Changer d'édition

Devant le Centre de Congrès: Les agriculteurs ont deversé 12.000 litres de lait
Luxembourg 30 3 min. 15.09.2015 Cet article est archivé

Devant le Centre de Congrès: Les agriculteurs ont deversé 12.000 litres de lait

Luxembourg 30 3 min. 15.09.2015 Cet article est archivé

Devant le Centre de Congrès: Les agriculteurs ont deversé 12.000 litres de lait

Les agriculteurs ont déversé 12.000 litres de lait devant le Centre des Congrès où ils sont arrivés en début d'après-midi. Leur départ provoque des bouchons sur la route d'Arlon et l'A6.

Les agriculteurs ont déversé 12.000 litres de lait devant le Centre des Congrès où ils sont arrivés en début d'après-midi. Leur départ provoque des bouchons sur la route d'Arlon et l'A6.

Les frontaliers belges ont connu une rentrée difficile ce mardi 15 septembre. A partir de 7 heures du matin, quelque 40 agriculteurs ont en effet bloqué l’autoroute A6 Bruxelles-Luxembourg à hauteur de la frontière à Sterpenich et ont créé de fortes perturbations du trafic. 

Les premiers agriculteurs sont arrivés au Kirchberg aux alentours de 10 heures, ils ont rejoint la capitale par Strassen et la route d'Arlon alors que les 28 ministres européens de l'Agriculture se réunissaient au Kirchberg afin de discuter de l'aide à apporter aux éleveurs face à la crise laitière..

L'Allemagne et la France sont les principaux bénéficiaires des aides directes promises par la Commission pour faire face à la crise sur les marchés agricoles. 

Sur le paquet de 500 millions d'euros annoncé le 7 septembre, 420 millions seront versés directement aux Etats membres, selon une répartition prenant en compte les niveaux de production de lait et les impacts conjoncturels comme l'embargo russe ou la sécheresse.

L'Allemagne va ainsi recevoir 69,2 millions d'euros et la France 62,9 millions d'euros. Suivent le Royaume-Uni (36,1 millions), la Pologne (28,9 millions), les Pays-Bas (29,9 millions), l'Espagne (25,5 millions) et l'Italie (25 millions) comme principaux bénéficiaires.

La Commission européenne a décidé d'accorder "un maximum de flexibilité" aux Etats membres sur la façon dont ils alloueront ces aides aux différents secteurs touchés par la crise, selon l'expression employée par le commissaire à l'Agriculture Phil Hogan.

Les Néerlandais utiliseraient ainsi ces aides plutôt pour un abattage avancé des porcs, les Allemands pour des prêts préférentiels aux agriculteurs, selon des exemples cités par une source proche du dossier.

Dès la mi-octobre

Cette partie du paquet de la Commission pourrait être versée dès la mi-octobre. Le reste, 80 millions d'euros, se répartit dans des mesures de soutien aux marchés.

Concession apportée par rapport aux annonces précédentes, l'aide au stockage privé (APS) va désormais concerner également le lard sur le marché du porc.

Par ailleurs, un nouveau programme d'APS va être mis en place pour le lait écrémé en poudre, faisant plus que doubler l'aide financière et allongeant la durée de stockage. La Commission table sur quelque 100.000 tonnes qui seraient ainsi tenues éloignées du marché, a précisé une source à la Commission, afin de tenter de redynamiser des prix en chute.

Enfin, sur les avances possibles aux aides de la PAC accordées par chaque pays membre aux agriculteurs, la Commission va alléger les contrôles pour permettre de faire jusqu'à 70% des avances dès la mi-octobre.

La réunion, informelle, des 28 ministres de l'Agriculture à Luxembourg a vu son ordre du jour chamboulé après l'annonce du 7 septembre et l'exigence des Etats membres d'obtenir plus de détails sur les aides à venir.

La question d'un relèvement du prix d'intervention, soutenue par la France et une dizaine d'autres pays, restait écartée des débats, selon une source européenne.

Par ailleurs, environ 30 millions d'euros vont être consacrés à un programme visant à assurer la distribution de lait européen à des réfugiés.

De leur côté, les agriculteurs continuaient de mettre la pression sur les dirigeants européens: après la puissante démonstration paysanne du 7 septembre à Bruxelles, quelques centaines d'entre eux manifestaient dans le calme, avec une cinquantaine de tracteurs, devant le bâtiment européen où sont réunis les ministres de l'Agriculture à Luxembourg.



Sur le même sujet

En Europe, l'élevage durement touché par la sécheresse
«Il n'y a plus d'herbe»: des éleveurs ont dû nourrir leurs bêtes avec leurs réserves de foin prévues pour l'hiver. Certains n'ont plus de quoi les nourrir et ont dû envoyer une partie de leur troupeau à l'abattoir plus tôt que prévu. Des fermes craignent la faillite.
A picture taken on August 17, 2018 at sunset shows a drought-affected corn field in the town of Geestland in the district of Cuxhaven in northern Germany. (Photo by Patrik STOLLARZ / AFP)
Agriculture en Europe: Limiter la production de lait
La Commission européenne a voulu prendre la mesure du désarroi des agriculteurs en annonçant lundi une série de nouvelles mesures de soutien comme le feu vert donné à des limitations temporaires de la production de lait pour faire remonter les prix.
Une vache installée non loin de là où se tenait la réunion des ministres européens de l'Agriculture, à Bruxelles.
Des milliers d'agriculteurs européens en colère à Bruxelles
Plusieurs centaines de tracteurs et des milliers de producteurs de lait et de viande porcine en colère sont arrivés lundi matin à Bruxelles pour manifester contre la grave crise économique qu'ils traversent, alors que doit se tenir dans la journée une réunion exceptionnelle des ministres européens de l'Agriculture.
A painted cow statue is set in front of the European Commission building by farmers demonstrating against plunging food prices and soaring costs as European agriculture ministers hold an extraordinary meeting at the European Council on September 7, 2015  in Brussels. AFP PHOTO/ EMMANUEL DUNAND
Manifestation des agriculteurs : La coupe est pleine pour les producteurs laitiers
Après la France et la Belgique, c'est au tour des agriculteurs luxembourgeois de manifester leur mécontentement. Plusieurs rues du centre-ville ont été interdites à la circulation et de fortes perturbations étaient à prévoir. Le ministre de l'Agriculture, Fernand Etgen, s'est entretenu durant deux heures avec les représentants des syndicats des agriculteurs, ce mardi matin.