Changer d'édition

Des tags écologiques pour rameuter la planète
Luxembourg 7 2 min. 20.05.2019

Des tags écologiques pour rameuter la planète

«Chalk Spray Action» ce lundi sur la place d'Armes.

Des tags écologiques pour rameuter la planète

«Chalk Spray Action» ce lundi sur la place d'Armes.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 7 2 min. 20.05.2019

Des tags écologiques pour rameuter la planète

Maurice FICK
Maurice FICK
Après la manifestation record du 15 mars 2019 dans les rues de Luxembourg, les adolescents de Youth for Climate ont sorti leurs bombes à la craie biodégradable ce lundi à la place d'Armes. Objectif: mobiliser pour l'acte 2 du «Global Strike for Future».

Alors qu'un peu plus tôt dans la journée, le cacique indigène brésilien Raoni Metukire était de passage dans le bureau du Premier ministre Xavier Bettel pour le sensibiliser à la déforestation de l'Amazonie, des activistes luxembourgeois du mouvement planétaire Youth for Climate se sont invités sur la place d'Armes vers 17 heures pour gagner à leur cause le public le plus large possible.



«Ça ne sert à rien d'aller à l'école si la planète meurt»
Les adolescents du monde entier se sont mobilisés ce vendredi pour défendre la planète. A Luxembourg, entre 7.500 et 15.000 lycéens ont manifesté entre le Glacis et la place Guillaume II.

Un peu plus de deux mois après la marche pour le climat qui avait rassemblé plusieurs milliers d'adolescents (7.500 selon la police, deux fois plus selon les organisateurs) entre le Glacis et le Knuedler à l'appel de la jeune Gretha Thunberg, la Terre brûle plus que jamais à l'image du logo tagué par un groupe d'adolescents ce lundi sur la place emblématique du centre-ville de Luxembourg.

Des bombes écologiques

Pour cette première «Chalk Spray Action», pas vraiment improvisée, «nous avons utilisé des bombes écologiques à base de craie. Elle s'effacera avec la première pluie», rassure Selma Vincent, l'une des petits mains soucieuses de notre planète décidée à faire entendre le message du mouvement mondial Youth for climate.


online.fr, Sophie Wiessler im Gespräch mit   Cyril de Waha, Thaïs Lasar,  Zélie Guisset,  jeunes pour le climat au Luxembourg, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Nous voulons simplement faire bouger les choses»
Cyril, Thaïs et Zélie font partie des milliers de jeunes qui ont défilé pour le climat dans les rues de Luxembourg, il y a tout juste un mois. Un combat loin d'être terminé pour les lycéens, qui restent mobilisés et envisagent l'avenir.

Comme le collectif Youth for climate Luxembourg l'avait annoncé dès le 9 avril 2019 et après cinq échanges thématiques menés par les ministres Claude Meisch, Carole Dieschbourg et Romain Schneider avec les élèves en ce début mai 2019, une deuxième mobilisation aura lieu ce vendredi 24 mai aux portes du Kirchberg.

Moins de deux jours avant les élections européennes de samedi, le rendez-vous est fixé vendredi à 15 heures sur la place de l'Europe. Le slogan de cette action de blocage qui vise à démontrer de façon non violente l'urgence climatique est «If (€)U don't move, we won't move!». Traduisez: « Si vous/l'UE ne bouge/z pas, alors nous on ne bouge pas non plus!». Sous-entendu, du lieu que nous investirons. D'autres actions graffitis sont prévues en d'autres endroits durant cette semaine.


Sur le même sujet

Perturbations «climatiques» à venir au Kirchberg
Dès 15 h 30 ce vendredi une action de désobéissance civile en faveur du climat aura lieu entre la Philharmonie et le Pont Rouge, qui sera partiellement occupé. La police conseille aux automobilistes d'éviter le secteur de la Place de l'Europe.
Lokales- Kirchberg Place de l’Europe, Chantier, Baustelle, construction, cran,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Notre but, c'est de bloquer le Pont Rouge vendredi»
Juste avant les élections européennes et suite à la Marche pour le climat de la mi-mars, le collectif Youth for Climate Luxembourg organise ce vendredi 24 mai l'acte II au Kirchberg: une «action de désobéissance civile non violente».