Changer d'édition

Des mesures «drastiques», mais «toujours proportionnées»
Luxembourg 4 11 min. 31.12.2020

Des mesures «drastiques», mais «toujours proportionnées»

Il serait «terrible que la situation bascule à nouveau en janvier», souligne la ministre, inquiète des potentielles conséquences des fêtes de fin d'année.

Des mesures «drastiques», mais «toujours proportionnées»

Il serait «terrible que la situation bascule à nouveau en janvier», souligne la ministre, inquiète des potentielles conséquences des fêtes de fin d'année.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 11 min. 31.12.2020

Des mesures «drastiques», mais «toujours proportionnées»

Paulette Lenert (LSAP) était en poste depuis moins d'un mois lorsqu'elle a dû gérer la plus grande crise sanitaire que le pays ait connue ces dernières décennies. Retour sur la gestion d'une année extraordinaire.

(ASdN avec Danielle Schumacher) - Depuis le mois de mars, la ministre de la Santé court un marathon. Avec de nombreux hauts et bas. Mais malgré les critiques croissantes de tous les côtés, Paulette Lenert (LSAP) est récompensée par les électeurs dans les sondages. Pour clôturer 2020, elle revient sur l'année écoulée avec nos confrères du Luxemburger Wort

Paulette Lenert, le Luxembourg affiche de mauvais résultats lors de la deuxième vague par rapport aux autres pays européens, tant en termes de nouvelles infections que de nombre de décès. Quelle en est la raison ?

«Il n'y a pas d'explication claire, les chiffres élevés sont une combinaison de nombreux facteurs. Il y a plusieurs hypothèses. Bien sûr, notre stratégie de test joue un rôle, mais elle n'explique pas tout. La mobilité transfrontalière ne doit pas non plus être ignorée. 

Le Luxembourg est un petit pays avec une densité de population assez élevée. Cependant, toutes ces tentatives d'explication ne sont pas entièrement dénuées de controverse parmi les scientifiques.

Le 15 décembre, un renforcement des mesures sanitaires en place pour les fêtes de fin d'année a été mis en place, avant d'annoncer un nouveau tour de vis le 21 décembre. Que s'est-il passé pendant ces quelques jours ?

«À la mi-décembre, l'évolution aurait pu prendre trois directions différentes. Il aurait pu y avoir une stagnation à un niveau élevé. Mais les chiffres auraient également pu reprendre, comme aux Pays-Bas, par exemple, ou au contraire, retomber. Tous les scénarios étaient possibles.

Les mesures que nous avons imposées à la fin du mois de novembre produisent leurs effets, mais pas assez rapidement. Les niveaux étaient si élevés au plus fort de la deuxième vague que, contrairement à l'été, il a fallu plus de temps pour que le déclin se confirme.

Pourquoi avez-vous finalement opté pour une réglementation encore plus stricte ?

«Outre le nombre encore trop élevé de nouvelles infections mentionnées, il existe d'autres facteurs qui risquent de relancer la propagation du coronavirus. La fin de l'année est en effet le 'point chaud' de la propagation du covid-19 : pendant la saison froide et humide, les virus se propagent généralement plus rapidement. En outre, les vacances avec des contacts sociaux accrus sont également le terrain idéal pour la propagation de covid-19.

Mais le facteur clé était la situation dans nos hôpitaux. Nous voulons éviter de mettre davantage à contribution notre système de santé. Le personnel est épuisé et il est impératif de réduire le nombre de nouvelles infections par tous les moyens disponibles et raisonnables.

La pandémie sévit dans le pays depuis le mois de mars. Avec le recul, auriez-vous changé quelque chose à votre stratégie ?

«Non, je ne pense pas, certainement rien de fondamental. Peut-être aurions-nous dû être un peu plus lents au printemps. Il est difficile de dire pour l'instant ce qui aurait pu être mieux fait, car l'analyse des différentes étapes n'est pas encore terminée.

Au cours de tous ces mois, nous avons toujours agi sur la base des connaissances scientifiques disponibles à l'époque. Cependant, l'état des connaissances a changé à maintes reprises depuis le début de la pandémie. Pour l'instant, les résultats des mesures ne sont que des hypothèses. Tout est relatif. Quand tout sera terminé, nous ferons une analyse détaillée.


Politik, Corona-Virus, Pressekonferenz Paulette Lenert, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Paulette Lenert chamboule totalement le jeu politique
Propulsée au ministère de la Santé quelques semaines à peine avant le début de la pandémie au Luxembourg, la novice en politique devient pourtant la femme politique la plus populaire, selon les résultats du Politmonitor réalisé pour le compte du «Luxemburger Wort» et de «RTL». Devant Asselborn et Bettel.

