Changer d'édition

Des violences domestiques en hausse
Luxembourg 3 min. 24.03.2020

Des violences domestiques en hausse

Les faits de violence domestique ont tendance à se multiplier au Luxembourg depuis le confinement forcé de la population

Des violences domestiques en hausse

Les faits de violence domestique ont tendance à se multiplier au Luxembourg depuis le confinement forcé de la population
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 24.03.2020

Des violences domestiques en hausse

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Sans pouvoir donner de chiffres officiels, la police relève ces derniers jours une augmentation des plaintes pour conflits familiaux. Des interventions pour des faits de coups et blessures, parfois liés à une surconsommation d'alcool, en lien direct avec le confinement de la population.

Vendredi 20 mars, 21h40, Esch-sur-Alzette. Quatre jours après le début du confinement, la police est appelée à la cité Salvador Allende pour un conflit familial. A l'arrivée de la patrouille sur les lieux, une dame et son enfant se trouvent à l'extérieur de l'appartement, tandis qu'un homme, réfugié à l'intérieur, menace les policiers avec une... arbalète. Arrivée sur place, l'unité spéciale de la police procède à son interpellation. Ce cas, certes extrême, relevé parmi d'autres dans les derniers bulletins de la police grand-ducale, dénote une tendance à la hausse des violences domestiques. «Nous avons en effet pu constater une augmentation de ce type d'intervention depuis une semaine», affirme un porte-parole de la police.

Une tendance qui ne repose toutefois pas sur des chiffres officiels, mais que le fonctionnaire de police juge «en lien direct» avec le confinement forcé de la population. Et ce dernier d'assurer, en se basant sur son expérience, que le phénomène «devrait s'amplifier dans les semaines à venir», vu que le gouvernement a prolongé l'état de crise jusqu'en juin. Des propos quelque peu tempérés par Frank Stoltz, responsable des porte-parole de la police, selon lequel il n'est «pas encore question d'une hausse alarmante».


Corona-Virus, Polizeikontrolle Alzettestrasse, Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La police veille, l'armée en renfort
Francois Bausch, ministre de la Sécurité intérieure annonce, ce jeudi, que le Findel sera fermé aux passagers à partir de lundi. Il signale en outre que ceux qui ne respectent pas le confinement seront bel et bien sanctionnés.

Ce retour du terrain corrobore l'analyse formulée par le psychanalyste Thierry Simonelli dans une interview accordée la semaine dernière. Le praticien affirmait en effet que cette situation de confinement forcé risquait fort de «développer chez les gens de l'irritabilité et de l'agressivité, voire des crises de colère, susceptibles même de conduire jusqu'à la violence.» Et Thierry Simonelli d'aller jusqu'à prédire «une probable hausse du nombre de divorces et de dépôts de plaintes pour coups et blessures dans les semaines à venir.»

Le monde de la psychologie s'accorde sur le sujet. En effet, Céline Gerard, psychologue, et Olga Strasser, éducatrice graduée, toutes deux actives auprès de l'asbl Femmes en détresse, confient à nos confrères du Luxemburger Wort qu'«avec le confinement, les risques sont réels de voir la violence physique et psychologique augmenter.» Car, expliquent-elles, «l'auteur de violence pourra exercer plus de pouvoir, et ce en continu, sur la victime qui risque de ne plus trouver psychiquement d'échappatoire comme le fait d’avoir un peu de répit quand l'auteur va travailler ou sort avec des amis.» 

En attendant, avec cette situation de crise sanitaire du coronavirus et cette période de confinement de l'ensemble de la population, c'est le métier même de policier qui subit une mutation temporaire, concède le porte-parole de la police. «La nature de nos interventions a évidemment changé du tout au tout: plus grand-chose ne se passe en rue, mais c'est désormais au sein même des maisons qu'il faut intervenir.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les postes-frontières belges sous contrôle
Le ministre de l'Intérieur a décidé ce vendredi après-midi d'établir des contrôles aux frontières. Pour Pieter De Crem, le but est de réduire au maximum les déplacements à l'intérieur du pays mais aussi entre la Belgique et ses voisins.
Flemish police stop Dutch motorists at the Belgian border at Maaseik on March 20, 2020, due to the spread of the novel coronavirus, COVID619. (Photo by Marcel VAN HOORN / ANP / AFP) / Netherlands OUT / Marcel Van Hoorn,bin,Flemish police stop Dutch motorists at the Belgian border at Maaseik, The Netherlands, 20 March 2020. Due to the strict rules in Belgium regarding the coronavirus, crossing the border is now fined. ANP MARCEL VAN HOORN,Flemish police repels Dutch motorists at the border,Stephan,Marcel Van Hoorn,GRENS netherlands out - belgium out
Des sanctions pour les plus récalcitrants
Pour lutter contre la propagation du virus, Xavier Bettel a appelé les résidents à limiter leurs déplacements au strict minimum. Un appel pas toujours bien entendu. La police luxembourgeoise est toutefois mobilisée pour veiller au grain.
Luxemburg-Stadt , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19 , verwaiste Stadt wegen etat de crise , Groussgass Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La police veille, l'armée en renfort
Francois Bausch, ministre de la Sécurité intérieure annonce, ce jeudi, que le Findel sera fermé aux passagers à partir de lundi. Il signale en outre que ceux qui ne respectent pas le confinement seront bel et bien sanctionnés.
Corona-Virus, Polizeikontrolle Alzettestrasse, Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
«Ce confinement ressemble à une double peine»
Les conditions de vie en période de confinement changent considérablement nos habitudes et perturbent tous nos mécanismes. Le psychanalyste Thierry Simonelli explique les perturbations psychiques qu'engendre ce qu'il qualifie d'«isolation contrainte».