Changer d'édition

Des logements plutôt que l'Hôtel des Postes
Luxembourg 3 min. 15.07.2020

Des logements plutôt que l'Hôtel des Postes

Pour Lydie Polfer, le projet Artea répond parfaitement aux attentes de la Ville de Luxembourg.Pas pour Déi Lenk visiblement...

Des logements plutôt que l'Hôtel des Postes

Pour Lydie Polfer, le projet Artea répond parfaitement aux attentes de la Ville de Luxembourg.Pas pour Déi Lenk visiblement...
Photo : Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 15.07.2020

Des logements plutôt que l'Hôtel des Postes

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les élus déi Lenk de la capitale n'en démordent pas: le projet de rénovation de l'ancien siège du groupe Post en hôtel n'a rien de cohérent alors que l'habitat devient inaccessible à Luxembourg. L'opposition à Lydie Polfer en appelle au ministre de l'Economie

A peine présentée, voilà déjà que la réaffectation de l'Hôtel des Postes de Luxembourg agite la capitale. Premiers à sortir du rang, les élus du conseil communal déi Lénk. Et de tacler le soutien de la bourgmestre à ce projet annoncé, depuis un jour à peine pour 2025. Pour l'opposition, l'acceptation de ce dossier démontrerait «l'incapacité totale» de Lydie Polfer (DP) «à endiguer la crise du logement dans la capitale et à répondre aux besoins associatifs et culturels de ses habitants».

Car si le futur concept du bâtiment comprend bien hôtel lifestyle, salle de remise en forme et autres boutiques, les conseillers d'opposition auraient surtout apprécié que les quelque 8.600 m2 disponibles soient affectés à la création d'appartements notamment. Mais il n'en est pas question, a assuré mardi encore, Claude Strasser dont le groupe Post qu'il dirige conservera la propriété des lieux, mais pas l'exploitation. Celle-ci étant confiée au groupe immobilier Artea.


Surtout, il ne sera pas question de toucher à la façade style Renaissance dont les pierres proviennent de deux carrières luxembourgeoises.
A 110 ans, l'Hôtel des Postes se relooke
D'ici 2023, le siège historique du groupe Post au cœur de la capitale abritera boutiques, hôtel, restaurant, salle de fitness et espaces de coworking. Le projet sera cofinancé puis exploité par Artea. Mais pour les aménagement pas question de nuire à ce fleuron du patrimoine.

Artea qui a déjà une idée avancée de l'emploi des différents étages de la bâtisse datant des années 1910. Et s'il n'y a pas d'espaces à vivre autres que les 85 chambres annoncées, seule reste encore une inconnue dans l'utilisation du dernier niveau. Mais qui sait?

Pour déi Lénk, l'occasion était pourtant belle dans une ville dont les prix de l'immobilier ont désormais dépassé ceux de Paris. Des tarifs au m2 si prohibitifs qu'ils «chassent les personnes à revenus faibles et moyens, et empêchent notre capitale d’attirer les jeunes diplômés dont elle a pourtant besoin», estiment Guy Foetz et David Wagner. Les deux conseillers rappelant même que le coût de l'immobilier nuit à l'attractivité de Luxembourg auprès des fonctionnaires européens avec, même, des délocalisations d'agences du Grand-Duché vers Bruxelles...

Contraire aux intérêts de la Ville

Déjà fin 2019, l'opposition communale avait exigé que l’Hôtel des Postes, «construit avec l’argent du contribuable», continue à servir un intérêt public. Et les deux élus de proposer que l'endroit abrite logements sociaux et/ou étudiants, locaux pour associations et pour organismes culturels, salles de conférences et ateliers pour artistes. Alors que l'autorisation de bâtir n'a pas encore été délivrée, faire machine arrière est donc demandé. 

La cour intérieure de l'Hôtel des Postes, une fois libérée de sa toiture métallique, pourrait servir de cadre à un restaurant sous grande verrière.
La cour intérieure de l'Hôtel des Postes, une fois libérée de sa toiture métallique, pourrait servir de cadre à un restaurant sous grande verrière.
Photo : Lex Kleren

Et c'est sur le ministre de l’Economie, le socialiste Franz Fayot, que le groupe déi Lenk fait désormais pression. Et cela afin qu'il exerce une tutelle sur Post, entreprise à 100% publique, «pour stopper net ce projet contraire aux intérêts sociaux et économiques de la Ville de Luxembourg et du pays, y compris des autres établissements hôteliers déjà lourdement éprouvés par la crise du covid». Pas certain, là encore, que l'appel sera entendu. Au cas où, reste à frapper à la porte du ministre du Logement. Après tout, Henri Kox (Déi Gréng) ne veut-il pas développer l'habitat social ou mixte partout dans le pays pour faire baisser la pression immobilière?

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Et si le poids du logement passait au régime?
Le coût de l'habitat grimpant plus vite que les revenus, les dépenses des ménages pour cette seule part de leur budget ne cesse d'augmenter. D'autant plus pour les foyers à bas revenus et en location. Le ministère du Logement entend donc s'attaquer à ce "taux d'effort".
asdf
70% des expatriés comptent rester au Luxembourg
S'ils sont nombreux à admettre avoir sous-estimé le coût de la vie, 87% des expatriés affirment toutefois avoir pris la bonne décision en s'installant au Grand-Duché, selon une enquête menée par ING Luxembourg sur les perceptions avant et après le déménagement.
Déménagement Biergercenter Luxembourg, foto feller tania, Feller Tania
La transformation de l'Hôtel des Postes ne passe pas
Des soutiens de déi Lénk ont protesté mercredi matin contre les transformations envisagées de l'ancien siège social de Post Luxembourg en hôtel. Le parti de gauche craint que la capitale se transforme de plus en plus en «ghetto pour riches».
Lokales, déi Lénk, Piquet hôtel des postes au public,    Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort