Changer d'édition

Des vendanges moitié moindres que la moyenne
Luxembourg 23.09.2019 Cet article est archivé

Des vendanges moitié moindres que la moyenne

Le ministère de l'Agriculture a accordé une dérogation pour acidifier le vin

Des vendanges moitié moindres que la moyenne

Le ministère de l'Agriculture a accordé une dérogation pour acidifier le vin
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 23.09.2019 Cet article est archivé

Des vendanges moitié moindres que la moyenne

Les récoltes estimées cette année de 50.000 à 60.000 hectolitres équivalent à la moitié du rendement habituel sur les coteaux de la Moselle luxembourgeoise. Un fait qui s'explique par les records de chaleur cet été, la sécheresse, mais aussi les gelées tardives en mai.

(JFC, avec Volker Bingenheimer). - Les vendanges ont commencé depuis le 18 septembre et déjà les estimations de l'Institut viti-vinicole de Remich tablent sur une récolte de 50.000 à 60.000 hectolitres cet automne. Ce chiffre correspond à la moitié d'un millésime moyen. L'an dernier, la récolte avait, elle, approché les 130.000 hectolitres. 

Dès le 26 août sur wort.lu/fr, Robert Mannes, ingénieur à l'Institut viti-vinicole de Remich, avait annoncé la couleur: la récolte s'annonce «difficile» et les quantités seront «moitié moindres», avait-il alors auguré.


Certaines grappes ont complètement grillées sous les chauds rayons du soleil de cet été.
Des vignes en souffrance en raison de la météo
Dans un mois démarrent les vendanges sur les coteaux de la Moselle. Records de chaleur, sécheresse mais aussi gelées tardives ont sévèrement abîmé les raisins. La récolte s'annonce «difficile» et les quantités seront moitié moindres, avance déjà l'Institut viti-vinicole.

Les deux principales raisons expliquant cette baisse de rendement des vignobles sont d'ordre météorologique: le gel au début du mois de mai et les vagues de chaleur en juillet.

Le gel est tombé sur de nombreuses vignes en pleine floraison, soit à un moment très défavorable. Le phénomène n'a cependant revêtu qu'un caractère local. «Certains cépages sont plus affectés que d'autres», constatait Aender Mehlen, inspecteur à l'Institut viti-vinicole de Remich.    

Une possible dérogation

En juillet, les pointes de température de 40°C ont endommagé les vignes. La sécheresse a été un problème mineur pendant cette période. «Par de telles températures, la vigne est comme mise sous une étuve», dit Aender Mehlen.   

Ces conditions climatiques particulièrement défavorables pourraient inciter le ministère de l'Agriculture à accorder une dérogation pour acidifier le vin, si la demande venait à se faire.

La qualité est là

Le moût serait alors traité avec de l'acide tartrique pour maintenir sa fraîcheur. Cette opération n'est nécessaire que les années où les étés ont été très chauds, et, de plus, seuls quelques domaines viticoles en font usage. 

Pour terminer sur une note positive, Robert Mannes assure que «qualitativement, les raisins qui restent seront excellents».     


Sur le même sujet

Des vignes en souffrance en raison de la météo
Dans un mois démarrent les vendanges sur les coteaux de la Moselle. Records de chaleur, sécheresse mais aussi gelées tardives ont sévèrement abîmé les raisins. La récolte s'annonce «difficile» et les quantités seront moitié moindres, avance déjà l'Institut viti-vinicole.
Certaines grappes ont complètement grillées sous les chauds rayons du soleil de cet été.
Objectif 100% «bio» en 2050
Après une parenthèse au ministère des Sports de 2013 à 2018, Romain Schneider (LSAP) a fait son retour à l'Agriculture. La réorientation vers le «bio» et les accords de libre-échange entre l'UE et le Mercosur sont au centre de ses préoccupations.
Sommerinterview Romain Schneider, Minister Landwirtschaft, Weinbau, soziale Sicherheit, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Coup de chaud sur le Luxembourg
Après un «coup de chaud» fin juin, le Grand-Duché est victime de fortes chaleurs en cette fin juillet 2019. Alerte météo rouge, nouveau record de température, premier plan canicule déclenché par le ministère de la Santé, tout y est.
Lokales, Hitze, Sommer, Sonne, Foto: Lex Klern/Luxemburger Wort