En parlant d'analyse, l'opposition a demandé une commission d'enquête, ce que les partis majoritaires ont rejeté. Ne serait-il pas logique de créer une commission indépendante, comme en Suède, pour revoir la stratégie après coup ?

«Il n'y a aucune raison qu'une commission ne soit pas créée ultérieurement pour examiner la question. Lorsque tout sera terminé, nous réexaminerons bien sûr toutes les décisions qui ont été prises. Mais pour l'instant, notre priorité est d'analyser le plus rapidement possible toutes les données disponibles, d'évaluer la situation et de prendre ensuite les mesures adéquates.

La lutte contre la pandémie est une course contre la montre. Et le temps est ce qui nous manque. Le processus démocratique est absolument essentiel, mais il est très long. Il y a des semaines où je passe plus de temps à expliquer, justifier et défendre notre stratégie que je n'en ai pour agir. 

Photo: Anouk Antony

Auriez-vous agi différemment si vous aviez pu prendre toutes les décisions par vous-même ?

«Non, en fait, je ne le ferais pas. Si le ministère de la Santé avait pu décider et mettre en œuvre tout seul, nous aurions certainement été plus rapides, mais il y aurait eu un manque d'échanges critiques. Tant la consultation au sein du gouvernement que la légitimation démocratique ultérieure des mesures ont apporté une contribution précieuse à l'équilibre et à l'acceptation des mesures. D'ailleurs, le Luxembourg est l'un des rares pays où toutes les mesures sont approuvées par le Parlement.

Le nombre de décès est en augmentation, dont beaucoup de personnes âgées. Qu'est-ce qui ne fonctionne pas ?

«Là encore, il n'y a pas d'explication claire. Une fois qu'un certain nombre de nouvelles infections a été atteint, il est presque impossible de protéger efficacement les résidents, à moins que les maisons ne soient fermées et complètement isolées. Mais après l'expérience du printemps, ce n'est pas une option. Les dommages collatéraux étaient tout simplement trop élevés.

Des concepts d'hygiène ont été élaborés et mis en œuvre dans les foyers. Depuis que les tests sont disponibles, les résidents et le personnel sont régulièrement testés. Récemment, des tests rapides ont également été utilisés. À mesure que de nouvelles options deviennent disponibles, de nouveaux ajustements sont faits pour assurer la meilleure protection possible des résidents.

Contrairement aux premières constatations, les écoles se sont révélées être un foyer d'infection. L'enseignement à domicile n'aurait-il pas dû être utilisé plus tôt après tout ?

«Plusieurs études sur ce sujet ont également été réalisées et sont arrivées à des conclusions différentes. Au début, nous avons supposé que les étudiants étaient moins contagieux et moins susceptibles de propager le virus. Cependant, ces dernières semaines, nous avons remarqué qu'il y a de nombreuses infections dans les écoles, surtout dans les classes supérieures. Et si de nombreux enfants et jeunes sont infectés, il y a bien sûr aussi le risque qu'ils transmettent l'infection à leur famille. 

Je crois cependant que la société doit accepter ce risque afin de préserver les possibilités d'éducation des jeunes. Je pense que les adultes devraient limiter encore plus leurs contacts afin que nous puissions garder les écoles ouvertes le plus longtemps possible.

Il y a deux semaines, des chercheurs de toute l'Europe ont demandé des règles plus strictes et une coordination plus étroite entre les pays. Comment voyez-vous cet appel ?

«Ça n'est pas simple. Les trois pays voisins du Luxembourg ont par exemple chacun des règles différentes. En outre, dans les grands pays comme l'Allemagne et la France, les règles diffèrent selon les régions. Les mesures sont imposées en fonction du niveau d'infection.

Les gestes barrières ne sont pas encore devenus un réflexe.

Paulette Lenert

Travailler plus étroitement ensemble au niveau européen serait-il toutefois envisageable ?

«Même si la compétence en matière de politique de santé relève des différents pays, nous nous consultons mutuellement. Lorsque la nouvelle variante du virus est apparue en Grande-Bretagne, il y a eu une étroite coopération, les réactions des différents pays ont été coordonnées.

Les critiques à l'égard du gouvernement se font de plus en plus vives, notamment en ce qui concerne l'ouverture dominicale des magasins. Outre le risque d'infection, n'aviez-vous pas sous-estimé l'impact psychologique de cette action ?

«Nous avions en effet sous-estimé la foule dans les supermarchés et la ruée de Noël. Je peux comprendre que ceux qui respectent les règles se mettent en colère lorsqu'ils voient des photos de personnes encombrées dans les galeries marchandes. J'ai moi-même été étonnée de voir le nombre de personnes qui se déplaçaient. C'est pourquoi nous avons agi assez rapidement. Les centres commerciaux doivent maintenant présenter un concept d'hygiène détaillé afin de mieux maîtriser le flux de visiteurs.

