu le «non» très clair des Luxembourgeois pour le droit de vote des étrangers.

Installée au Luxembourg depuis plus de douze ans, Carla dit avoir «été étonnée du degré de sévérité» avec lequel les électeurs luxembourgeois ont voté «non», au référendum du dimanche 7 juin 2015, à la question cruciale portant sur l'octroi du droit de vote aux résidents étrangers. Rappelons que la réponse des électeurs a été, on ne peut plus claire, puisque 78,98% d'entre eux ont voté «non».

Une «forte majorité» qui a «étonné» Carla d'autant qu'elle a clairement constaté, par son propre vécu une «ouverture des Luxembourgeois par rapport aux étrangers résidents».

Guillaume, également installé au Luxembourg, l'a appris lundi matin. Il estime que ce «non» n'est «pas vraiment surprenant. Ce résultat était escompté pour ceux qui sont frontaliers et vivent ici. Mais je pense qu'il faut respecter la souveraineté des Luxembourgeois». Il comprend et contextualise le référendum mais avouera tout de même être personnellement «un petit peu déçu».

«Ce n'est pas si négatif que cela»

Frontalière française depuis plus de dix-sept ans, Catherine, venue de Moselle, «comprend l'opinion des Luxembourgeois». Et elle a la sienne: «Les résidents qui veulent participer au niveau politique peuvent apprendre la langue et se faire naturaliser», explique-t-elle.

Philippe, frontalier d'origine belge, «n'est pas surpris» et trouve que le vote exprimé lors du référendum «n'est pas si négatif que cela». Il pense davantage que les électeurs luxembourgeois «veulent se protéger un peu des mauvaises choses qui se passent dans les pays limitrophes ou étrangers où on a accordé le droit à certaines personnes de voter sans qu'elles maîtrisent nécessairement la politique locale du pays dans lequel elles résident».

Originaire de Moselle-Est, Benjamin n'est pas étonné de l'issue du vote. Il pense simplement que «c'est un peu dommage, dans l'idée européenne, de dire non aux résidents étrangers mais ce n'est pas choquant.»



Sur le même sujet

Référendum: Cohabiter ou vivre ensemble ?
Le Luxembourg et ses résidents étrangers : la question du droit de vote à accorder à ces derniers dans le cadre des législatives est celle qui divise le plus le pays. Déficit démocratique, droit de vote, devoir électoral et tensions entre étrangers et Luxembourgeois au prisme des résultats dévoilés par une enquête d'opinion courant mai.
Enquête d'opinion PolitMonitor: Pas de majorité pour le vote des étrangers
C'est une fracture qui se dessine au fur et à mesure des enquêtes d'opinion réalisées depuis novembre sur les trois questions du référendum à venir : si une nette majorité des résidents se prononce en faveur du vote des étrangers aux législatives, cette proposition ne séduit qu'une minorité des électeurs, ceux-là mêmes qui s'exprimeront le 7 juin.
Sondage sur le Référendum: Le droit de vote des étrangers divise l'électorat
48% des résidents luxembourgeois sont pour l'attribution du droit de vote aux étrangers, tandis que 44% sont contre. Et la moitié des électeurs luxembourgeois interrogés ne trouvent pas correct que la question de la séparation de l'Eglise et de l'Etat soit éliminée du référendum. Voilà ce qui ressort du dernier sondage TNS-Ilres commandé par le Luxemburger Wort et RTL en vue du référendum du 7 juin 2015.