Changer d'édition

Deux jours de battues pour éradiquer tous les sangliers
Luxembourg 4 min. 02.07.2019

Deux jours de battues pour éradiquer tous les sangliers

Deux jours de battues pour éradiquer tous les sangliers

Photo: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 02.07.2019

Deux jours de battues pour éradiquer tous les sangliers

Maurice FICK
Maurice FICK
Ces jeudi et vendredi près de 100 fusils et 50 traqueurs seront mobilisés pour tirer sur tous les sangliers qui se trouveront dans la zone blanche au sud-ouest du Luxembourg. Un dépeuplement pour éviter la peste porcine africaine qui tombe au mauvais moment.

Les deux jours de battues, dévoilés ce mardi par le ministre de l'Agriculture (LSAP), Romain Schneider doivent permettre de dépeupler complètement de sangliers la zone blanche «au plus tard pour la fin de l'été». Vittorio Guberti, l'expert de la peste porcine africaine auprès de la Commission européenne qui était de passage deux jours au Luxembourg, début mai, avait recommandé de dépeupler toute la zone blanche avant ce 31 juillet.


Grande chasse en juillet dans la zone blanche
Tout ne va pas aussi vite que le prévoyait le ministre de l'Agriculture. Alors qu'il avait annoncé l'éradication de tous les cochons sauvages entre Steinfort et Pétange «d'ici fin juin», Romain Schneider a repoussé mercredi ce délai à «la fin de l'été, fin septembre».

L'objectif des battues organisées par les locataires de chasse privés sur tous les lots de chasse à l'intérieur de la zone blanche ces 4 et 5 juillet est de créer un vide sanitaire à l'intérieur de la zone. Délimitée par une clôture côté luxembourgeois et côté belge, elle se trouve à la pointe sud-ouest du pays et s'étale de Linger jusqu'à la limite de l'A6 au nord.

«L'armée inspectera d'abord la zone clôturée le long de la frontière belge entre Bascharage et Grass à l'aide de drones, puis la chasse proprement dite commencera», précise Romain Schneider. Le tir sera autorisé entre 9 heures et 14 heures.

Appel à la vigilance

La population est appelée à être vigilante durant ces deux jours, «de ne pas entrer dans la zone blanche et de respecter méticuleusement les indications le long des sentiers et pistes cyclables juxtaposant la zone blanche», insiste le ministère.


La clôture sera rallongée jusqu'à Pétange
Les habitants de Bascharage ont redessiné la clôture contre la peste porcine africaine. Un tracé alternatif qui sera «probablement» pris en compte par les ministères «si c'est faisable» sur le terrain. La clôture sera prolongée dans Pétange et terminée plus tard.

Politiquement, la date n'est pas la mieux choisie. Alors que près de 150 chasseurs et traqueurs, luxembourgeois et belges, soutenus logistiquement par l'Administration de la nature et des forêts, seront mobilisés, la pétition 1156, prônant l'interdiction de battues, sera justement au coeur du débat public, ce vendredi 5 juillet à partir de 13h30 à la Chambre des députés. Selon l'auteur de cette pétition, cette forme de chasse est contraire à la loi sur la protection des animaux. Il a collecté plus de 6.500 signatures.

L'été n'est pas non plus la période la plus propice à ce type de chasse. Les deux battues seront d'ailleurs organisées sans chiens de chasse pour éviter au maximum de déranger les autres animaux sauvages et surtout les nombreux jeunes animaux.

«En fait, ce n'est pas le moment idéal pour une telle chasse», dit clairement Jo Studer, le vice-président de la Fédération Saint-Hubert des chasseurs du Grand-Duché de Luxembourg (FSHCL). «La chaleur fait que les animaux s'attardent à l'ombre et la végétation, maintenant très dense, obscurcit la vue. Mais nous ferons de notre mieux».


Extension de la zone tampon belge contre la peste porcine
Le virus de la peste porcine africaine continue de sévir en Wallonie. Ce 1er juillet, 7.000 hectares supplémentaires de forêt seront interdits à la circulation. Epargné jusqu'ici, le Luxembourg vise le «dépeuplement total» de sangliers de sa zone blanche.

Une nouvelle clôture à l'étude

Pour parvenir à son objectif, le ministre de l'Agriculture avait promis dès début mai une indemnité sanitaire de 100 euros pour chaque sanglier tiré dans la zone blanche. Tout sanglier abattu doit être ensuite livré à un centre de collecte en vue de la prise d’échantillon pour l’analyse au laboratoire. Jusqu'ici 211 tests ont été effectués sur des échantillons au Laboratoire de médecine vétérinaire de l'Etat (LMVE) sur des cadavres de sangliers. Tous les résultats sont négatifs.

Comme le risque de propagation du virus en Belgique est en train de se déplacer vers le nord, Romain Schneider a ordonné l'étude d’un tracé concernant l’installation d’une clôture supplémentaire le long de la frontière belgo-luxembourgeoise direction nord. «Il est important que nous soyons prêts au cas où la propagation du virus se ferait via la forêt d’Anlier vers la frontière luxembourgeoise pour pouvoir mettre en place la nouvelle clôture dans les délais les plus brefs.»

Si le Luxembourg a échappé au fléau de la peste porcine africaine jusqu'ici, le temps presse. Car l'été approche et un second pic de contamination est annoncé. C'est un classique dans la propagation de la maladie. Les mois de «juillet, août et septembre sont synonymes de  recrudescence du virus car les marcassins vont davantage bouger», explique Laurent Schley, directeur-adjoint de l'Administration de la nature et des forêts.


Sur le même sujet

Extension de la zone tampon belge contre la peste porcine
Le virus de la peste porcine africaine continue de sévir en Wallonie. Ce 1er juillet, 7.000 hectares supplémentaires de forêt seront interdits à la circulation. Epargné jusqu'ici, le Luxembourg vise le «dépeuplement total» de sangliers de sa zone blanche.
Tous les sangliers seront abattus «d'ici fin juin»
«Nous devons faire en sorte qu'il n'y ait plus aucun sanglier dans la zone blanche d'ici fin juin», déclare Romain Schneider. Le ministre de l'Agriculture donnera aux chasseurs une «prime de 100 euros pour chaque sanglier tiré». La peste porcine menace.
Clôture contre la peste porcine: «C'est un cas d'urgence»
Les militaires érigent la clôture de 8 km à la frontière belgo-luxembourgeoise. Elle doit éviter qu'un sanglier, atteint de peste porcine, n'arrive au Luxembourg. Le pays compte près de 100.000 porcs d'élevage. «On est dans un cas d'urgence», explique le Dr Wildschutz.
La peste porcine à nos frontières
La question n'est plus de savoir si la peste porcine va toucher le Luxembourg, mais quand, selon les spécialistes. Les éleveurs de porcs craignent surtout une interdiction d'exporter.