Changer d'édition

Des tests rapides pour ramener «la sérénité en classe»
Luxembourg 2 min. 24.03.2021

Des tests rapides pour ramener «la sérénité en classe»

Jean Theis, directeur du lycée Hubert-Clément, espère que les tests permettront d'endiguer toute propagation du virus.

Des tests rapides pour ramener «la sérénité en classe»

Jean Theis, directeur du lycée Hubert-Clément, espère que les tests permettront d'endiguer toute propagation du virus.
Photo: archives
Luxembourg 2 min. 24.03.2021

Des tests rapides pour ramener «la sérénité en classe»

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Les 9.000 kits de cette phase d'essai ont été distribués ce mercredi dans six établissements du Grand-Duché. Parmi eux, le lycée Hubert-Clément à Esch-sur-Alzette qui compte dessus pour rassurer parents et enseignants.

Avec un léger retard, les tests rapides sont arrivés ce mercredi matin dans les six établissements du Grand-Duché sélectionnés pour cette première phase pilote. Les 9.000 kits ont été répartis dans trois écoles et deux lycées. Parmi eux, le lycée Hubert-Clément à Esch-sur-Alzette dirigé par Jean Theis. 

Comment s'est déroulée cette première journée de tests rapides ?

Jean Theis - «A vrai dire nous n'avons pas encore de résultats. Nous avons distribué 1.200 tests à notre personnel, aux enseignants et aux élèves. Le but est que chacun réfléchisse chez lui, à tête reposée pour savoir s'il veut ou pas faire le test. Bien sûr pour nos élèves nous avons besoin du consentement de leurs parents, ils ne peuvent pas décider seuls. Dans un second temps, ceux qui le souhaitent pourront se manifester, et nous commanderons de nouveaux kits suivant le nombre de volontaires. Les tests suivants se feront alors dans notre établissement.

Pourquoi avoir choisi de participer à cette phase pilote? 

Les tests rapides s'invitent

 «A vrai dire c'est le gouvernement qui nous a sollicités. Je pense que le ministre de l'Education voulait que ce nouveau dispositif soit aussi expérimenté en dehors de la capitale, dans des zones plus rurales et globalement moins peuplées. Cela permet aussi de mesurer la propagation du virus à l'extérieur de Luxembourg-Ville.

Quelles sont vos attentes concernant ce dispositif ?

«Nous espérons ramener un peu de sérénité dans notre établissement. On commence à avoir l'habitude des élèves qui tombent malades, de jongler avec la distanciation, mais cela reste pesant. Jusqu'à présent, seules deux de nos classes ont dû être réorganisées à distance, les autres ont été isolées dans nos bâtiments. Mais nous avons constaté une légère reprise des contaminations dans les classes des cycles inférieurs. 


01.03.2021, Sachsen-Anhalt, Magdeburg: Ein Fünftklässler meldet sich während des Präsenzunterrichts am "Ökumenischen Domgymnasium". Nach zweieinhalb Monaten coronabedingten Notbetriebs öffnen in Sachsen-Anhalt die Schulen und Kitas wieder ihre Türen. Foto: Ronny Hartmann/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le virus s'invite dans 294 classes
Sur la première semaine de mars, le ministère de l'Education a noté une légère diminution du nombre d'enfants et de personnels infectés. Vivement que les autotests de dépistage entrent en service pour briser au plus tôt les chaines de contamination.

 Avec ces tests, nous pourrons agir beaucoup plus vite: en 15 minutes seulement nous serons en mesure de savoir si oui ou non un élève est contaminé. Il pourra ainsi rentrer chez lui sans contaminer ses camarades. Nous serons enfin sûrs de garantir à nos élèves et au personnel un environnement sain. Je suis très curieux de connaître les premiers résultats. J'espère qu'ils ne seront pas trop mauvais et que nous pourrons rester ouverts jusqu'à Pâques.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Depuis lundi, écoliers et lycéens se doivent de pratiquer des tests rapides pour lutter contre la pandémie. Une nouvelle pratique plutôt bien acceptée par les principaux concernés qui assurent «contribuer à la sécurité de tous».
Lok , Grundschule Cents , Luxemburg-Stadt ,Covid Schnelltest Schulen , Corona , Covid-19 , Schule Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Deux semaines de phase-pilote, sur 6 établissements, ont suffi à convaincre le ministère de l'Education de miser sur des kits de dépistage covid pour l'ensemble des 120.000 scolaires et enseignants du pays.
14.04.2021, Berlin: Ein Schüler hält bei einem Probelauf mit Corona-Schnelltests an der Grundschule in der Köllnischen Heide in Berlin-Neukölln seinen negativen Test in die Kamera. Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Annoncée début mars, la mise en place d'une phase test destinée à permettre aux élèves d'effectuer par eux-mêmes le dépistage du covid-19 débutera mercredi, annonce le ministère de l'Education nationale. 9.000 kits seront distribués dans six établissements.
Si les écoliers et lycéens du pays peuvent se soumettre à des tests anti-covid directement au sein de leur établissement scolaire, leurs tuteurs légaux doivent impérativement donner leur consentement au préalable, rappelle Claude Meisch ce jeudi. Si des tests PCR sont proposés aux élèves, ceux-ci sont néanmoins encadrés.
Dès la mi-novembre, des équipes de test seront envoyées directement dans les établissements scolaires.
Sur la première semaine de mars, le ministère de l'Education a noté une légère diminution du nombre d'enfants et de personnels infectés. Vivement que les autotests de dépistage entrent en service pour briser au plus tôt les chaines de contamination.
01.03.2021, Sachsen-Anhalt, Magdeburg: Ein Fünftklässler meldet sich während des Präsenzunterrichts am "Ökumenischen Domgymnasium". Nach zweieinhalb Monaten coronabedingten Notbetriebs öffnen in Sachsen-Anhalt die Schulen und Kitas wieder ihre Türen. Foto: Ronny Hartmann/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++