Changer d'édition

Deux ans après la collision, l'enquête touche à sa fin

Deux ans après la collision, l'enquête touche à sa fin

Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 8 3 min. 14.02.2019

Deux ans après la collision, l'enquête touche à sa fin

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Ce jeudi 14 février marque le triste anniversaire de la collision ferroviaire de Dudelange, qui faisait une victime et deux blessés. Où en est l'enquête 24 mois après les faits?

C'est un épisode qui reste dans les mémoires. Plus de dix ans après la catastrophe ferroviaire de Zoufftgen qui avait fait six morts, un accident mortel similaire avait lieu le 14 février 2017 entre un train de voyageurs, heureusement quasi vide, et un train de marchandises.


Accident ferroviaire mortel sur la ligne Luxembourg-Thionville
Un train de voyageurs venant du Luxembourg a percuté de plein fouet un train de marchandises en provenance de France. Une personne est décédée, deux autres ont été blessées. Le trafic a été interrompu sur cette ligne pendant plusieurs jours.

Deux ans après les faits, le Parquet de Luxembourg informe que "l'enquête judiciaire est presque terminée; le dernier rapport de l'expert ferroviaire suisse a été envoyé cette semaine au juge d'instruction".  

Mais entre-temps, la Commission rogatoire internationale a fait une demande auprès de Whatsapp, aux Etats-Unis, pour avoir accès aux données du téléphone du conducteur décédé au moment de l'accident.

L'idée derrière cette demande est de comprendre pourquoi le conducteur de train n'a pas vu les différents signaux lumineux sur sa route; était-il distrait par son téléphone?

En attendant, le juge d'instruction peut à présent analyser les résultats détaillés de l'enquête pour les transmettre au Parquet.

Une fois que ce "volumineux dossier" aura été étudié, ce sera au juge d'instruction, sur avis du Parquet, de décider quelle sera la suite à donner à ce dossier: "une inculpation éventuelle de personnes suspectes ou la clôture de l'instruction".

Trois causes pour l'accident

À 08h44 ce jour-là, le TER de voyageurs, en route pour Thionville, passe un premier signal en position d’avertissement, à environ 123km/h, sans réduire sa vitesse, conformément à la réglementation. Le conducteur du train n'engage un premier freinage que 100m en amont d'un autre signal qui lui, est en position d'arrêt. Mais le TER passe tout de même ce signal, à une vitesse de 131km/h.

Le freinage d'urgence ne sera actionné qu'après avoir passé tous ces signaux. Mais il est alors trop tard et la collision avec le train de marchandises en route pour Luxembourg est inévitable.

Il aura fallu plusieurs semaines pour dégager complètement les wagons accidentés des voies. Sans compter la crainte des conducteurs de trains, ne souhaitant plus se rendre au Luxembourg seuls à bord des appareils; et celle des voyageurs de cette ligne frontalière très empruntée, sous le choc.

En 2018, un premier rapport intermédiaire de l'enquête est rendu public et dévoilera trois causes pour expliquer cet accident:

1. Le conducteur du train TER n'a pas réagi au signal lumineux fixe avancé présentant la position «avertissement» et n'a donc pas réduit sa vitesse comme la réglementation le lui imposait;

2. L'impulsion que le système d'aide à la conduite dit «crocodile» du signal fixe avancé aurait dû émettre n'a pas été reçue par le train TER, ce qui a eu pour conséquence que le système Memor II+ n'a pas déclenché de freinage;

3. Lorsque le conducteur du train TER a réalisé que le signal fixe principal était en position «arrêt», la distance de freinage était insuffisante pour lui permettre d’arrêter le train à temps afin d’éviter la collision frontale.

Une erreur humaine donc, mais aussi un problème technique lié au dispositif de sécurité des trains qui diffère d'un pays à l'autre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Collision ferroviaire en 2017: 14 défaillances déjà avant l'accident
Ce lundi, l'administration des enquêtes techniques a publié un rapport intermédiaire dans l'enquête concernant la collision mortelle entre un train CFL et un train de marchandises le 14 février 2017. C'est bien le système Memor II+, présent au sol, qui n'a pas fonctionné. Mais ce n'était pas la première fois.
C'est bien le système Memor II+, actif à bord des deux trains, qui est à l'origine de l'accident.
Accident de trains de Bettembourg: Une défaillance technique et humaine à l'origine de la collision
Les circonstances précises restent à définir mais les causes de la terrible collision survenue le 14 février 2017 entre un TER à destination de Thionville et un train de marchandises à Bettembourg et qui a lourdement perturbé le trafic ferroviaire entre Thionville et le Luxembourg sont connues. Le conducteur du TER «n'a pas réagi au signal lumineux» et a déclenché le freinage d'urgence trop tard. Et le TER n'a pas reçu l'impulsion venant de la voie qui aurait dû déclencher le freinage.
La collision entre le train de voyageurs des CFL (TER 88807) à destination de Thionville et un train de marchandises avait fait un mort (le conducteur du TER) et deux blessés
Au moins un mort dans une collision frontale entre deux trains
Près de Bettembourg, mardi matin vers 8h45, un train de marchandises en provenance de France a percuté de plein fouet un train de voyageurs qui venait de Luxembourg. Une personne est décédée, deux autres ont été blessées, une quatrième est recherchée.
Zugunglück Dudelange,Foto:Gerry Huberty