Changer d'édition

Des témoignages voués à entrer dans l'histoire
Luxembourg 4 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

Des témoignages voués à entrer dans l'histoire

Avec le covid-19, «les frontières ont recouvré une importance qu'elles n'avaient peut-être plus», estime Christoph Brüll, historien de l'Uni.

Des témoignages voués à entrer dans l'histoire

Avec le covid-19, «les frontières ont recouvré une importance qu'elles n'avaient peut-être plus», estime Christoph Brüll, historien de l'Uni.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

Des témoignages voués à entrer dans l'histoire

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Depuis dix jours, le Centre pour l’histoire contemporaine et digitale (C2DH) de l’Uni a lancé un site web collaboratif destiné à compiler les expériences vécues pendant cette pandémie. Une plateforme ouverte aussi bien aux résidents qu'aux frontaliers, avec tous les supports possibles et imaginables. Explications.

«C'est à la fois un témoignage pour les générations futures, mais aussi une forme de thérapie pour aujourd'hui.» C'est ainsi que Christoph Brüll, professeur d'histoire sur le campus de Belval, décrit le projet covidmemory.lu voué à détailler la manière dont le covid-19 a changé la vie au Grand-Duché. Pour ce faire, la douzaine d'historiens du Centre d'histoire contemporaine et digitale (C2DH) souhaitent compiler photos, vidéos, récits et témoignages liés à la crise sanitaire. 

D'où vient l'idée de créer une plateforme de collecte des données sur le covid-19?

Dr  Christoph Brüll - «L'idée originelle appartient à un de nos collègues, Sean Takats, qui a rejoint le C2DH depuis octobre dernier. En tant qu'Américain, il a déjà travaillé sur des événements marquants, tels les attentats du 11-Septembre, en 2001 ou encore lors de l'ouragan Katrina en 2005. Pour notre projet, plusieurs dimensions existent. La première vise à documenter l'événement de manière directe, avec une forme de thérapie qui n'est pas à passer sous silence car elle est importante. La deuxième est de servir de base à un travail plus spécifiquement d'historien.

A qui s'adresse votre plateforme?

«Aux personnes qui vivent au Luxembourg, mais aussi à celles qui y travaillent, car la problématique des frontaliers est importante. Je dois même avouer que la majorité des personnes derrière ce projet le sont. Qu'elles habitent en Allemagne, en Belgique, et même à Paris.

Tous les supports sont-ils acceptés sur votre plateforme?

«Bien entendu, de la poésie à la vidéo, même si certains sont plus difficile à montrer. Mais, avec un peu de temps, nous trouvons toujours les solutions techniques pour les faire paraître. Le champ est vaste puisque tous les contenus liés au covid-19 nous intéressent, des communications officielles des autorités à l'organisation du télétravail ou encore à des avis thérapeutiques. 

A ce jour, la plateforme est disponible en allemand, français et anglais, mais nous pouvons aussi bien recueillir des documents en luxembourgeois, portugais, italien ou autres. Nous ne nous interdisons rien et nous avons, à ce jour, récolté environ 70 documents.


Tranches de vies entre quatre murs
Pendant le confinement, le Luxemburger Wort recueille et publie photos et vidéos des résidents cloîtrés à leur domicile. Voici un florilège de témoignages visuels.

Quand allez-vous commencer à travailler sur la matière brute?

«En réalité, nous avons déjà commencé. Et peut-être que nous allons lancer des mini expositions dès la fin de cette semaine. Nous allons aussi peut-être pouvoir en donner une première interprétation. Mais il est évident que le gros travail d'analyse se fera par après. Quant à la fin du fonctionnement du site, elle deviendra effective quand les gens arrêteront d'y contribuer.

Un mois après le début du confinement, avez-vous déjà déterminé les grands thèmes de votre étude?

«Ils ne sont pas très surprenants et ont trait évidemment en premier lieu à la modification de notre quotidien, sous toutes ses dimensions. Que ce soit au sein de la famille, mais aussi de l'organisation du travail ou de l'enseignement à distance avec notamment le rôle des parents. La dimension sanitaire sous toutes ses formes évidemment ainsi que la représentation sociale de la pandémie. Autrement dit, la manière dont les gens voient cette crise sanitaire. Une autre question, peut-être plus intellectuelle, mérite aussi d'être posée: celle de la restriction des libertés. 

Le Dr Christoph Brüll, historien au sein du C2DH del'Uni.
Le Dr Christoph Brüll, historien au sein du C2DH del'Uni.
Photo privée

Est-il d'ores et déjà possible de dire si cette pandémie possède une particularité par rapport à ses devancières?

«Le confinement à échelle massive - et à travers le monde - n'était pas la règle jusqu'à présent. Il y a bien entendu aussi toute la communication qui va avec puisque le monde numérique n'existait pas. Mais il y a aussi beaucoup de ressemblance, notamment dans le vocabulaire. Le virus est toujours un «intrus», quelque chose qui vient de l'extérieur, alors que du point de vue scientifique c'est quelque chose de «naturel». D'autre part, le débat santé vs économie a toujours existé. 

Qu'est-ce qui va changer, selon vous, à l'issue de cette crise sanitaire?

«Les historiens sont très mauvais en termes de prédictions... Mais force est de constater que ce qu'on nous faisait miroiter - comme l'enseignement à distance ou encore le télétravail - est devenu aujourd'hui une réalité. Et ce, en très peu de temps. En tant qu'historien spécialiste des frontières, j'observe que ces dernières ont recouvré une importance qu'elles n'avaient peut-être plus. Notamment avec l'Allemagne.  Cette question sera immanquablement matière à débat.»    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le déconfinement démarre en douceur
Jour un de la reprise économique dans quelques secteurs à peine, après cinq semaines de paralysie imposée par le coronavirus. Le retour des ouvriers a bien eu lieu ce lundi sur différents chantiers et il y a eu des files devant les magasins de bricolage.
Wiedereröffnung Baustellen - COVID-19 - Tram Baustelle - Avenue de la Liberté - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.
Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)
A chaque pays sa façon d'alléger le confinement
Si, lundi, le secteur de la construction est autorisé à reprendre le travail au Grand-Duché, chaque Etat adopte d'autres règles, d'autres modes et d'autres dates pour envisager un retour à la normale.
TOPSHOT - People walk past a mask and eyes stapled to a tree in Melbourne on April 20, 2020, as the southern Australian state of Victoria recorded just one new case of coranavirus overnight. - Vicotria has recorded 1,329 confirmed cases with 15 deaths. (Photo by William WEST / AFP)
Tranches de vies entre quatre murs
Pendant le confinement, le Luxemburger Wort recueille et publie photos et vidéos des résidents cloîtrés à leur domicile. Voici un florilège de témoignages visuels.
Les fakes news sur le virus gangrènent la toile
Face à l'afflux de fausses informations sur les réseaux sociaux, le Zentrum fir politesch Bildung agit pour aider les internautes à démêler le vrai du faux. Des initiatives qui se multiplient au Luxembourg, comme ailleurs.