Changer d'édition

Des tests PCR payants qui nuiraient au vivre-ensemble
Luxembourg 3 min. 08.09.2021
Avis de la CCDH

Des tests PCR payants qui nuiraient au vivre-ensemble

A compter du 15 septembre, date d'entrée en vigueur de la nouvelle loi covid, passer un test PCR ne sera plus gratuit. Aucune information sur le prix n'a, à ce jour, été communiquée.
Avis de la CCDH

Des tests PCR payants qui nuiraient au vivre-ensemble

A compter du 15 septembre, date d'entrée en vigueur de la nouvelle loi covid, passer un test PCR ne sera plus gratuit. Aucune information sur le prix n'a, à ce jour, été communiquée.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 08.09.2021
Avis de la CCDH

Des tests PCR payants qui nuiraient au vivre-ensemble

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Annoncée début septembre par le Premier ministre afin d'accélérer encore la couverture vaccinale de la population face au variant Delta, la mesure ne convainc pas la commission consultative des droits de l'homme qui pointe du doigt une stratégie qui risque de «scinder la société».

A compter du 15 septembre prochain, date d'entrée en vigueur de la nouvelle version de la loi covid, les personnes non vaccinées ou non rétablies devront mettre la main à la poche pour passer un test PCR. Un «changement de paradigme» assumé par le gouvernement mais qui n'est pas du goût de la commission consultative des droits de l'homme (CCDH) qui estime que cette nouvelle stratégie «soulève des questions juridiques, sociétales et épidémiologiques».


Politik, briefing Lenert/Bettel, Xavier Bettel, Paulette Lenert Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Vaccination gratuite vs Test PCR payant
Quitte à facturer maintenant le dépistage PCR payant, le gouvernement veut voir encore progresser le nombre de citoyens vaccinés contre le coronavirus. Histoire de gagner la course contre-la-montre face au virus.

Dans un avis publié ce mercredi, l'organe indépendant craint avant tout que la mesure, destinée à convaincre le quart des résidents non vaccinés que l'injection constitue la principale solution dans la lutte contre la pandémie, ne soit à l'origine de discriminations. Que ce soit en raison «de l'état de santé» des résidents, «de leur situation financière ou de leur conviction». Avec le risque de «scinder la société et renforcer les inégalités», selon la CCDH qui craint «des impacts néfastes sur le vivre-ensemble».

Car si la commission assure qu'«une couverture vaccinale maximale est le moyen le plus efficace de lutter contre la pandémie », elle s'interroge sur les effets de cette nouvelle approche qui «risque d'augmenter la fracture sociale, voire la radicalisation chez certains, au lieu de renforcer l’adhésion à la vaccination». En clair, forcer la main au lieu de convaincre. Une manière de faire qui aurait comme corollaire le fait «de rendre plus difficile la possibilité de mener des discussions nuancées sur ce sujet». Et donc la possibilité «d'une polarisation croissante (...) surtout quand on parle de 'nous les vaccinés' et 'vous les non-vaccinés' et que cela devient pratiquement une identité», note la CCDH.


Wo fr , Impfbus bei der Cloche d`Or , Impf-Bus , Impfung ohne Termin Covid-19 , Corona , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La vaccination boostée par le "sans rendez-vous"
En passant devant le Impf-bus ici ou là, ou en se rendant au Hall Victor-Hugo, les retardataires à l'injection anti-covid semblent avoir trouvé la formule qui leur convient. En quelques jours, 1.127 volontaires ont ainsi reçu une injection.

Raison pour laquelle l'instance consultative du gouvernement plaide pour «une approche inclusive et pédagogique», destinée notamment à «s'intéresser à la grande diversité des motifs, craintes et doutes des personnes non vaccinées» afin de mettre en place «des stratégies et actions spécifiques (...) afin d'améliorer l'adhésion à la vaccination». Une approche déjà en partie en place via des actions de proximité. Que ce soit avec la possibilité de se faire vacciner sans rendez-vous au hall Victor-Hugo, la circulation du Impf-bus ou l'élargissement de la campagne de vaccination aux médecins généralistes et aux pédiatres. Les discussions se poursuivent également autour de la possibilité de réaliser des injections au sein des grandes entreprises.

A noter que si la fin de la gratuité des tests PCR est inscrite dans le projet de loi étudié au sein de la commission de la Santé, aucune information sur le prix de l'examen n'a été fournie à ce jour.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans un avis rendu mardi, la Haute autorité a émis deux oppositions formelles au texte qui doit entrer en vigueur le 15 septembre prochain. Des changements «conformes aux demandes» des Sages ont été adoptés, assure mercredi le président de la commission Santé.
Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Quitte à facturer maintenant le dépistage PCR payant, le gouvernement veut voir encore progresser le nombre de citoyens vaccinés contre le coronavirus. Histoire de gagner la course contre-la-montre face au virus.
Politik, briefing Lenert/Bettel, Xavier Bettel, Paulette Lenert Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
En passant devant le Impf-bus ici ou là, ou en se rendant au Hall Victor-Hugo, les retardataires à l'injection anti-covid semblent avoir trouvé la formule qui leur convient. En quelques jours, 1.127 volontaires ont ainsi reçu une injection.
Wo fr , Impfbus bei der Cloche d`Or , Impf-Bus , Impfung ohne Termin Covid-19 , Corona , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort