Changer d'édition

La parade des pompiers quittant la route d'Arlon
Luxembourg 7 2 min. 13.09.2021
Direction Gasperich

La parade des pompiers quittant la route d'Arlon

Les équipes du CNIS ont occupé les locaux de la route d'Arlon pendant près de 100 ans.
Direction Gasperich

La parade des pompiers quittant la route d'Arlon

Les équipes du CNIS ont occupé les locaux de la route d'Arlon pendant près de 100 ans.
Photo: Morris KEMP
Luxembourg 7 2 min. 13.09.2021
Direction Gasperich

La parade des pompiers quittant la route d'Arlon

Dimanche, une trentaine de véhicules ont traversé la capitale toutes sirènes hurlantes et gyrophares allumés. Un cortège symbolique pour marquer le déménagement des soldats du feu à Gasperich, après près d'un siècle passé dans leur ancienne caserne.

(m.d. avec Jean-Philippe Schmit) Une trentaine de véhicules rouges roulant au pas, faisant retentir leurs sirènes dans les rues et tournoyer leurs gyrophares... dimanche, un imposant cortège s'est déroulé dans les rues de la capitale. Après plus de 100 ans au sein de leur ancienne caserne, les pompiers du centre national d'incendie et de secours (CNIS) ont quitté la route d'Arlon. Direction leur tout nouveau QG, boulevard de Kockelscheuer à Gasperich, sous les yeux des curieux.

Pompier volontaire à Villerupt, Joshua a fait le déplacement depuis la Meurthe-et-Moselle pour immortaliser le moment. «Mes collègues à la caserne attendent avec impatience les photos des véhicules», souligne-t-il au Luxemburger Wort, admiratif de l'équipement dont disposent ses homologues luxembourgeois. En effet, le CNIS, mais aussi la direction générale du corps grand-ducal d'incendie et de secours, le centre d'appel d'urgence et l'institut national de formation des secours ont emménagé dans «le siège le plus moderne d'Europe», a indiqué Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Intérieur.

Avec une salle du standard 112 capable de gérer 300 appels par heure, 18 salles d'instruction, une trentaine de chambres, ou encore un garage de 80 emplacements, le CNIS a coûté quelque 141 millions d'euros. Les volontaires et professionnels du CGDIS ont dû patienter près de 20 ans pour pouvoir s'installer dans ces nouveaux locaux, dont quelques mois supplémentaires liés «à l'arrêt des travaux pendant le covid» et «à une livraison tardive des meubles», a précisé le directeur général du CGDIS Paul Schroeder.

Au-delà d'un centre de pointe, cette nouvelle caserne vise surtout à apporter «la meilleure aide possible aux personnes dans le besoin», a souligné Paul Schroeder. En effet, d'ici 2025, le CGDIS devra intervenir dans un délai de 15 minutes maximum, dans 90-95% des alertes. Un objectif que le site de Gasperich mais également un recrutement de 265 soldats du feu en quatre ans, devraient remplir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

D'ici 2025, 265 soldats du feu supplémentaires devraient renforcer les équipes de secours du Luxembourg. Grâce à eux, le corps grand-ducal d'incendie et de secours entend remplir son objectif: intervenir en moins de 15 minutes à travers tout le pays.
Cet été, les pompiers auraient dû réceptionner leur Centre national d'incendie et de secours flambant neuf. Le covid a grillé la priorité au chantier. Mais il n'y a pas le feu pour intégrer les locaux, assure le directeur du CGDIS.
Chantier  CGDIS - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
En juillet 2020, les pompiers et la Ville de Luxembourg réceptionneront une première partie du Centre national d'incendie et de secours. Un bâtiment hors norme, un investissement de 141 millions d'euros, un outil opérationnel dernier cri.
Ban de Gasperich,Cloche d'Or,CGDIS,CNIS,Centre National d'incendie et de secours.Feuerwehr,Pompiers,Rettungsdienst. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Deux soldats du feu sont venus rejoindre le Corps grand-ducal d'incendie et de secours. Mais cette année, 58 pompiers professionnels viendront grossir les effectifs du CGDIS pour faire face à l'augmentation des interventions.
POL, Ein Jahr CGDIS, mit Taina Bofferding, Lydie Polfer, Alain Becker und Paul Schroeder, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort