Changer d'édition

Des moyens supplémentaires pour le sillon lorrain
Luxembourg 2 min. 16.09.2021
Mobilité transfrontalière

Des moyens supplémentaires pour le sillon lorrain

L'enveloppe supplémentaire de 110 millions d'euros pour le développement du réseau ferré entre la France et le Luxembourg sera en partie utilisée pour la construction d'un nouvel atelier de maintenance, situé à Metz.
Mobilité transfrontalière

Des moyens supplémentaires pour le sillon lorrain

L'enveloppe supplémentaire de 110 millions d'euros pour le développement du réseau ferré entre la France et le Luxembourg sera en partie utilisée pour la construction d'un nouvel atelier de maintenance, situé à Metz.
Photo: Lex Kleren/archive
Luxembourg 2 min. 16.09.2021
Mobilité transfrontalière

Des moyens supplémentaires pour le sillon lorrain

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Présent à Paris mercredi pour rencontrer son homologue des Transports, François Bausch indique jeudi que les gouvernements français et luxembourgeois se sont accordés sur la création d'un nouvel atelier d'entretien de trains qui doit améliorer le cadencement sur cet axe stratégique.

Trois mois après l'annonce de Xavier Bettel (DP) à Paris de l'octroi d'une enveloppe supplémentaire de 110 millions d'euros côté luxembourgeois pour financer le développement du réseau ferré entre la France et le Grand-Duché, les premiers résultats voient le jour. 40% de cette somme sera ainsi utilisée pour «la réalisation d'un atelier d'entretien pour du matériel roulant qui sera installé à Metz sur un terrain appartenant à la SNCF», indique jeudi François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Mobilité.


À eux de vous faire préférer le train
Pour répondre à la croissance constante des frontaliers français travaillant au Luxembourg, comme de ses usagers, la SNCF entend doubler ses capacités d’ici 2026. Analyse des détails de sa stratégie.

La future installation, d'un coût total de 90 millions d'euros, doit permettre «la hausse du cadencement de circulation des trains», précise le ministre sans préciser l'horizon de mise en service de ce nouvel atelier. Ce dernier se contentant d'indiquer que «cet investissement s'inscrit dans l'objectif d'amélioration de la situation voulue pour 2028», année de référence pour la concrétisation des projets financés à hauteur de 240 millions d'euros par les deux Etats. Et qui doivent permettre la circulation, aux heures de pointe, de dix trains - huit TER, un TGV et un train de marchandises - entre Luxembourg et Metz.

Concrètement, pour l'atelier de maintenance des futurs matériels roulants,  le Luxembourg mettra la main à la poche à hauteur de 45 millions d'euros. Un compromis jugé conforme à la philosophie luxembourgeoise qui plaide pour des investissements dans les infrastructures, tandis que les Français auraient préféré une aide à l'achat des nouvelles rames nécessaires au transport ferroviaire des dizaines de milliers de frontaliers français attendus ces prochaines années.


L'avenir du Luxembourg passera par la Grande Région
Épicentre économique d'un territoire qui regroupe 12 millions de personnes, le Luxembourg devrait conserver encore un temps son rôle d'aimant. A condition toutefois de mieux tirer profit des «interdépendances existantes» et de «créer de nouvelles synergies» avec ses voisins.

A noter que les 65 millions d'euros restant de la rallonge budgétaire grand-ducale devront, eux, être employés à financer «la réalisation d'une troisième voie de part et d'autre de la frontière sur le sillon lorrain», précise François Bausch. Une infrastructure jugée «indispensable» pour permettre de répondre «à la demande croissante sur le rail, aussi bien en ce qui concerne le trafic voyageurs que le fret».

Interrogé sur les annonces récentes de Jean-Baptiste Djebbari (LREM), ministre français délégué aux Transports, quant aux investissements annuels de 170 millions d'euros dans le fret ferroviaire jusqu'en 2024, François Bausch indique qu'il a invité son homologue à venir visiter le terminal multimodal de Bettembourg-Dudelange «afin de lui montrer les opportunités qu'une telle plateforme représente».

Comprenez la possibilité d'offrir de nouvelles opportunités de développement pour CFL Multimodal, déjà actif sur le territoire français. Selon toute vraisemblance, cette visite officielle se fera le 12 octobre prochain, date de la prochaine rencontre intergouvernementale franco-luxembourgeoise où devrait également être officialisée l'utilisation de cette nouvelle enveloppe budgétaire à destination du sillon lorrain.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Grand-Duché s'est engagé à verser cette enveloppe pour renforcer les liaisons ferroviaires entre la Moselle et le Luxembourg. Et cela passera notamment par la mise en place de trains à conduite semi-automatisée.
Entamée en juillet 2019, la réflexion menée par les responsables de la région Grand Est, du sillon lorrain et du ministère des Transports a abouti à des conclusions techniques publiées mi-décembre. Huit idées principales inspirées notamment des concepts appliqués au Grand-Duché en ressortent.
Lokales, online.fr, online.de, Illustration Tram, Verkehr, Mobilität, Tram, Transport, Mobilité,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'étude détaillée du budget 2020 montre que le gouvernement prévoit de consacrer une enveloppe conséquente pour tenter d'améliorer la situation sur la route, mais aussi et surtout sur les rails. Avec l'idée de maintenir l'attractivité du pays.
Lokales, Stau Bouchon, A6, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Pour répondre à la croissance constante des frontaliers français travaillant au Luxembourg, comme de ses usagers, la SNCF entend doubler ses capacités d’ici 2026. Analyse des détails de sa stratégie.
Un pré-rapport de la Cour des comptes soulève les relations complexes entre la SNCF et les régions françaises, responsables d'une baisse de la fréquentation des trains régionaux et d'une «dégradation du service» entre 2012 et 2017. Explications.
31.3.Gare Luxemburg / TER Zug / Foto:Guy Jallay
Suite aux contrôles renforcés à la frontière
Le contrôle permanent instauré à la frontière franco-luxembourgeoise sur l'A31 après les attentats de Paris, a conduit la SNCF et les CFL a augmenter la capacité dans les trains entre Metz et Luxembourg. A la gare de Thionville, wort.lu a tendu le micro aux frontaliers pour savoir s'ils perçoivent un changement. Réactions.