Changer d'édition

Des voyageurs couverts par le droit européen
Luxembourg 24.09.2019 Cet article est archivé

Des voyageurs couverts par le droit européen

Les voyageurs lésés par la faillite de Thomas Cook sont couverts par la législation européenne

Des voyageurs couverts par le droit européen

Les voyageurs lésés par la faillite de Thomas Cook sont couverts par la législation européenne
Photo: AFP
Luxembourg 24.09.2019 Cet article est archivé

Des voyageurs couverts par le droit européen

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Dans la tourmente Thomas Cook, le Centre Européen des Consommateurs Luxembourg rappelle que les touristes ayant réservé leur voyage pourront bénéficier de garanties de rapatriement s’ils sont déjà sur place ou d’un remboursement s’ils ne sont pas encore partis.

Suite à la faillite déclarée lundi du voyagiste britannique Thomas Cook, le Centre Européen des Consommateurs Luxembourg (CEC) précise que des garanties de rapatriement existent pour les voyageurs déjà présents sur leur lieu de vacances, tout comme un remboursement est prévu pour ceux qui ont réservé, mais ne sont pas encore partis.

Cette garantie se trouve dans la directive européenne des voyages à forfait («Package travel directive») et protège donc le voyageur sans même qu’il ait besoin d’avoir souscrit une assurance spécifique lors de sa réservation.

Des accords entre compagnies européennes

Le CEC précise aussi que les voyageurs qui ont acheté seulement des billets d’avion auprès de Thomas Cook ne sont pas couverts et peuvent se tourner vers leur fournisseur de carte de crédit ou leur assureur. Des accords entre compagnies aériennes peuvent toutefois intervenir pour assurer les vols.

Rappelons que la faillite de Thomas Cook a contraint les autorités à lancer une opération de rapatriement sans précédent de ses quelque 600.000 clients en vacances dans le monde. L'impact au niveau du Luxembourg est assez limité.


Sur le même sujet

Le voyagiste britannique, qui a fait faillite lundi, a contraint les autorités à lancer immédiatement un rapatriement sans précédent de ses quelque 600.000 clients en vacances dans le monde. Très peu de vacanciers du Grand-Duché seraient concernés par l'opération.