Changer d'édition

Dispensé de masques jusqu'à 6 ans
Luxembourg 4 min. 15.05.2020

Dispensé de masques jusqu'à 6 ans

Claude Meisch a signalé qu'il ne se passerait pas une journée sans que les écoliers ne puissent prendre l'air.«Car c'est au-dehors que le virus se propage le moins.»

Dispensé de masques jusqu'à 6 ans

Claude Meisch a signalé qu'il ne se passerait pas une journée sans que les écoliers ne puissent prendre l'air.«Car c'est au-dehors que le virus se propage le moins.»
Photo : Guy Wolff
Luxembourg 4 min. 15.05.2020

Dispensé de masques jusqu'à 6 ans

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A l'heure d'évoquer la reprise du fondamental et la réouverture des crèches, le 25 mai, le ministre de l'Education a limité l'obligation du port de la protection buccale dans le cadre scolaire. Et Claude Meisch d'annoncer aussi la réouverture de l'accueil en maison relais.

Claude Meisch a entendu beaucoup de voix ces dernières semaines. Des avis de parents, d'enseignants, de syndicats, de députés, d'amis, d'opposants, des pour, des contre... De quoi forger l'opinion du ministre de l'Education nationale pour décider d'en finir avec ce confinement des petits Luxembourgeois annoncé le 13 mars dernier. Ce vendredi, c'est un Claude Meisch «confiant» qui a détaillé le redémarrage attendu pour le 25 mai du fondamental et des crèches. 

Comme tout s'est bien passé pour la reprise des cours pour les terminales et le secondaire, voilà donc le pays prêt à franchir «un nouveau pas vers la normalité». Un bond même tant les changements à venir viendront bouleverser les habitudes. Avec déjà cette annonce : «Pour les parents devant se rendre tôt au travail, nous organiserons une prise en charge dès 7h du matin. Des enseignants étant là pour encadrer ce qui se passera dans la cour de récréation uniquement».

Sans masque

Pour les moins de 2 ans et jusqu'à 6 ans, les jeunes n'auront pas d'obligation de mettre un masque ou un buff à l'école. Outre la difficulté de pouvoir s'assurer du port à chaque minute, les médecins ne préconisent pas l'usage de la protection  buccale pour cette tranche d'âge. La même dispense sera tolérée pour les jeunes pris en charge en centres de compétences et qui ne seraient pas à l'aise avec ce dispositif.

Un congé revu

Dispositif élargi dès le début de la crise épidémique, le congé pour raison familiale va connaître de nouveaux changements. Le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP) devrait en préciser les détails d'ici peu. Mais déjà son homologue de l'Education nationale a lâché quelques pistes. D'ici peu, un nouveau texte de loi permettra à l'un ou l'autre des parents de pouvoir solliciter ce congé à la journée, 1/2 journée voire à l'heure. Cela concernerait plus spécifiquement les pères et mères d'enfants de moins de 4 ans à la date du 25 mai.

La mesure permettra ainsi aux ménages ne pouvant faire garder leur petit en crèche faute de place d'assurer une présence auprès de leur bambin. Claude Meisch n'a rien précisé concernant l'extension du congé aux parents d'élèves vulnérables qui, eux, devraient suivre encore l'enseignement à distance depuis leur domicile. Par contre, passé le 25 mai, le bénéfice du congé restera ouvert aux parents d'enfant handicapé.

Le matériel et les jouets qui ne peuvent être nettoyés ne pourront pas être utilisés en classe comme en crèche.
Le matériel et les jouets qui ne peuvent être nettoyés ne pourront pas être utilisés en classe comme en crèche.

C'était un des sujets de tensions avec les bourgmestres. Le ministère proposait aux communes d'ouvrir les maisons relais pour assurer l'encadrement, de 8h à 13h, des élèves du fondamental la semaine sur deux où ils n'avaient pas cours. C'est acté et cela se fera même si ce choix s’avère techniquement délicat à mettre en oeuvre (conditions sanitaires strictes, un éducateur pour dix enfants max par pièce, etc) et nécessitant plus d'encadrement .

La proximité a du bon

Oui, le ministre de l'Education considère le déploiement de l'enseignement à distance, à l'occasion de cette crise, comme une réussite. Mais oui aussi, Claude Meisch estime qu'il est temps pour les écoliers de retrouver le chemin des classes. Et d'expliquer : «Les enfants ne peuvent pas rester éternellement à la maison, isolés. Car ils se retrouvent non seulement privés du cours avec leur enseignant, mais aussi des relations sociales avec les autres jeunes. Deux éléments indispensables à leur bon développement».

Par ailleurs, les services du ministère ont fait de savants calculs pour déterminer que si actuellement les écoliers bénéficiaient d'environ 12,5 leçons par semaine devant leur ordinaire, ils auraient pu en avoir 28 si la scolarité avait normalement suivi son cours. Aussi, même pour 16 jours de classe en réalité, le retour en classe est primordial.


Politik - Interview Claude Meisch - Bildungsminister - DP- Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le besoin en enseignants persiste
Des petits écoliers aux étudiants de l'Uni, la responsabilité du ministre de l'Éducation nationale porte sur 150.000 élèves. Mais une des préoccupations de Claude Meisch (DP) reste le recrutement de nouveaux instituteurs et professeurs.

Pour le gouvernement, il était aussi inconcevable de laisser sans cours les tout-petits pendant six mois, les enfants qui n'entendent pas parler luxembourgeois à la maison. Ceux-ci auraient alors eu d'énormes difficultés à aborder la phase d'alphabétisation en langue allemande qui les attendra à la rentrée. Certes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les classes à nouveau réunies dès le 29 juin
«Un pas de plus vers la normalité». C'est en ces termes que Claude Meisch a qualifié ce vendredi le rassemblement des groupes A et B dans chaque classe d'ici dix jours et jusqu'au 15 juillet. Un retour «justifié», selon le ministre de l'Éducation nationale, dans l'optique de la rentrée de septembre.
Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Ne pas stresser les enfants»
S'il se dit favorable à l'ouverture des écoles et des garderies, le psychologue Gilbert Pregno ne cache toutefois pas quelques inquiétudes qu'il explique au «Wort» dans une interview.
Der Psychologe Gilbert Pregno macht sich mit Blick auf die Wiedereröffnung der Betreuungsstrukturen und Schulen Sorgen um die kleinen Kinder und Kinder mit spezifischen Bedürfnissen.
Les élus face au casse-tête de la rentrée du fondamental
Plus que quatorze jours avant la reprise, longtemps décriée, des écoles et des maisons relais. Tout n'est pas encore cadré et les bourgmestres s'inquiètent surtout du manque de personnel, d'espace et de l'organisation du transport des élèves.
Lokales,  Syvicol, Covid 19, Corona- Krise, Konferenz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Tout cela pour 16 jours de classe...
Claude Meisch a présenté la nouvelle organisation de l'enseignement fondamental, valable à compter du 25 mai. Les 6.000 écoliers seront séparés en groupes, avec cours obligatoire de 8h à 13h et un encadrement facultatif l'après-midi.
Primärschule Cycle 4 in Lallingen Esch Alzette. Foto: Guy Wolff