Cet exemple montre que les rappels seuls ne vous mèneront nulle part. Les gestes barrières ne sont pas encore devenus un réflexe. La règle des deux personnes à la maison est aussi souvent critiquée comme étant incohérente. Le message central est que l'on doit rester chez soi, que l'on ne doit pas rendre visite à ses amis et à sa famille. La règle est conçue comme une exception pour les personnes qui, autrement, seraient seules. Chaque fois que nous donnons une limite chiffrée, beaucoup de gens se demandent comment maximiser la marge. Ce n'est pas comme ça que ça doit être. Il est infiniment difficile de faire comprendre de telles règles. 

Il serait terrible que la situation bascule à nouveau en janvier.

Paulette Lenert

Dans les pays asiatiques et en Chine, cela fonctionne évidemment mieux ...

«Peut-être bien. Mais le prix à payer est énorme. Des pays comme la Chine ont eu recours à une application centralisée. C'est 'Big brother'. Dans notre pays, de telles mesures sont impensables. Nous prenons des mesures drastiques, mais elles doivent toujours être proportionnées. Et c'est là que se situe le problème. Nous ne connaissons pas encore l'impact précis de telle ou telle mesure. Les preuves sont encore fragiles. Tout est donc relatif. Ce n'est que lorsque nous aurons fait le point que nous saurons quelle mesure a eu quel effet.


online.fr, Paulette Lenert, lsap, Politik, Gesundheitsministerin,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Tout ne se passe pas comme prévu»
La ministre de la Santé, Paulette Lenert, reconnaît que la brusque reprise des infections ne faisait pas partie du scénario espéré. Le pire serait de voir le nombre d'hospitalisations bondir d'ici quelques jours.

La force de la deuxième vague vous a-t-elle surprise ?

«Oui, je pense que personne ne s'attendait à ce que la deuxième vague soit aussi sévère, y compris du côté des scientifiques. J'étais également convaincue que nous serions en bonne position après les préparatifs faits durant l'été.

Actuellement, je suis très inquiète des conséquences possibles des vacances. Les mesures de novembre ont un effet, mais nous ne sommes pas encore là où nous voulons être. Il serait terrible que la situation bascule à nouveau en janvier. J'espère que l'euphorie provoquée par le vaccin, ainsi que la diminution des chiffres, ne conduiront pas les gens à devenir négligents.

La vaccination a commencé lundi dernier, mais la pandémie est loin d'être terminée. Comment comptez-vous faire pour que les gens continuent à respecter les règles de distance et d'hygiène ?

«Nous sommes en effet préoccupés par cette question. Nous mettons l'accent sur l'éducation et la communication transparente. Tout d'abord, nous devons motiver les gens à se faire vacciner. Nous avons lancé des podcasts sur les médias sociaux où les gens peuvent poser des questions. Il existe également une série de webinaires pour les travailleurs du secteur de la santé.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La rentrée des classes se fera... à la maison
Alors que Xavier Bettel et Paulette Lenert ont présenté les grandes lignes du nouveau tour de vis du gouvernement, le ministre de l'Education prendra la parole dès mardi matin pour apporter des détails concernant ce qui attend les enfants et adolescents pour cette reprise des cours.
26.10.2020, Nordrhein-Westfalen, Gütersloh: Ein Kehrblech steckt zwischen Fensterrahmen und Fensterbank und verhindert somit das Zufallen des Fensters, beim Schulbeginn in der Freiherr-vom-Stein-Realschule. Ein wichtiges Element in den Hygienekonzepten der Schulen zum Schutz vor Corona ist das intensive Lüften der Klassenräume. Viele Schüler und Eltern fürchten, dass es in den kommenden Wochen und Monaten in den Klassenräumen kalt werden könnte. Alle 20 Minuten Stoßlüften lautet die Vorgabe vom Schulministerium. Eine Maßnahme, die dafür sorgen soll, dass die Aerosol-Konzentration und damit das Corona-Risiko nicht zu stark ansteigen. Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Et maintenant, la deuxième vague?
Il ne fait guère de doute, pour Rudi Balling (directeur du Luxembourg center for systems Biomedecine) que le covid-19 peut à nouveau frapper, et même fort. Le spécialiste rappelle qu'une partie de la réponse ne tient qu'au respect des consignes sanitaires. Donc à nous.
A member of the Red Cross takes the temperature of a man in a car as a preventive measure against the spread of the novel coronavirus, COVID-19, on the Guadalajara-Morelia highway, Jalisco State, Mexico, on May 2, 2020. (Photo by Ulises RUIZ / AFP)