Changer d'édition

DP et Déi Gréng, grands gagnants des européennes
Luxembourg 16 3 min. 26.05.2019 Cet article est archivé

DP et Déi Gréng, grands gagnants des européennes

DP et Déi Gréng, grands gagnants des européennes

Photo: Lex Kleren
Luxembourg 16 3 min. 26.05.2019 Cet article est archivé

DP et Déi Gréng, grands gagnants des européennes

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
En obtenant 21,4% des voix et en gagnant un siège au détriment du CSV, les libéraux sortent renforcés du scrutin de dimanche. Les écologistes, pour leur part, arrivent en troisième position avec 18,91% des suffrages.

Nouvel équilibre des forces politiques au Luxembourg.Si le DP et le CSV font pratiquement jeu égal lors de ces élections européennes - 21,44% pour les libéraux contre 21,10% pour les chrétiens-sociaux -, les résultats des deux partis sont radicalement différents. Alors que les premiers enregistrent une progression (+6,67 points) leur permettant de décrocher un deuxième mandat européen, les seconds voient leur résultat fortement reculer (-16,55). Et perdre pour la première fois leur hégémonie nationale à Strasbourg, le CSV ne représentant désormais plus la moitié du contingent luxembourgeois au Parlement européen.

Une réalité qui n'a pas échappé à Xavier Bettel, qui en profite pour souligner «le résultat historique» du DP, lié selon lui à l'engagement proeuropéen du parti libéral. Un message à destination nationale, mais aussi internationale au vu des résultats globaux où les populistes parviennent à faire une percée.

Concrètement, Charles Goerens ne sera plus le seul élu DP puisqu'il sera accompagné pour la législature 2019-2024 par Monica Semendo, ancienne présentatrice de RTL lancée en politique à l'occasion des dernières législatives.  Côté CSV, ce sont Christophe Hansen et Isabel Wiseler Santos-Lima qui siègeront. Dans un message posté sur Twitter, le CSV indique «être content du résultat» obtenu dimanche soir et affirme que «le renouveau du parti suit son cours».


À noter le résultat de Déi Gréng, qui passe de 15,01% à 18,91%. Tilly Metz, en poste depuis 2017 et le retour de Claude Turmes au Luxembourg, conservera son poste. Le parti semble bénéficier de la vague verte qui touche plusieurs pays européens, dont l'Allemagne.

Le LSAP, de son côté, enregistre un léger mieux (+,044) en termes de voix et conserve son siège au Parlement européen. Les socialistes devraient être représentés pas Nicolas Schmit. A moins que ce dernier ne soit proposé par le gouvernement au poste de commissaire européen. Il serait alors remplacé par Marc Angel.

Avec 10,04% - contre 7,53% en 2014 -, l'ADR rate son pari de siéger à Strasbourg. Gast Gibéryen devra attendre un peu avant de céder sa place de député à Fred Keup. Contrairement aux législatives, Piraten n'aura pas créé la surprise dimanche, en obtenant 7,70% des suffrages, en nette progression toutefois par rapport à 2014 (4,23%). Un score nettement supérieur à celui de déi Lénk (4,83%), en recul par rapport au dernier scrutin européen. Pour sa première participation au Luxembourg, Volt récolte 2,11% des suffrages. Idem pour déi Konservativ qui totalise 0,53%.

Pour mémoire, 285.435 électeurs étaient inscrits pour ces élections européennes, dont 22.575 non- Luxembourgeois. Sur les 60 candidats en lice, 28 étaient des femmes, en vertu de la loi sur la parité sur les listes électorales. Au final, malgré le léger déséquilibre, la parité sera parfaitement respectée au Parlement européen.



Sur le même sujet

Selon les résultats du Sonndesfro, réalisé par TNS Ilres pour le Luxemburger Wort et RTL, les trois partis au gouvernement perdraient un siège au Parlement si les élections avaient lieu ce dimanche. Ce qui aboutirait à la perte de leur majorité absolue.
IPO , LSAP DP Drei Greng Regierung , Gambia II , Conseil des Ministres , Regierungsrat , vlnr Schneider , Bausch , Bettel Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Avec un peu de plus de 23% des suffrages, le Rassemblement de Marine Le Pen apparaît comme le premier parti lors de ces élections européennes dans l'Hexagone. Le royaume, lui, enregistre une percée du Vlaams Belang.
Head candidate of the French far-right Rassemblement National (RN) list Jordan Bardella reacts after the announcement of initial results during an RN election-night event for European parliamentary elections on May 26, 2019, at La Palmeraie venue in Paris. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)
Les Européens se sont rendus aux urnes en rangs serrés pour élire le nouveau Parlement européen, au dernier jour du scrutin entamé jeudi aux Pays-Bas et Royaume-Uni, qui s'est achevé dimanche dans 21 pays dont l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne.
Alors que Xavier Bettel estime que la future majorité au Parlement européen mettra en avant «les valeurs que l'on défend», les premiers résultats officieux feraient état d'une progression des libéraux et de Déi Gréng. Alors que les chrétiens-sociaux et les socialistes reculeraient.
Les taux de participation pour les élections européennes sont «les plus élevés en 20 ans», avec une estimation de 51% pour les 27 pays de l'UE, sans le Royaume-Uni, a annoncé dimanche le Parlement européen.
Si les élections avaient lieu ce dimanche, le CSV sortirait grand vainqueur dans les circonscriptions Est et Nord du pays. C'est ce que révèle le nouveau sondage PolitMonitor réalisé par le Luxemburger Wort, RTL et TNS Ilres. C'est en substance le même constat que lors du précédent sondage dévoilé en janvier dernier. Le CSV sort encore une fois gagnant.
In den Bezirken Osten und Norden schafft das blau-rot-grüne Lager die Kehrtwende bislang nicht.