Changer d'édition

Des pharmaciens prêts à s'investir pour la vaccination
Luxembourg 3 min. 16.02.2021 Cet article est archivé

Des pharmaciens prêts à s'investir pour la vaccination

Sitôt un vaccin facilement stockable autorisé, les pharmaciens pourraient jouer un rôle.

Des pharmaciens prêts à s'investir pour la vaccination

Sitôt un vaccin facilement stockable autorisé, les pharmaciens pourraient jouer un rôle.
Photo : dpa
Luxembourg 3 min. 16.02.2021 Cet article est archivé

Des pharmaciens prêts à s'investir pour la vaccination

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Jamais le Luxembourg ne s'est appuyé sur le réseau de pharmacies pour opérer des campagnes d'injection à l'échelle nationale. Mais l'épisode covid pourrait bien rebattre les cartes.

Impliquer les 98 pharmacies du Grand-Duché pour une vaste campagne vaccinale, le gouvernement y réfléchissait. Mais les discussions entamées avec le Syndicat des pharmaciens du Luxembourg portaient plutôt sur la grippe, et pour l'hiver prochain. Mais la course engagée face à la propagation du covid-19 va certainement accélérer les choses. C'est que plus il sera facile de se faire injecter l'un ou l'autre sérum, plus vite le pays atteindra le degré d'immunisation espéré


ARCHIV - 01.02.2021, Rheinland-Pfalz, Ingelheim: Kunststoffröhrchen mit Corona-Abstrichen stehen nach dem PCR-Test im Großlabor von Bioscientia. (zu dpa «Ein Risiko für Lockerungen: «Große Sorgen» wegen Corona-Varianten») Foto: Andreas Arnold/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le variant britannique domine désormais
Le dernier rapport du Laboratoire national de santé confirme la progression de la souche B.1.1.7 au Luxembourg. Elle a doublé en importance en une semaine, selon le séquençage de la dernière semaine de janvier.

En tout cas, dans les officines, «on est prêts. Prêts à dialoguer», assure Danielle Becker-Bauer vice-présidente du SPL. Un volontariat des professionnels qui s'est déjà traduit par une réponse de certains d'entre eux à rejoindre les équipes mobilisables sur les deux centres de vaccination ouverts désormais.

Une poignée de pharmaciens ont ainsi déjà répondu à l'appel de la réserve sanitaire. «Là, notre rôle relève essentiellement de la bonne gestion des stocks.» Mais le Syndicat est d'avis que les compétences de ses membres pourraient être mises à contribution pour participer plus directement aux injections à réaliser auprès de toutes les générations de résidents

Si les pharmaciens ne réclament rien dans le domaine, «nous ne nous refusons nullement à jouer un rôle». Autrement dit, les blouses blanches seraient plutôt partantes à venir renforcer la stratégie nationale et les cinq centres de vaccination attendus sur le territoire. Mais il y a plusieurs conditions avant que cette bonne volonté ne se traduise en actes. Et la première d'entre elles reste que le Luxembourg dispose d'un vaccin facilement stockable. 

En effet les trois compositions jusque-là validées par l'Agence européenne des médicaments imposent de disposer de réfrigérateurs très basses températures. Un équipement peu commun. «Mais nous avons de quoi stocker des vaccins anti-covid ''plus classiques''», à l'image de la formule Johnson&Johnson qui se contente d'un environnement entre 2 et 8°C. 

Ensuite, le Syndicat des pharmaciens exige qu'un cadre légal soit établi. «Vacciner, c'est une responsabilité sur la santé. Il faut donc bien définir les droits et le devoir de ceux qui pratiqueraient les piqûres. Sans oublier la formation au produit et aussi à la gestion administrative des dossiers des personnes volontaires». 

L'évolution du métier

Par ailleurs, il conviendrait que le ministère de la Santé ne fasse appel à la profession que sur base de volontariat. «Déjà parce qu'il n'y a pas forcément la place dans toutes les officines pour pratiquer un tel acte dans de bonnes conditions sanitaires et de confort. On ne fera pas ça au milieu du local commercial tout de même.»

Et puis, sans doute aussi, faudra-t-il définir un montant de rémunération à l'acte. «Mais ce n'est pas là l'essentiel», rassure le SPL. Un syndicat conscient que l'évolution du métier tient justement dans la mise en oeuvre de plus de services au contact direct du patient. Bien au-delà de la simple délivrance de médicaments «et pour le service de toute la population», conclut Danielle Becker-Bauer.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après bien des Etats, le Grand-Duché a fait le choix de s'en remettre à un prochain avis de l'Agence européenne des médicaments avant de reprendre -ou non-les injections d'AstraZeneca.
11.03.2021, Großbritannien, London: Ein Mitarbeiter zeigt die ersten verabreichten Ampullen mit den Corona-Impfstoffen von Astrazeneca (l) und Biontech/Pfizer, die Teil einer neuen COVID-19-Austellung im Science Museum sein werden. Foto: Victoria Jones/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les autorités françaises accélèrent la vaccination dans le département, très touché par les variants du covid-19. De nouveau créneaux de réservation vont être débloqués dans les prochains jours pour administrer les précieux sérums plus rapidement.
A medic prepares a dose of the COVID-19 Pfizer/BioNTech vaccine at Lebanon's American University Medical Center in the capital Beirut, on February 14, 2021, as the country kickstarts its inoculation campaign. - Lebanon gave its first COVID-19 vaccine dose to a doctor, as it started inoculation it hopes will keep the pandemic in check amid a deepening economic crisis. (Photo by ANWAR AMRO / AFP)
Si le Luxembourg vit depuis près d'un an en pleine crise sanitaire, la situation des personnels soignant était critique bien avant l'arrivée du covid-19. Explication et perspective avec Marie-Lise Lair, à l'origine du dernier état des lieux sur le système de santé.
Alors que 17.628 doses anti-covid ont déjà été administrées, la montée en puissance des centres de vaccination luxembourgeois se prépare. Et les contrats pour employer médecins et infirmiers se multiplient.
TC,Corona-Impfzentrum Victor Hugo Halle. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Luxembourg bénéficiera des doses achetées via l'Union européenne et n'a entamé aucun contact avec des laboratoires pour disposer de ses propres sérums anti-covid.
(FILES) In this file photo taken on January 31, 2020, a man gets a flu shot at a health facility in Washington, DC. - Global influenza vaccine makers have produced a record number of doses for the coming flu season, as authorities try to ease the burden on hospitals ahead of an expected COVID-19 resurgence. In the US, pharmaceutical companies plan to make around 196 million doses to serve the population of 330 million, according to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). (Photo by EVA HAMBACH / AFP)