Changer d'édition

Deux minutes pour s'improviser Premier ministre
Les uns après les autres, les six participants à la table ronde ont présenté les mesures politiques qu'ils appliqueraient s'ils étaient premier ministre.

Deux minutes pour s'improviser Premier ministre

Photo: Christophe Olinger
Les uns après les autres, les six participants à la table ronde ont présenté les mesures politiques qu'ils appliqueraient s'ils étaient premier ministre.
Luxembourg 6 3 min. 14.06.2018

Deux minutes pour s'improviser Premier ministre

«Si j'étais formateur du Gouvernement»... quelle serait ma mesure phare ? C'est la question à laquelle six participants, issus de la société civile, ont répondu ce mercredi 13 juin lors d'une table ronde organisée par la Fondation Idea. Nous leur avons demandé de résumer leur projet, en moins de 240 secondes.

Par Jean Vayssières

Le mercredi 13 juin, sur les coups de 18 heures, une petite foule commence à se masser dans une salle de la House of Startups de Luxembourg-Ville. Tous sont venus assister aux présentations de six personnes qui, le temps d'une dizaine de minutes, se sont improvisées premier ministre, à l'aube des élections législatives d'octobre. 

Femmes et hommes, étudiants comme présidents d'association, chaque formateur en herbe a, devant l'auditoire, expliqué la grande mesure qu'il appliquerait si les rênes du pays étaient entre ses mains. 

Six apprentis Premier ministre, six propositions de réformes

Nous avons rencontré chacun d'entre eux, quelques minutes avant leur intervention, et leur avons demandé de nous résumer leur réforme en moins de deux minutes.

On peut voir en la proposition de Laura Zuccoli un prolongement de ses engagements présents: la présidente de l'Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés (ASTI), qui «développe pas mal de projets de terrain pour faciliter le vivre-ensemble», propose l'inscription d'office des non-Luxembourgeois sur les listes électorales dès leurs 18 ans.   

Le projet de Tullio Forgiarini, professeur d'Histoire et auteur, est étroitement lié à son statut d'écrivain, ainsi qu'à son point de vue sur l'importance de la lecture. 

Avocat bien connu du Grand-Duché, Gaston Vogel est célèbre pour ses soufflantes passionnées, accompagnées de longs discours. Cet homme de loi, qui dit «travailler sur le tissu humain», dénonce des ingérences soupçonnées au sein des couples unissant magistrats et avocats. 

Le parcours professionnel de Rolf Tarrach est aussi long que sa formation universitaire est riche: aujourd'hui président de l'European University Association, il fut recteur de l'Université du Luxembourg pendant dix ans, mais également professeur de physique quantique et chercheur au CERN. Sa mesure de premier ministre: réformer le système électoral des législatives, afin de recentrer les priorités politiques sur le court terme et de renouveler plus régulièrement les membres de la Chambre. 

Élève de deuxième section au Lycée Robert Schuman de Luxembourg, Ben Stemper, à 18 ans, est également secrétaire général du parlement des jeunes. Son idée sonne d'un ton particulier en cette journée mondiale du donneur de sang: rendre le don d'organes et de cellules souches plus accessible. 

Agnieszka Zajac est partenaire de gestion et chasseuse de têtes chez Odgers Berndtson, une société de recrutement. Son projet porte sur le décrochage scolaire et le trilinguisme.   

Le directeur chargé des affaires courantes de la Fondation Idea, Marc Wagener, est plutôt satisfait de cette initiative. Une fois les discours des participants achevés, les questions du public posées et les coupes de champagne servies, il livre son point de vue sur les deux heures passées. 

«On espère inspirer la politique»

«C'est un événement inédit, qui regroupe des jeunes, des moins jeunes, des Luxembourgeois et des non-Luxembourgeois... mais surtout des personnes issues de toutes les professions: de l'écrivain à l'avocat, en passant par l'étudiant», décrit-il. «L'objectif, c'est de contribuer au débat public. Idea n'a pas de positions à défendre, son but est d'ouvrir le débat».

Une petite centaine de personnes s'est retrouvée ce mercredi 13 juin à la House of Startups de Luxembourg-Ville.
Une petite centaine de personnes s'est retrouvée ce mercredi 13 juin à la House of Startups de Luxembourg-Ville.
Photo: Christophe Olinger

Ouvrir le débat, voire proposer des pistes aux vrais candidats aux législatives d'octobre 2018 ? «On espère inspirer la politique, c'est pour cela que nous avons fait appel à la presse et incité les spectateurs à parler de l'événement autour d'eux. Un débat, c'est comme un fleuve: c'est constitué de petits ruisseaux, qui se rejoignent en une grande rivière. Qui sait; avec le bouche à oreille, l'une des idées évoquées ce soir pourrait bien se frayer un chemin». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.