Changer d'édition

Des méduses aperçues dans le «Stausee»
Luxembourg 2 min. 21.09.2020 Cet article est archivé

Des méduses aperçues dans le «Stausee»

La prolifération de la méduse «craspedacusta sowerbyi» dans le Stausee est probablement une conséquence directe du réchauffement climatique

Des méduses aperçues dans le «Stausee»

La prolifération de la méduse «craspedacusta sowerbyi» dans le Stausee est probablement une conséquence directe du réchauffement climatique
Photo: Jean-Luc Linster/GSAQ-CGDIS
Luxembourg 2 min. 21.09.2020 Cet article est archivé

Des méduses aperçues dans le «Stausee»

Cette variété d'eau douce ne s'avère cependant ni urticante, ni dangereuse pour l'homme. Leur présence dans le nord du pays pourrait être la conséquence du réchauffement climatique.

(JFC, avec Pierre Scholtes) - Début septembre, des plongeurs du groupe des hommes-grenouilles du CGDIS ont transmis des clichés d'une méduse d'eau à l'administration de la Gestion de l'eau (AGE) et à l'administration de la Nature et des Forêts (ANF). Cette investigation faisait suite à la signalisation d'une telle variété d'invertébré dans le «Stausee». Les photos ont permis d'attester avec certitude de la présence de cette méduse dite «craspedacusta sowerbyi» pour la première fois dans le lac de la Haute-Sûre.

Contrairement aux méduses de mer, cette variété d'eau douce, qui mesure environ 2,5 centimètres, s'avère totalement inoffensive pour l'homme. Elle ne possède en effet aucun caractère urticant. Originaire d'Asie, cette méduse d'eau douce est une espèce envahissante répandue sur toutes les parties du globe.

Sa présence a été attestée pour la première fois en Europe en 1880 aux Jardins botaniques royaux de Londres. Sa prolifération sur le Vieux Continent serait due à la colonisation de plantes aquatiques non indigènes et à la propagation par les oiseaux. Ce type de méduse a notamment déjà été aperçu dans les pays voisins du Luxembourg.


1.9. Norden / Pont Misere / Algen im Stausee / Foto:Guy Jallay
Les algues bleues condamnent la baignade au «Stausee»
Après les restrictions liées au covid-19, ce sont les cyanobactéries qui pénalisent l'accès à l'eau du lac de la Haute-Sûre. Pour l'heure, seule une des six plages est touchée par l'interdiction de baignade.

Le fait de retrouver cette «craspedacusta sowerbyi» dans le «Stausee» serait sans doute en lien direct avec le réchauffement climatique, affirme l'administration de la Gestion de l'eau dans un communiqué publié ce lundi. En effet, ce type de méduse a besoin d'une température de l'eau supérieure à 20°C sur une longue période pour pouvoir survivre. Ainsi, son apparition a souvent lieu de juillet à octobre, avec un pic observé de fin août à début septembre. Cette méduse préfère aussi habiter dans des eaux très propres.

En outre, l'administration de la Gestion de l'eau souligne qu'il n'y a aucun lien entre les méduses et les algues bleues, qui interdisent la baignade dans le lac. Les deux phénomènes doivent être considérés indépendamment l'un de l'autre. Si vous repérez des méduses, vous pouvez les signaler en envoyant un e-mail à l'adresse suivante: peche@eau.etat.lu.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Uniquement accessibles les samedis et dimanches sur réservation, les six plages du lac de la Haute-Sûre accueilleront 5.000 visiteurs, soit le maximum permis, ces deux prochains jours. Plus la peine donc d'espérer aller s'y dorer au soleil.
Lokales, Insenborn,  Stausee, Urlaub in Luxemburg, Online-Reservierung,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Un nombre de personnes rassurant et une circulation maîtrisée : le premier jour de l'obligation de réservation pour profiter des plages du nord du pays s'est déroulé sans problème ce week-end.
Lokales, Lultzhausen, Stausee, Urlaub in Luxemburg, Online-Reservierung,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
À partir de samedi, il ne sera plus possible de se rendre en excursion le week-end sur les rives du lac de la Haute-Sûre sans réservation en ligne préalable. Cette décision intervient en réaction à l'afflux massif de touristes observé le week-end dernier, notamment à Lultzhausen et Insenborn.
Wochenende am Stausee - Der Tag danach - COVID-19 -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Fin juillet c'est la Chiers qui était impactée. Mi-septembre de nombreux poissons sont morts dans l'Alzette. Et depuis mardi, c'est au tour de la Sûre de subir les conséquences de l'incendie d'Euro-Composites. Quatre pollutions majeures en peu de temps qui posent question.
Durch den Brand in Echternach gelangte Löschwasser in den Grenzfluss Sauer.
Malgré des températures relativement fraîches, on a observé une augmentation de la présence d'algues bleues dans la rivière. Pour l'heure, aucune restriction
Les algues sont naturellement présentes dans l'eau de la rivière, mais là elles se développent de manière préoccupante.