Changer d'édition

Des syndicats bien décidés à poursuivre leur combat
Luxembourg 3 min. 19.10.2021
Nouvelle loi covid

Des syndicats bien décidés à poursuivre leur combat

Pour Romain Wolff, Nora Back et Patrick Dury, le vote de la nouvelle loi covid ne constitue pas la fin des revendications, les trois présidents des syndicats nationaux plaident pour la mise en place d'aménagements d'ici au 1er novembre.
Nouvelle loi covid

Des syndicats bien décidés à poursuivre leur combat

Pour Romain Wolff, Nora Back et Patrick Dury, le vote de la nouvelle loi covid ne constitue pas la fin des revendications, les trois présidents des syndicats nationaux plaident pour la mise en place d'aménagements d'ici au 1er novembre.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 19.10.2021
Nouvelle loi covid

Des syndicats bien décidés à poursuivre leur combat

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Bien que la Chambre ait validé lundi le durcissement des mesures sanitaires, CGFP, OGBL et LCGB n'entendent pas baisser les bras et annoncent d'ores et déjà utiliser les prochains jours pour tenter «d'éviter le worst case scenario qui se profile à l'heure actuelle».

Du point de vue syndical, l'adoption lundi à la Chambre de la nouvelle loi covid ne constitue en rien un camouflet. Car si les députés de la majorité DP-LSAP-Déi Gréng ont rendu possible l'entrée en vigueur le 1er novembre prochain du régime CovidCheck étendu dans les entreprises, CGFP, OGBL et LCGB entendent bien profiter des deux semaines à venir pour tenter «d'éviter le worst case scenario qui se profile à l'heure actuelle». En clair, amener le gouvernement à assouplir sa position.


IPO , Chamber , Covid Gesetz , Pres Rapport Mars di Bartolomeo , Demo und Covid Check , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La nouvelle loi covid officiellement adoptée
La 22e version du texte régissant la politique sanitaire du Grand-Duché a été votée ce lundi avec les seules voix de la majorité DP-LSAP-Déi Gréng. L'extension du régime Covidcheck entrera bien en vigueur le 1er novembre prochain.

Prenant note de l'effet pour le moins limité de l'ultimatum posé à l'exécutif au cours du week-end, les trois syndicats à représentation nationale optent désormais pour une approche moins frontale. L'heure est désormais à «la poursuite du dialogue», assure lundi soir Nora Back, présidente de l'OGBL, qui ambitionne de «trouver une solution vivable et acceptable pour tous les salariés». A savoir un accord dans lequel «les incertitudes actuelles seront levées» et où «les droits des salariés seront respectés», assure-t-elle.


Lokales,Présentation du certificat CovidCheck numérique (EU Digital COVID Certificate) et de l’application mobile CovidCheck.lu. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les syndicats posent un ultimatum au gouvernement
La rencontre entre CGFP, OGBL et LCGB et ministres de la Fonction publique, de la Santé et du Travail, vendredi, n'aura pas permis de trouver un compromis quant à l'introduction du régime élargi du CovidCheck. Ce qui pousse les organisations à brandir la menace «d'actions syndicales».

Ce qui, pour la CGFP, l'OGBL et le LCGB, devrait se traduire par «une obligation de cogestion dans toutes les entreprises, même de moins de 150 salariés», «la prise en charge financière par l'Etat des tests PCR certifiés» ou bien encore «la clarification juridique pour éviter les licenciements liés au régime CovidCheck». Autant de revendications que le front syndical entend également porter auprès du patronat «afin d'éviter la catastrophe qui s'annonce», assure Nora Back en référence à de potentiels procès à venir.


Les grandes entreprises plutôt favorables au CovidCheck
Que ce soit du côté des CFL, Luxair ou Post les nouvelles mesures sanitaires au 1er novembre seront appliquées.

Pour Patrick Dury, président du LCGB, cette démarche ne devrait toutefois pas porter ses fruits «avant la semaine prochaine», notamment en fonction du positionnement des chefs d'entreprise et d'administration qui auront à se prononcer sur la mise en place du dispositif dans tout ou partie de leurs locaux. Pour l'heure, si quelques grandes entreprises se sont officiellement positionnées, beaucoup attendaient le vote de la loi pour faire leur choix.


La contestation des règles covid gonfle ses rangs
Une centaine voilà un mois, un millier il y a deux semaines, et maintenant plus de 3.500 participants. Aucun doute : les opposants aux mesures sanitaires ou sociales liées à l'épidémie se fédèrent de plus en plus.

Interrogés sur les options envisagées en cas d'échec des négociations, la présidente de l'OGBL et son homologue du LCGB assurent que la menace d'actions judiciaires annoncée sera «portée à exécution», au même titre que la mise en œuvre «coordonnée» d'actions syndicales. Dans un contexte social de plus en plus tendu, les trois organisations assurent vouloir «se distancer d'autres mouvements contestataires», référence à la marche blanche et aux quelque 3.500 manifestants réunis vendredi soir dans les rues de la capitale.


IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Luxembourg «rendra la vie plus dure aux non-vaccinés»
Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.

Car les trois syndicats nationaux n'entendent pas être associés de près ou de loin à un mouvement qui remet en question l'impact de la vaccination dans la lutte contre la pandémie. Raison pour laquelle ils n'hésitent pas à répéter que la vaccination «reste la seule solution pour parvenir à une sortie de crise». Seule la méthode choisie par le gouvernement pour augmenter le taux de vaccination entre 80 et 85% de la population est remise en question, à savoir ce que les syndicats considèrent comme «une obligation vaccinale cachée» Une approche qualifiée de «néfaste» car cette dernière aurait pour conséquence de «faire monter certaines colères qui ne sont pas liées à la loi covid».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La 22e version du texte régissant la politique sanitaire du Grand-Duché a été votée ce lundi avec les seules voix de la majorité DP-LSAP-Déi Gréng. L'extension du régime Covidcheck entrera bien en vigueur le 1er novembre prochain.
IPO , Chamber , Covid Gesetz , Pres Rapport Mars di Bartolomeo , Demo und Covid Check , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La rencontre entre CGFP, OGBL et LCGB et ministres de la Fonction publique, de la Santé et du Travail, vendredi, n'aura pas permis de trouver un compromis quant à l'introduction du régime élargi du CovidCheck. Ce qui pousse les organisations à brandir la menace «d'actions syndicales».
Lokales,Présentation du certificat CovidCheck numérique (EU Digital COVID Certificate) et de l’application mobile CovidCheck.lu. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Une centaine voilà un mois, un millier il y a deux semaines, et maintenant plus de 3.500 participants. Aucun doute : les opposants aux mesures sanitaires ou sociales liées à l'épidémie se fédèrent de plus en plus.
Suite à la recommandation du Conseil d'Etat sur l'extension à venir du régime CovidCheck, la ministre de la Santé indique jeudi que des bons gratuits seront mis à disposition des personnes qui auront reçu une première injection avant le 18 octobre.
Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.
IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort