Changer d'édition

Dieschbourg pose un ultimatum à ArcelorMittal
Luxembourg 2 min. 22.01.2020 Cet article est archivé

Dieschbourg pose un ultimatum à ArcelorMittal

Carole Dieschbourg prône le dialogue entre toutes les parties concernées par le crassier de Differdange.

Dieschbourg pose un ultimatum à ArcelorMittal

Carole Dieschbourg prône le dialogue entre toutes les parties concernées par le crassier de Differdange.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 22.01.2020 Cet article est archivé

Dieschbourg pose un ultimatum à ArcelorMittal

Le crassier de Differdange s'est invité ce mercredi en commission de l'Environnement. La ministre a imposé au groupe sidérurgique de se mettre en conformité pour le mois de juillet 2020.

(ER/jag) - L'article publié par Reporter sur le crassier de Differdange qualifié de «poubelle» et la question parlementaire du député Gusty Graas (DP) qui évoquait une «décharge qui n'avait jamais été autorisée» ont contraint la ministre de l'Environnement à sortir de sa réserve. Ce mercredi matin à la Chambre, Carole Dieschbourg (Déi Gréng) s'est donc expliquée devant les membres de la commission de l'Environnement. Un dossier complexe sur un site de 150 hectares aux multiples exploitants.   


Industriebrachen Süden -   Crassier Differdange - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Tempête au-dessus du crassier de Differdange
La ministre de l'Environnement a choisi de répondre à cette question, mercredi, en commission parlementaire. Si ArcelorMittal se défend de tout déversement illicite, d'autres observateurs ont des doutes sur la nature des déchets stockés.

La ministre a annoncé avoir prié ArcelorMittal de mettre tout en œuvre «pour que le processus de mise en conformité des lieux soit en ordre pour le mois de juillet». Une étude d'impact environnemental, financée par le groupe industriel et menée par un bureau indépendant, devrait lever définitivement les doutes sur le contenu des matières stockées sur le site à ciel ouvert. Il y a une semaine, le groupe industriel avait pris le soin d'expliquer comment il employait les différentes zones de la décharge et s'était déclaré en accord avec la loi.  

Quelles incidences?

Sur le site de 150 hectares, la situation est historiquement complexe. Selon l'administration de l'Environnement, pas moins de six décharges différentes ont ainsi été créées au fil du temps. Certaines ont fermé alors que d'autres restent en activité. C'est le cas de la décharge dite «historique». Des travaux de sécurisation y sont en cours et se termineront durant l'année 2021. Dans la foulée, des travaux d'étanchement débuteront pour se clôturer courant 2023. 

En ce qui concerne la «décharge Lamesch» - fermée - de nouvelles analyses d'eaux vont être faites, a annoncé Carole Dieschbourg aux parlementaires. Selon les résultats, des mesures de protection de l'environnement pourraient être prises. Pour la «décharge Pafewee», la procédure de désaffection est en cours. Elle se terminera cette année. 


Industriebrachen Süden - Crassier Terres Rouges - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le Sud en pleine recomposition
De Dudelange à Differdange, et d'Ehlerange à Esch-sur-Alzette, neuf friches industrielles retrouvent actuellement une nouvelle vie, après une lente désintégration.

Pour le remblai Gadderscheier, des travaux sont en cours. Des opérations de remblayage se poursuivent et la société Recysan annonce la phase finale de l'exploitation de cette partie du site. Depuis novembre, les quantités d'acceptation ont été limitées à 5.000 tonnes par jour.

Pour le remblai Aleweier, le colmatage du site débutera ce printemps et devrait durer 20 mois.

Des représentants de Sanem et Differdange ont pu participer à la commission Environnement sur le crassier soupçonné d'être à l'origine de pollutions.
Des représentants de Sanem et Differdange ont pu participer à la commission Environnement sur le crassier soupçonné d'être à l'origine de pollutions.
Photo : Claude Piscitelli

Restent alors les deux nouvelles décharges, des déchets sidérurgiques pour ArcelorMittal et inertes pour Cloos. Elles sont à l'heure actuelle soumises à la procédure EIE (évaluation des incidences sur l'environnement).       

Carole Dieschbourg a précisé que «toutes les entreprises sont traitées de la même façon, petites ou grandes» et que la loi sera respectée. Des discussions entre le ministère de l'Environnement, ArcelorMittal, Cloos ainsi que les communes de Sanem et Differdange vont se poursuivre au cours des prochaines semaines.  


Sur le même sujet

Pas de stockage temporaire sur le crassier de Differdange
Carole Dieschbourg, la ministre de l’Environnement, a réaffirmé la volonté du gouvernement. Il n'y aura pas d’autorisation de nouveaux dépôts de matières sidérurgiques ou inertes sur le site avant le terme des évaluations des incidences sur l'environnement.
Lokales,Déponie Crassier Differdange, Arbed,Arcelor. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Tempête au-dessus du crassier de Differdange
La ministre de l'Environnement a choisi de répondre à cette question, mercredi, en commission parlementaire. Si ArcelorMittal se défend de tout déversement illicite, d'autres observateurs ont des doutes sur la nature des déchets stockés.
Industriebrachen Süden -   Crassier Differdange - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
ArcelorMittal en cause dans une nouvelle pollution
La cokerie de Florange, en Moselle, est pointée du doigt après un déversement d'acide chlorhydrique dans la rivière Fensch. L'industriel se défend de tout accident, mais un rapport interne confirme l'incident.
En huit mois, la Fensch a connu cinq épisodes de pollution en lien avec les activités sidérurgiques.
En finir avec la pollution des cours d'eau
Quatre récentes pollutions de rivière ont mis en lumière la faiblesse des mesures préventives pour ce type de risque industriel. Les députés et la ministre de l'Environnement ont évoqué la question à la Chambre.
Carole Dieschbourg promet des contrôles renforcés en amont pour protéger la qualité des eaux de rivière.