Changer d'édition

Des taxis priés de lever le pied sur les prix
Luxembourg 3 min. 19.10.2020

Des taxis priés de lever le pied sur les prix

Introduite en 2016, la dernière réforme des taxis devrait être remodelée «prochainement» pour permettre de réglementer les locations de voitures avec chauffeur et donc développer des systèmes de type Uber au Grand-Duché.

Des taxis priés de lever le pied sur les prix

Introduite en 2016, la dernière réforme des taxis devrait être remodelée «prochainement» pour permettre de réglementer les locations de voitures avec chauffeur et donc développer des systèmes de type Uber au Grand-Duché.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 19.10.2020

Des taxis priés de lever le pied sur les prix

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Si la réforme de 2016 avait permis au gouvernement de reprendre la main sur un secteur jusqu'alors opaque, son objectif de réduire la facture pour les usagers n'a pas été atteint. La faute, selon les principaux concernés, aux exigences écologiques imposées par François Bausch.

Malgré la refonte totale des zones de desserte, l'obligation de délivrer des factures issues directement du taximètre ou l'introduction de contrôles effectifs contre le phénomène des sous-location, la réforme de 2016 n'aura pas eu d'impact significatif sur le prix des courses de taxis. Pire, les consommateurs subiraient une «légère augmentation» de la facture finale, selon l'analyse de François Bausch (Déi Gréng). 


La réforme des taxis n'a pas fait baisser les prix
18 mois après l'entrée en vigueur de la réforme des services de taxis, François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, dresse un premier bilan.

Dans une réponse parlementaire publiée la semaine dernière, le ministre de la Mobilité indique ainsi que le prix moyen au kilomètre est passé de 3,30 euros avant la réforme à un total «compris entre 3,50 et 3,80 euros actuellement». Avec toutefois «des écarts» pouvant varier entre deux et cinq euros du kilomètre, la libéralisation des prix ayant même abouti à des pratiques où «le temps d'attente au feu rouge est facturé entre 50 centimes et un euro». 

Une charge ouverte contre le secteur que le locataire du ministère de la place de l'Europe complète en dévoilant les chiffres des réclamations reçues depuis 2016. Sur les quelque 480 plaintes adressées au ministère, près de la moitié (44%) concernent donc... le prix des courses. Bien loin devant l'utilisation d'un parcours rallongé ou le comportement jugé incorrect des chauffeurs.

«Si des moutons noirs existent et existeront toujours dans le secteur, il ne faut pas oublier que si la réforme de 2016 a permis de nettoyer le secteur, elle a aussi introduit de nouveaux frais», clame Olivier Gallé, président de l'Alliance des taxis, voitures de location et ambulances (Altva) qui revendique représenter la majorité des acteurs du secteur. Référence non seulement aux critères stricts imposés pour assainir un secteur traditionnellement opaque, mais aussi la volonté de favoriser les véhicules zéro émission. 

Depuis 2016, 84 nouvelles licences sur l'ensemble du territoire ont été délivrées pour des voitures ne rejetant aucune particule de NOx et de CO2. Des véhicules au prix d'achat plus élevé que leur homologue thermique que les professionnels répercutent auprès de leurs clients. «Une Tesla, par exemple, s'acquiert pour trois fois le prix d'une Mercedes ou d'une Volkswagen équipée en version professionnelle», assure l'ancien président de la fédération des taxis qui pointe du doigt «la contradiction du ministre qui semble découvrir que les consommateurs qui consomment bio, par exemple, paient plus cher leurs produits».


29.9. Gare / Uber will nach Luxemburg Foto:Guy jallay
Uber tourne autour du Luxembourg
La plateforme de service de transport va désormais être disponible à Metz et Nancy. Mais si le groupe reconnait vouloir se développer, il n'a toujours rien à annoncer pour le Grand-Duché.

Pour tenter de faire changer la donne, François Bausch évoque dans sa réponse parlementaire «le dépôt prochain» d'un avant-projet de loi auprès du Conseil de gouvernement qui devrait non seulement revoir le nombre de zones et de licences délivrées chaque année, mais aussi réglementer «les locations de voitures avec chauffeur. Autrement dit, ouvrir la porte à l'arrivée d'acteurs tels Uber. 

La société américaine n'avait jamais caché son intérêt pour le marché grand-ducal, des discussions ayant été entamées depuis 2016. Ces dernières n'avaient pas abouti en raison notamment de la nécessaire adaptation du modèle économique aux charges sociales et impôts en vigueur dans le pays. A noter qu'un tel service existe d'ores et déjà au Grand-Duché, baptisé Taxiapp. Ce dernier emploie des chauffeurs professionnels déclarés et titulaires d’une licence d’exploitation de taxi qui reversent entre 5 et 10% du prix des courses effectuées aux fondateurs de l’application. 


Wirtschaft, Lokales, Illustration, Findel, Taxi, Taxis, Abholdienst  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'activité des taxis proche du néant
Pour les chauffeurs, évidemment, le télétravail n'est pas une option. Depuis un mois déjà, le ralentissement se fait sentir alors que les quelques courses restantes se concentrent autour du domaine de la santé.

Reste à savoir quand ce texte sera réellement déposé. Car si le ministère de la Mobilité assure que ce le sera «avant la fin de l'année», les professionnels du secteur se montrent plus sceptiques. En cause, les effets attendus de la pandémie de covid-19 pourraient amener à «une importante vague de faillites dans les prochains mois», estime Olivier Gallé qui s'interroge sur «le timing induit par un changement de règles dans cette période réellement compliquée pour l'ensemble du secteur».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'activité des taxis proche du néant
Pour les chauffeurs, évidemment, le télétravail n'est pas une option. Depuis un mois déjà, le ralentissement se fait sentir alors que les quelques courses restantes se concentrent autour du domaine de la santé.
Wirtschaft, Lokales, Illustration, Findel, Taxi, Taxis, Abholdienst  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Uber tourne autour du Luxembourg
La plateforme de service de transport va désormais être disponible à Metz et Nancy. Mais si le groupe reconnait vouloir se développer, il n'a toujours rien à annoncer pour le Grand-Duché.
29.9. Gare / Uber will nach Luxemburg Foto:Guy jallay