Changer d'édition

«Des résultats concrets sur le logement? Ça se saurait...»
Luxembourg 4 min. 30.09.2021
Jean-Michel Campanella

«Des résultats concrets sur le logement? Ça se saurait...»

Pour Jean-Michel Campanella, président de Mieterschutz Lëtzebuerg, le gouvernement possède encore un créneau pour mettre en oeuvre des mesures concrètes destinées à stopper la crise du logement.
Jean-Michel Campanella

«Des résultats concrets sur le logement? Ça se saurait...»

Pour Jean-Michel Campanella, président de Mieterschutz Lëtzebuerg, le gouvernement possède encore un créneau pour mettre en oeuvre des mesures concrètes destinées à stopper la crise du logement.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 30.09.2021
Jean-Michel Campanella

«Des résultats concrets sur le logement? Ça se saurait...»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Six mois après la dernière manifestation nationale pour le logement abordable, les avancées concrètes sur le principal sujet de préoccupation des résidents restent minces. Ce que dénonce Jean-Michel Campanella, président de l'association Mieterschutz Lëtzebuerg.

Sujet éminemment politique, la question du logement doit faire l'objet de nouvelles annonces lors du prochain discours sur l'état de la Nation, prononcé le 12 octobre prochain par Xavier Bettel (DP). Mais en attendant, les changements attendus par les acteurs de terrain se font toujours attendre, estime Jean-Michel Campanella, président de l'asbl Mieterschutz Lëtzebuerg.


Pour un toit «digne et abordable» pour tous
La deuxième manifestation nationale pour l’accès au logement s'est tenue ce samedi après-midi dans la capitale.

Il y a six mois se tenait la deuxième manifestation nationale pour l’accès au logement abordable. Quels résultats concrets avez-vous vu se mettre en place depuis ?

Jean-Michel Campanella - «Des résultats concrets? S'il y en avait eu, cela se saurait... Pour l'heure, seules des annonces ont été réalisées sans qu'elles ne se traduisent par un quelconque changement.

Au cours des derniers mois, la perception des difficultés semble avoir évolué, notamment suite à la publication d'une étude du Liser et de l'Uni qui détaillait les mécanismes en jeu derrière la hausse des prix de l'immobilier...

«En tant que représentant des locataires et des personnes qui ont des difficultés à se loger, je suis vraiment énervé car les gens ont besoin de solutions dans l'immédiat et non dans cinq ou dix ans. Nous en sommes à un point où il y a plus d'investissements dans le secteur militaire dans le sujet qui préoccupe le plus les résidents. Ce qui en dit long sur les priorités du gouvernement.

Qu'attendez-vous donc du prochain discours sur l'état de la Nation ?

«Un vrai projet avec des mesures qui vont bien plus loin que ce qui existe pour l'heure. Si la réforme du Pacte logement 2.0 ou celle du PAG sont en cours, leurs effets vont encore une fois tarder à se faire sentir. Et le phénomène qui voit de plus en plus de monde traverser les frontières pour pouvoir se loger va encore s'accentuer.

Le Premier ministre devrait annoncer un toilettage de la taxe foncière et des changements au niveau du taux d'amortissement accéléré. Cela sera-t-il suffisant selon vous ?

«Ces deux points constituent déjà une bonne étape, mais reste désormais à savoir les spécifications précises prévues par le gouvernement. Mais encore une fois, tout ceci doit aller plus vite car ces sujets avaient été évoqués quand Jean-Claude Juncker (CSV) était Premier ministre et depuis rien n'a vraiment changé sur cette question. 

Si une pression de plus en plus grande est mise sur les politiques ces derniers mois, certains ne semblent toujours pas comprendre ce que ce sujet implique concrètement. Car les difficultés à se loger ne concernent pas uniquement les personnes au revenu minimum social mais bel et bien la classe moyenne. Et une partie de plus en plus grande.

Au vu du retard accumulé en matière de construction de nouveaux logements, considérez-vous toujours réaliste votre demande de changements rapides en matière de logement?

«Oui, car il existe des outils qui peuvent être actionnés de manière rapide et efficace. Aussi bien pour exercer une pression que pour inciter les propriétaires à à mettre des biens sur le marché. Jouer sur la fiscalité me semble une bonne approche pour obtenir de vrais résultats. Mais cela induit d'avoir une vraie volonté politique. Idem en ce qui concerne des changements nécessaires au niveau juridique, comme l'inscription du droit au logement dans la Constitution. Cela permettrait notamment de faire évoluer les décisions des juges dans bien des cas...

Les élections communales et législatives se profilant, de réels changements peuvent-ils finalement être mis en oeuvre d'ici 2023 ?

«Mettre en oeuvre des annonces concrètes sur un ou deux ans correspond vraiment à un bon timing selon moi. Si cela ne se réalise pas, la possibilité de mettre en place une nouvelle manifestation d'ampleur reste toujours sur la table. Car si la question inquiète 70 à 80% des résidents, il faut que leur voix soit entendue. Et pas seulement écoutée.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si la rencontre entre gouvernement et syndicats, organisée ce mardi, n'avait vocation qu'à réaliser un tour de table en amont du discours sur l'état de la Nation, les syndicats ne cachent pas l'intention de l'exécutif de frapper un grand coup dans les prochaines semaines.
Politik, Treffen, CGFP, LCGB, OGBL, rot-grün-blau  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Après avoir démontré qu'un nombre restreint de propriétaires détiennent la majorité des terrains constructibles au Luxembourg, le Liser détaille dans une nouvelle étude «les stratégies d'accumulation de richesse foncière des propriétaires et des promoteurs» . Et leur impact sur la crise du logement.
Wirtschaft, Immobilienmarkt, Mieten, Residenz, Sozialalmanach, Wohnung, Wohnungsbau, Wohnungsmarkt, Immobilien, Immobilienmarkt, A louer, A vendre, Immobilier, Zu vermieten, Zu verkaufen, Location, Land zum Bauen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Depuis la fin du gel des déguerpissements, 78 expulsions ont été exécutées et 220 demandes de propriétaires ont été déposées auprès des juges de paix. Une situation qui inquiète déi Lénk et les représentants des associations de locataires.
Famill Lima
Comme l'ensemble des acteurs de la construction au Luxembourg, la SNHBM et le Fonds du logement se voient contraints de s'adapter à la pénurie et à la hausse de prix des matériaux de construction. Avec pour conséquence directe une hausse potentielle des prix de vente et des délais de livraison.
Fonds du Logement. Sozialer Wohnungsbau. Logement. Wohnen. Résidence Differdange,  Grand Rue. Photo: Guy Wolff