Changer d'édition

Des vagues de chaleur de plus en plus courantes
Luxembourg 2 min. 24.06.2019

Des vagues de chaleur de plus en plus courantes

Des vagues de chaleur de plus en plus courantes

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 24.06.2019

Des vagues de chaleur de plus en plus courantes

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Avec des températures annoncées pour la semaine à venir largement au-delà des 30° C, les premiers jours de l'été s'annoncent torrides. Un phénomène de plus en plus courant depuis le milieu des années 1990, selon les données de Météolux.

Si le record de température au Luxembourg enregistré en août 2003 avec 39,7° C ne devrait pas être franchi, la semaine à venir devrait tout de même être chaude. Avec des thermomètres qui devraient afficher au moins 35°C à partir de mercredi, le Luxembourg va connaître une nouvelle vague de chaleur. Un phénomène de plus en plus courant, selon les données de Météolux, qui fait état d'un changement depuis le milieu des années 1990.

Enregistrées depuis 1947, les données des services météorologiques luxembourgeois mettent en avant une évolution à la hausse des températures moyennes. La progression atteignant près de 2°C entre 1947 et 2018.

Une tendance au niveau national qui cache cependant des disparités au sein d'un territoire de quelque 2.600 km2, à en croire les relevés effectués au sein des trois seules stations de Météolux. 

Si les stations de Grevenmacher et Dahl affichent des valeurs relativement stables entre 1961 et 2018, la donne apparaît bien différente dans la station présente au Findel. Avec des fluctuations importantes relevées - comme en 1976, 1990 ou 2003 et 2004 -, la capitale affiche des températures moyennes annuelles bien supérieures et en constante augmentation.

Loin d'être spécifique au Grand-Duché, ce phénomène touche l'ensemble de la planète, selon l'analyse des données climatiques de ces 150 dernières années réalisée par l'ONG Berkeley Earth. Si les températures luxembourgeoises ont dépassé à 18 reprises la moyenne annuelle enregistrée depuis 1868 au cours des 20 dernières années, il en va de même pour l'Allemagne, la Belgique et la France. Avec à chaque fois une accélération du phénomène au cours de la décennie écoulée.

Selon les données de la National centers for environnental information, ce constat s'applique au niveau mondial. Et dresse même un tableau plus inquiétant puisque l'agence américaine de l'environnement évoque une hausse globale de la température moyenne sur les continents et dans les océans de manière discontinue depuis 1978. 

Pour mémoire, le Luxembourg, comme 195 autres pays, s'est engagé à respecter l'Accord de Paris qui vise à «limiter la hausse des températures de 1,5 degré».  Selon les estimations des experts du Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, l'augmentation à la surface de la Terre, d’ici la fin du siècle, pourrait être comprise entre 0,3 et 4,8°C en fonction de la quantité des émissions de gaz à effet de serre.


Sur le même sujet

En France: Le deuxième Noël le plus chaud de l'histoire
La température moyenne en France en ce 25 décembre 2015 a été de 10,93 degrés Celsius, ce qui en fait "le deuxième Noël le plus chaud depuis que les relevés existent. Au Luxembourg, le mois de décembre est jusqu'à présent le mois le plus chaud jamais enregistré.
A man bikes under blooming cherry trees during winter time in Berlin, Germany, December 22, 2015. REUTERS/Hannibal Hanschke