Changer d'édition

Deux autres spécialités médicales au programme de l’Uni
Luxembourg 2 min. 09.06.2020 Cet article est archivé

Deux autres spécialités médicales au programme de l’Uni

La neurologie devrait être enseignée à l'Uni à partir de la rentrée académique 2021.

Deux autres spécialités médicales au programme de l’Uni

La neurologie devrait être enseignée à l'Uni à partir de la rentrée académique 2021.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 09.06.2020 Cet article est archivé

Deux autres spécialités médicales au programme de l’Uni

Alors qu’à la rentrée prochaine l'Université du Luxembourg proposera un bachelor en médecine, les étudiants pourront prochainement suivre deux nouvelles spécialisations à partir de 2021: l’oncologie et la neurologie.

(DH) - La crise sanitaire a pointé du doigt la dépendance du Luxembourg en matière sanitaire envers les pays voisins. Pour y remédier, étape par étape, le pays s'est engagé sur la voie de la formation de personnels soignants. Après, l'idée d'une école d'infirmières franco-luxembourgeoise, et un bachelor en médecine lors de la prochaine rentrée académique, ce sont deux spécialités, l'oncologie et la neurologie qui seront enseignées à l'Université du Luxembourg.

Pourquoi ces deux spécialités? Tout simplement parce qu'elles viendront compléter les travaux du Luxembourg Institut of Health. En effet, l'organisme de recherche biomédicale public s'est spécialisé dans ces deux domaines. L'option prise par le gouvernement permettra ainsi de conserver une «certaine continuité et de proposer un échange entre chercheurs et étudiants en médecine», a précisé le ministère de l'Enseignement supérieur.


visite aménagements Covid-19 au CHEM - Xavier  Bettel - Paulette Lenert - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Former plus d'infirmières en partenariat avec la France
Si la pandémie semble marquer quelque peu le pas ces derniers jours, l'idée d'accroître les personnels de santé continue de faire son chemin. Pour cela, Xavier Bettel plaide pour la mise sur pied d'une école spécialisée financée par Paris et le Grand-Duché.

Pour rappel, et jusqu'à présent, l'Uni ne proposait qu'une seule année de médecine. Les étudiants qui suivaient ce cursus rejoignant ensuite une université partenaire, en France, en Allemagne ou en Belgique pour poursuivre leurs études. Les étudiants pourront ainsi revenir au pays y achever leur formation à l'issue de leurs six premières années de médecine. 

La durée des études spécialisées en oncologie et en neurologie est de cinq ans. Par ailleurs, des semestres à l'étranger dans des hôpitaux universitaires seront également possibles afin d'acquérir des compétences spécifiques pour des maladies moins fréquentes au Grand-Duché, a encore spécifié le ministère. Ce dernier espère mettre en place ce cursus en 2021, après accord de Bruxelles.

Pour ce qui est de la mise en place d'un master en médecine, aucune décision gouvernementale allant dans ce sens n'a été prise à ce jour. De même en ce qui concerne la décision d'augmenter les indemnités des médecins en formation pour les inciter à revenir au Luxembourg. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Forces et faiblesses avouées du système de santé
L'absence de clarté sur le port des masques, le manque de données sur le matériel, un système qui repose en grande partie sur les frontaliers. Propulsée ministre de la Santé juste avant la crise sanitaire, Paulette Lenert, fait le point.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 Stock  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Portes ouvertes 2.0 pour l'Uni
Annulées à cause de la pandémie de covid-19, les journées d'information de l'Université vont céder leur place à des visites virtuelles. Vidéos, témoignages mais aussi conférences, tout va être mis en place à partir de ce mercredi pour répondre au mieux aux demandes des étudiants.
Lokales, 1 Jahr Luxembourg Learning Center Belval, Uni.lu, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les médecins tirent la sonnette d'alarme
L'AMMD est très préoccupée par la pénurie annoncée de médecins au Luxembourg et prévient qu'à l'horizon 2030 la situation pourrait devenir catastrophique. Les médecins et dentistes attendent surtout des réponses de leurs deux ministres de tutelle.
Le Luxembourg peine à garder ses médecins
Pour attirer plus de généralistes luxembourgeois après leurs études à l'étranger, le pays envisage de recourir à la sensibilisation et aux incitations financières. Le prochain lancement d'un bachelor en études médicales en 2020 devrait également aider à retenir les talents au Grand-Duché.
Le Grand-Duché envisage des incitations financières pour faire revenir les généralistes luxembourgeois au pays.