Changer d'édition

Differdange attend des explications sur le crassier
Luxembourg 2 min. 29.01.2020 Cet article est archivé

Differdange attend des explications sur le crassier

Sur l'ensemble du crassier, ArcelorMittal gère deux des trois dépôts.

Differdange attend des explications sur le crassier

Sur l'ensemble du crassier, ArcelorMittal gère deux des trois dépôts.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 29.01.2020 Cet article est archivé

Differdange attend des explications sur le crassier

Le 10 février, la bourgmestre differdangeoise a rendez-vous avec ArcelorMittal et le ministère de l'Environnement pour en savoir plus sur les matériaux entreposés, avec ou sans autorisations, sur la décharge à ciel ouvert.

(pj avec Nicolas Anen) Que savaient les élus de Differdange de la décharge sise sur son territoire? Le conseiller Aly Ruckert (KPL) a posé la question lors du conseil municipal mercredi. Il est vrai que ce crassier fait désormais partie des préoccupations depuis que le portail Reporter.lu a émis des soupçons sur la nature des matériaux entreposés, qu'ArcelorMittal a nié toute infraction et que la ministre de l'environnement elle-même, Carole Dieschbourg (Déi Gréng) a mandaté une enquête sur l'exploitation des lieux.

A en croire l'échevin Georges Liesch (Déi Gréng), qui démissionnera au 1er mars, la commune n'a pas été informée d'un quelconque mauvais usage des lieux. L'actuel conseiller d'opposition, Erny Muller (LSAP) a même expliqué comment les services municipaux avaient utilisé indirectement la décharge. 


Industriebrachen Süden -   Crassier Differdange - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Dieschbourg pose un ultimatum à ArcelorMittal
Le crassier de Differdange s'est invité ce mercredi en commission de l'Environnement. La ministre a imposé au groupe sidérurgique de se mettre en conformité pour le mois de juillet 2020.

Ainsi, il semblerait qu'une partie des terres et des matériaux retirés pour faire place nette à la future Ecole internationale et la tour Hadir a été mise en décharge par ArcelorMittal sur le crassier. Une partie du tonnage issue de cet ancien site industriel était tellement contaminée qu'elle a dû être évacuée à l'étranger. «Le projet me convenait alors, en 2016. S'il s’avère rétrospectivement que la décharge de Crassier n'était pas approuvée, je ne pouvais pas le savoir», a souligné Erny Muller. 

Franz Schwachtgen (Déi Gréng), président de la Commission de l'environnement, n'est d'ailleurs pas monté à l'offensive. Et l'élu de rappeler que «du point de vue de Differdange, tout a été fait en fonction des permis et autorisations fournis»

Quatre autour de la table

Mais la nouvelle bourgmestre, Christiane Brassel-Rausch (Déi Gréng) n'entend pas en rester là. Le 10 février, elle rencontrera des représentants d'ArcelorMittal, des élus de Sanem et la ministre de l'Environnement pour faire le point sur ce dossier embarrassant. 

Par ailleurs, Georges Liesch a également rappelé que la commune restait toujours opposée à la demande d'ArcelorMittal et de la société Cloos d'installer une décharge de déchets industriels sur le crassier. La demande faite en 2017 bute toujours sur une «opposition formelle». «Avant de donner une autorisation pour une nouvelle décharge, nous voulons déjà un inventaire de ce qui se trouve sur le crassier», a déclaré l'échevin. 


Sur le même sujet

Differdange achète 120 hectares en France
En devenant propriétaire d'un terrain, à Saulnes, la commune luxembourgeoise va empêcher la création d'une décharge à ses portes. Il est même question maintenant de développer des projets écologiques sur cette zone.
L'«affaire Traversini»
Pour avoir mené des travaux sur une maison en n'ayant, a priori, pas respecté la loi, celui qui était bourgmestre de Differdange et député du Sud (Déi Gréng) a dû démissionner. Les faits font l'objet de plusieurs enquêtes par le parquet.
Lokales,  Conference de Presse Roberto Traversini, batisse du 15 A route de Petange,  Chris Karaba/Luxemburger Wort