Changer d'édition

Douze porte-parole pour tous les parents d'élèves
Luxembourg 3 min. 30.09.2019 Cet article est archivé

Douze porte-parole pour tous les parents d'élèves

Douze porte-parole pour tous les parents d'élèves

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 30.09.2019 Cet article est archivé

Douze porte-parole pour tous les parents d'élèves

Maurice FICK
Maurice FICK
Pour renforcer leur rôle de partenaires incontournables de l'école, les parents des écoliers et lycéens seront représentés par un groupe de 12 représentants nationaux dès février. Ils seront désignés parmi les représentants locaux élus au courant de cet automne.

Mieux inclure à l'avenir la voix parentale dans l'évolution de l'enseignement national pour le bien-être de leurs enfants à l'école, au lycée et dans les structures qui prennent en compte ceux qui ont un peu plus de difficultés. C'est l'un des grands objectifs du ministre de l'Education nationale et l'une des grandes nouveautés annoncées pour la rentrée 2019-2020.


Schoul Rentrée 2016-2017 - illustration - Photo : Pierre Matgé
Cinq choses à retenir sur la rentrée
Plus d'élèves, d'enseignants, des nouvelles mesures pour les jeunes et les parents d'élèves, un accent mis sur l'environnement: à trois jours de la reprise des cours, le ministre de l'Éducation nationale a passé son grand oral ce vendredi.

«Nous savons combien est importante l'influence des parents pour tout ce qui se passe à l'école et ce jusqu'aux résultats scolaires. L'école a besoin de parents engagés et motivés qui peuvent être ses partenaires. L'école et l'enfant ont à y gagner», lance Claude Meisch comme s'il venait de lancer une nouvelle campagne électorale.

Photo: Maurice Fick

Et c'était bien le cas ce lundi matin au Forum Geesseknäppchen à Luxembourg où le ministre de l'Education nationale (DP), entouré de parents témoins, n'a pas entamé une nouvelle campagne politique mais d'incitation à une participation massive à la future représentation nationale des parents d'élèves.

Ce comité de douze membres sera constitué de quatre représentants de l'enseignement fondamental, de six de l'enseignement secondaire, vu sa diversité, et de deux pour les centres de compétences en psychopédagogie spécialisée qui viennent d'être créés en 2018. Ils seront bénévoles mais bénéficieront de huit jours de «congés de représentation» par an.

Des représentants «légitimes»

Ce groupe restreint d'interlocuteurs sera dorénavant le conseil et le porte-parole de tous les parents d'élèves du pays, qu'ils soient inscrits dans l'enseignement public ou privé. Une première au Luxembourg. Elue pour trois ans, cette représentation nationale sera un organe consultatif auprès du ministre et proposera deux membres qui siégeront à la Commission scolaire nationale. 


Lokales, Esch, Spillschoul, Aérodrome, Spielschule, rentrée des classes, Schulanfang, cycle1, erster Schultag,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les cartables ont repris du service
La cloche a sonné la fin des vacances, ce lundi matin, pour quelque 150.000 élèves. Un chiffre jamais atteint pour l'Éducation nationale. Mais ce qui ne change pas, c'est l'émotion des premiers pas en classe.

Soucieux de créer «des écoles avec plus de démocratie», Claude Meisch insiste sur le fait que «ces représentants nationaux» seront «des personnes qui pourront parler pour tous les parents d'élèves du pays parce qu'ils auront une légitimité». 

Une élection en deux étapes

Si le ministre a fait campagne ce lundi c'est justement pour les légitimer en mobilisant le plus largement possible tous les parents d'élèves au niveau local. La nouvelle représentation nationale des parents d'élèves sera constituée en février 2020. Mais l'étape essentielle pour sa désignation se jouera dans les urnes des différents établissements dans les jours à venir. Puisque ce sont les représentants sectoriels qui auront pour tâche de désigner en février 2020 les futurs représentants nationaux.

En ce mois d'octobre, les présidents des comités d'école convoqueront les référents familiaux pour élire les parents d'élèves au sein de la représentation locale de chaque école de l'enseignement fondamental. Près de 800 représentants locaux seront ainsi élus pour trois ans. Début 2020, chacune des quinze régions élira deux représentants sectoriels. Chaque école primaire privée élira également un représentant sectoriel. 

Entre octobre et fin novembre, comme tous les automnes, seront élus les nouveaux membres du comité des parents d'élèves dans les 45 lycées que compte le pays. Dans chaque lycée, deux d'entre eux seront élus représentants sectoriels. Un sera élu par établissement privé dans le secondaire. 

Pour la première fois et ce avant janvier 2020, seront élus les membres du comité au sein de chacun des huit centres de compétences pour enfants à besoins spécifiques. Chaque établissement élira deux représentants sectoriels. Avec toutefois une petite nuance: les parents des élèves à besoin spécifique pourront soit briguer un mandat au niveau du centre de compétences, soit au niveau de l'établissement de l'école fondamentale ou du lycée dans lequel leur enfant reste inscrit.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au retour des vacances de Pâques, les autotests seront généralisés dans toutes les classes du pays, a annoncé ce jeudi Claude Meisch. Avec l'espoir d'apporter «encore plus de sécurité», mais surtout de retrouver «un peu de normalité».
ARCHIV - 08.04.2021, Niedersachsen, Hannover: ILLUSTRATION - Ein Corona-Selbsttest, fotografiert mit neben dem Etui eines Grundschülers. In zahlreichen Bundesländern geht der Unterricht nach den Osterferien mit einer Corona-Testpflicht weiter. Ohne negatives Testergebnis ist der Besuch des Unterrichts nicht möglich. (zu dpa «Corona-Test vor dem Frühstück - Für Schulkinder gelten neue Regeln») Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Au-delà des questions scolaires, le ministère de l'Education estime qu'il va falloir porter une attention toute particulière au comportement des 42.700 jeunes qui s'apprêtent à faire leur rentrée en lycée public.
Lokales, Lycée Josy Barthel, Mamer Lycéee, Lizeum, Ferien, Sommerferien, Schulende  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba
Pour lutter contre le fléau du décrochage scolaire -qui a fait un bon inquiétant au Luxembourg- le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch, propose six pistes. Dont la création d'un commissaire du maintien scolaire, présenté comme «un avocat pour ceux qui ont décroché». Et le renforcement du lien parents-école.
Le taux de décrochage scolaire est passé à 11,6% au Luxembourg (en 2012-2013) alors qu'il tournait plutôt autour de 9% jusqu'ici.
La Rentrée 2014-2015 vue par le ministre de l'Éducation nationale
Première Rentrée pour Claude Meisch, le ministre de l'Éducation nationale, qui a annoncé jeudi au Lycée Aline Mayrisch les axes prioritaires de la politique éducative et les nouveautés pour cette Rentrée.
Claude Meisch s'est fixé comme but de concrétiser l'apprentissage des langues de façon naturelle dans les crèches (les enfants ont alors entre 1 et 3 ans) dès "la Rentrée 2016-2017". Et il le reconnaît: "C'est ambitieux".