Changer d'édition

Des seniors «extrêmement vulnérables» face au virus
Luxembourg 3 min. 23.03.2021 Cet article est archivé

Des seniors «extrêmement vulnérables» face au virus

Pour la ministre, la vaccination reste indispensable «pour se protéger et protéger les autres». Et s'il n'est pas possible de l'imposer, pour elle, une discussion doit néanmoins avoir lieu.

Des seniors «extrêmement vulnérables» face au virus

Pour la ministre, la vaccination reste indispensable «pour se protéger et protéger les autres». Et s'il n'est pas possible de l'imposer, pour elle, une discussion doit néanmoins avoir lieu.
Photo: SIP
Luxembourg 3 min. 23.03.2021 Cet article est archivé

Des seniors «extrêmement vulnérables» face au virus

La découverte d'un cluster au sein d'une maison de retraite de Niederkorn a soulevé nombre de questions et d'inquiétudes. La ministre de la Famille a tenté, mardi, d'apaiser les esprits lors d'une conférence de presse donnée aux côtés du directeur de la Santé.

(ASdN) - 324. Tel est le nombre de seniors à avoir succombé au covid-19 depuis le début de la pandémie. Si Corinne Cahen (DP) juge ce chiffre «dramatique», l'inquiétude est encore montée d'un cran, au début du mois, après la découverte d'un cluster au sein de la maison de retraite «Um Lauterbann». Dans cet établissement de Niederkorn, 84 résidents ont été diagnostiqués positifs au virus depuis le 17 février dernier et 22 d'entre eux ont perdu la vie


A elderly care nurse helps a resident in the retirement home St. Barbara of German welfare organisation in Stuttgart, southern Germany, on November 17, 2020, amid the new coronavirus COVID-19 pandemic. (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)
Le bilan s'alourdit dans le home seniors de Niederkorn
Depuis le début de l'année, 23 personnes sont décédées dans la maison de retraite «Um Lauterbann». Parmi elles, 14 sont répertoriées comme ayant perdu la vie en raison du covid-19.

Dès les premières infections, l'établissement a néanmoins pris des dispositions. «Toutes les procédures ont été respectées», assure ainsi Raoul Vinandy, évoquant l'isolement de l'ensemble des résidents, l'arrêt des activités de groupe ou encore la mise en place d'un service des repas en chambre. Un dispositif sanitaire que le directeur opérationnel de Servior, en charge du site, considère d'ailleurs avoir été «efficace» : à ce jour, «81% des personnes infectées sont guéries». Dix résidents restent toutefois toujours positifs au virus, parmi eux, deux se trouvent sous oxygène et un est hospitalisé.

Interrogé au sujet de l'origine de ce cluster, le directeur de la Santé Jean-Claude Schmit a rappelé que les maisons de retraite n'étaient «pas des prisons». Plusieurs scénarios sont donc possibles : les infections peuvent ainsi avoir eu lieu en dehors de la maison de retraite ou causées par une personne extérieure. Il n'y aurait d'ailleurs pas eu une seule source de contamination, mais plusieurs puisqu'au total, le séquençage des tests a permis de révéler la présence de quatre variants différents.

Toutefois, si l'incertitude perdure autour des patients zéro, une chose est sûre : «la vaccination ne peut provoquer une infection», rappelle le docteur, ajoutant qu'aucun virus vivant n'est injecté dans le corps «comme cela pouvait se faire autrefois».

Les personnes âgées restent en effet «une population extrêmement vulnérable», ajoute le directeur de la Santé. Au Luxembourg, les plus de 79 ans représentent en effet 67% des décès en lien avec le covid. Parmi les victimes, certains résidents étaient d'ailleurs à risque, du fait de pathologies graves. 

Malgré ces facteurs, un élément a retenu l'attention du docteur : certains résidents de l'établissement de Niederkorn avaient d'ores et déjà contracté le covid-19. Autrement dit, les anticorps développés pour combattre le virus auraient dû les protéger d'une nouvelle infection. Pour le spécialiste, c'est donc là la preuve que «l'immunité naturelle ne protège pas très longtemps».


La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations
Face à la virulence de certains variants, la vaccination constituerait le meilleur remède, empêchant «très efficacement» de tomber malade, assure la virologue et chercheuse Stéphanie Kreis.

A ses yeux, la vaccination apportera donc une solution au problème, offrant une protection plus longue. Mais encore faut-il être patient. Pour être efficace, le sérum anti-covid nécessite en effet «un délai d'environ quinze jours» après la seconde injection, rappelle Jean-Claude Schmit. Pour rappel, les seniors volontaires de la maison de retraite «Um Lauterbann» ont reçu la deuxième injection du sérum jeudi dernier. Les résidents encore positifs au virus devront en revanche attendre, la vaccination n'étant pas possible dans ce type de cas. Mais le 29 mars, «tous auront reçu la 2e dose du vaccin», assure Corine Cahen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé reconnaît que quelques centaines de personnes ont été infectées par le covid-19 après avoir reçu la première ou la seconde injection. Des cas étudiés mais pas si étonnants.
A medical worker administer the Jansen (Johnson and Johnson) Covid-19 vaccine to the public at a FEMA run mobile Covid-19 Vaccination clinic at Biddeford High School in Bidderford, Maine on April 26, 2021. - The clinic is jointly run by FEMA and the state of Maine with the help of other federal agencies and the Maine National Guard. The United States has resumed vaccinations with the Johnson & Johnson shot, the third authorised injection, after a brief pause over links to a rare form of clotting. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
Anticipant une sortie progressive des seniors, le gouvernement a d'ores et déjà donné de nouvelles directives aux gestionnaires des 52 établissements concernés. Objectif: prévenir la formation de nouveaux clusters.