Changer d'édition

Des prélèvements covid «pas sans risque»
Luxembourg 2 min. 09.04.2021

Des prélèvements covid «pas sans risque»

Au Luxembourg, aucun recensement sur d'éventuels cas n'existe.

Des prélèvements covid «pas sans risque»

Au Luxembourg, aucun recensement sur d'éventuels cas n'existe.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 09.04.2021

Des prélèvements covid «pas sans risque»

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Si l'Académie de médecine française alerte sur les potentiels dangers des tests PCR mal réalisés, le ministère de la Santé luxembourgeois se veut rassurant. Seuls les professionnels de santé formés peuvent en effet effectuer ces opérations au Grand-Duché.

Après les déboires du vaccin d'AstraZeneca, au tour des tests PCR de semer l'inquiétude. Cet été déjà, les rumeurs allaient bon train sur les réseaux sociaux. Parmi elles, des prélèvements nasopharyngés qui seraient dangereux pour le cerveau. Si cette mise en garde s'est rapidement révélée fausse, la méthode ne serait néanmoins «pas sans risque», alerte l'Académie de médecine française en cette fin de semaine. 


(FILES) In this file photo taken on March 11, 2021 This picture shows vials of the AstraZeneca Covid-19 vaccine in Paris. - AstraZeneca said on April 7, 2021, that two studies conducted by British and European regulators "reaffirmed" that the benefits of its vaccine "far outweigh the risks" despite finding a possible link to rare blood clots. "Overall, both of these reviews reaffirmed the vaccine offers a high-level of protection against all severities of COVID-19 and that these benefits continue to far outweigh the risks," the British/Swedish company said in a statement. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Le Luxembourg maintient son cap avec AstraZeneca
Après les conclusions de l'EMA, le gouvernement a annoncé mercredi poursuivre son utilisation du vaccin du laboratoire suédo-britannique. Si certains pays émettent toutefois des restrictions, le pays lui ne prévoit pas de «distinction d'âge ou de sexe».

Si la plupart sont bénins, les prélèvements mal effectués pourraient en effet entraîner «désagrément, douleur ou saignement». De «graves complications commencent à être décrites dans la littérature médicale», poursuit le collège scientifique, en citant «des brèches de l'étage antérieur de la base du crâne associées à un risque de méningite». Pour éviter toute complication, l'institution française préconise donc de réserver la réalisation de ces tests «aux professionnels de santé formés», mais également de s'enquérir d'éventuels antécédents ORL avant d'y procéder. 

Au Luxembourg, s'il n'existe à ce jour aucun recensement sur d'éventuels cas, le ministère de la Santé se veut rassurant. Ces prélèvements nasopharyngés sont en effet tous effectués «par un personnel compétent». En d'autres termes, par «des professionnels de la santé incluant cette compétence dans leurs attributions ou qui y ont été formés» ou par «des personnes qui peuvent se prévaloir d’une formation agréée», précise une porte-parole.


04.03.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Arzthelferin tropft die Abstrichlösung in einer Grundschule auf einen Corona-Schnelltest. An der Schule werden die Lehrerinnen und Lehrer zweimal pro Woche getestet. Nach dem Beschluss von Bund und Ländern sollen bis Anfang April Corona-Testmöglichkeiten deutlich ausgeweitet werden. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Des tests rapides par millions au Luxembourg
7,9 millions de tests rapides ont été commandés par le ministère de la Santé. De quoi faciliter et accélérer la détection des infections covid dans les écoles aussi bien que dans les hôpitaux, maisons de retraite ou salles de sport.

Quant aux autotests, commandés massivement, la question ne se poserait pas. Selon le ministère de la Santé, ces derniers se feraient essentiellement «sur prélèvement nasal antérieur». Plus concrètement, la manipulation consiste à recueillir un échantillon de mucus sur 3-4 cm. Celui-ci se fait néanmoins au sein du vestibule nasal, et non au niveau du nasopharynx comme c’est le cas pour les tests PCR et antigéniques pratiqués en laboratoire.

A noter que, comme pour les prélèvements PCR, il existe des autotests moins invasifs. A savoir, par prélèvement salivaire. Dans ce cas, un simple crachat suffit. Une option qui pourrait alors être déployée pour le dépistage des enfants dans les écoles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des tests rapides par millions au Luxembourg
7,9 millions de tests rapides ont été commandés par le ministère de la Santé. De quoi faciliter et accélérer la détection des infections covid dans les écoles aussi bien que dans les hôpitaux, maisons de retraite ou salles de sport.
04.03.2021, Baden-Württemberg, Hemmingen: Eine Arzthelferin tropft die Abstrichlösung in einer Grundschule auf einen Corona-Schnelltest. An der Schule werden die Lehrerinnen und Lehrer zweimal pro Woche getestet. Nach dem Beschluss von Bund und Ländern sollen bis Anfang April Corona-Testmöglichkeiten deutlich ausgeweitet werden. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Meisch entend tirer les leçons des autotests à l'école
Si le projet-pilote prendra fin ce vendredi, les résultats ne seront pas communiqués avant la fin des vacances de printemps, précise Claude Meisch ce jeudi. Les conclusions tirées permettront de réfléchir à sa «mise en oeuvre concrète» à plus grande échelle.
dpatopbilder - 22.03.2021, Sachsen-Anhalt, Halle (Saale): Ein Schüler des Lyonel Feininger Gymnasiums macht seinen ersten Corona Schnelltest. Zum ersten Mal werden in der Schule auf Initiative des Schulleiters Schnelltests für und von den Schülern durchgeführt. Foto: Holger John/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les tests rapides s'invitent sur les bancs de l'école
Annoncée début mars, la mise en place d'une phase test destinée à permettre aux élèves d'effectuer par eux-mêmes le dépistage du covid-19 débutera mercredi, annonce le ministère de l'Education nationale. 9.000 kits seront distribués dans six établissements.
Le LNS met son nez dans les tests rapides
Le Luxembourg a commandé 900.000 kits de dépistage antigénique du covid. Mais les évaluations du Laboratoire national de santé (LNS) sur ce type d'accessoires invitent à la prudence sur l'exploitation des résultats.
A staff member from the Israeli Sheba Medical Center shows a reagent of rapid test for the coronavirus at the Herzliya Hebrew Gymnasium Hight School in the coastal city of Tel Aviv on November 8, 2020, as part of a special program that could enable students to return to school faster than planned. - The program that was launched today, involves as a first step, the screening of students and staff members with a serological test, in search for antibodies. 
After that, they will be screened three times per week using a rapid antigen test to determine if they are positive for coronavirus. (Photo by JACK GUEZ / AFP)