Changer d'édition

Deux applis et des «cabinets de groupe» pour mieux se faire soigner
Luxembourg 4 min. 02.10.2018 Cet article est archivé

Deux applis et des «cabinets de groupe» pour mieux se faire soigner

Pour inciter les médecins généralistes à créer des «cabinets de groupe» aussi bien dans les zones rurales qu'en milieu urbain, le ministère de la Santé propose un coup de pouce incitatif de 10.000 euros pour chaque médecin qui se lancera.

Deux applis et des «cabinets de groupe» pour mieux se faire soigner

Pour inciter les médecins généralistes à créer des «cabinets de groupe» aussi bien dans les zones rurales qu'en milieu urbain, le ministère de la Santé propose un coup de pouce incitatif de 10.000 euros pour chaque médecin qui se lancera.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 02.10.2018 Cet article est archivé

Deux applis et des «cabinets de groupe» pour mieux se faire soigner

Maurice FICK
Maurice FICK
Trouver le bon conseil médical au bon moment et frapper à la bonne porte quand on a un souci de santé. Pour améliorer l'accès aux soins, le ministère de la Santé a présenté 2 applications gratuites pour smartphones, un info-kit et son concept de «cabinets de groupe» pour trouver un médecin généraliste jusqu'à 19h30 et les samedis matin.

Les quatre nouvelles mesures présentées mardi matin à la Villa Louvigny par Lydia Mutsch sont les réponses du ministère de la Santé aux nombreuses questions qu'avait mises au jour l'audit des services d'urgence au Luxembourg et dont les premiers résultats avaient été publiés en décembre 2017.

Cette analyse détaillée avait montré que «les patients ne se rendaient pas toujours aux urgences pour les bonnes raisons mais qu'ils auraient mieux fait d'aller chez le médecin ou dans les maisons médicales de garde. Cela concerne un quart des gens qui vont aux urgences!», rappelle Lydia Mutsch. Le même audit révélait qu'«un tiers des gens interrogés ne savaient pas ce qu'était une maison médicale de garde».

Pour mieux guider les gens lorsqu'ils ont besoin d'une aide médicale et leur donner toutes les informations pour pousser la bonne porte au bon moment, les ministères de la Santé et de la Sécurité sociale, en collaboration avec la Caisse nationale de santé, viennent d'éditer un kit d'information en quatre langues (français, allemand, anglais, portugais).

A l'intérieur se trouvent un dépliant sur les soins médicaux au Luxembourg (au recto comme au verso, un schéma indique vers qui se tourner et à quelle heure de la journée) et une brochure de 16 pages qui permet aussi bien aux résidents qu'aux nouveaux arrivants de se familiariser avec le système de santé luxembourgeois.

Aperçu du dépliant sur les différents acteurs des soins médicaux et leur disponibilité de jour comme de nuit. Les Maisons médicales de garde sont ouvertes de 20 heures le soir au lendemain 7 heures du matin.
Aperçu du dépliant sur les différents acteurs des soins médicaux et leur disponibilité de jour comme de nuit. Les Maisons médicales de garde sont ouvertes de 20 heures le soir au lendemain 7 heures du matin.
Photo: Maurice Fick

Les deux documents insistent sur la nécessité d'avoir un médecin généraliste traitant au Luxembourg. Ils rappellent aussi que les trois Maisons médicales de garde du pays (à Luxembourg, Esch-sur-Alzette et Ettelbruck) sont situées à proximité immédiate d'un centre hospitalier et que des médecins généralistes y assurent un service de remplacement de 20 heures à 7 heures le lendemain tous les jours de la semaine et de 8 heures à 7 heures les week-ends. A savoir: après minuit, il faut d'abord téléphoner au 112 avant de s'y rendre. Le médecin de garde de la Maison médicale vous recontactera en retour.

Le kit d'information sera distribué et diffusé à large échelle dans les semaines à venir dans toutes les communes mais aussi sur les réseaux sociaux.

«La» nouveauté présentée par Lydia Mutsch est l'application «DispoDoc». Développée en collaboration avec l'agence e-Santé et le Cercle des médecins généralistes, cette application gratuite pour smartphone permet de voir en temps réel quel est le médecin disponible à proximité du lieu où vous vous trouvez entre 18 heures et 19h30. Pour l'heure, seuls 15 médecins généralistes sont accessibles via la nouvelle appli.


CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Services d'urgence: l'heure est à l'action
Après l'audit commandé par le gouvernement pour mieux comprendre les besoins des services d'urgence du pays, l'heure est à la mise en oeuvre des mesures préconisées par les experts.

A ne pas confondre avec le site internet doctena.lu qui permet de trouver un médecin et de prendre rendez-vous avec lui bien à l'avance.

Parallèlement, le ministère de la Santé a également développé l'application SANTE.lu. Elle reprend les informations les plus consultées par les 145.000 utilisateurs mensuels du portail internet www.sante.lu comme les alertes sanitaires, les services de garde (des hôpitaux, pharmacies et Maisons médicales) et les numéros d'urgence. «Mais nous voulons profiter de l'appli pour sensibiliser les gens sur d'autres aspects de la santé comme les dons d'organes, la protection vaccinale et diffuser un vidéo-clip qui montre comment sauver une vie en quelques gestes», résume Lydia Mutsch.

Les cabinets de groupe, «c'est le concept de l'avenir»

Pour que les résidents puissent consulter un médecin le soir jusqu'à 19h30 et les samedis matin, notamment dans les régions qui ne sont pas pourvues de Maison médicale de garde -comme à l'Est du pays-  le ministère entend soutenir financièrement la création de cabinets de groupe. Il dispose d'ores et déjà d'une enveloppe globale de 500.000 euros pour 2018.

Des cabinets qui regroupent plusieurs médecins généralistes il en existe déjà au Luxembourg mais «la nouveauté c'est d'avoir un cabinet qui regroupe au moins quatre médecins généralistes qui puissent assurer d'autres plages horaires que celles qui existent, au-delà des heures d'ouverture le soir et une plage horaire supplémentaire le samedi, résume la ministre.

Concrètement, les patients pourront se rendre directement dans ces cabinets de groupe, sans prendre de rendez-vous, tous les jours de 11 heures à 14 heures, de 18 heures à 19h30 et le samedi de 8 heures à midi.

«C'est le concept de l'avenir, estime Lydia Mutsch. L'idée c'est d'«avoir des cabinets de groupe, voire des réseaux de cabinets de groupe si telle est la volonté de s'organiser des médecins, pour que ces cabinets soient ouverts au-delà des horaires d'ouverture du médecin généraliste qu'on sollicite normalement.»

Pour inciter les médecins généralistes à oser l'aventure, le ministère propose un coup de pouce incitatif de 10.000 euros par médecin à la condition  que le contrat d'association soit validé par le Collège médical et que les médecins regroupés soussignent aux règles du jeu: horaires élargis, travail en collaboration, échange d'informations sur les patients entre eux, faire de la prévention.


Sur le même sujet

Face à l'évolution en nombre et en âge de la population, le Luxembourg peine à recruter ou à former suffisamment de professionnels. Aussi le ministère envisage-t-il une nouvelle politique à mener afin de rendre plus attirantes les professions en manque de personnels.
Aortenaneurysma OP lokale Betäubung, Foto Lex Kleren
L'AMMD est très préoccupée par la pénurie annoncée de médecins au Luxembourg et prévient qu'à l'horizon 2030 la situation pourrait devenir catastrophique. Les médecins et dentistes attendent surtout des réponses de leurs deux ministres de tutelle.
Alors que ces dernières années, les ministres de la Santé ont toujours réfuté le manque de médecins au Luxembourg, le monde médical constate, chiffres à l'appui, que la situation se dégrade.
De la prévention des accidents et des maladies professionnelles jusqu'au reclassement des salariés, le médecin du travail joue un rôle crucial dans l'entreprise. Ou plutôt, il devrait jouer ce rôle.
Le Luxembourg ne fait pas face à une pénurie de médecins-généralistes! La ministre de la Santé réfute cette thèse que le député CSV, Léon Gloden, aurait voulu voir se confirmer. Démonstration, chiffres à l'appui.
Le Centre médical de Redange comme ceux mis en place dans le pays depuis 2008 au Luxembourg, permet une organisation plus efficiente de la continuité des soins primaires, rappelle la ministre de la Santé.