Changer d'édition

Des logements dotés d'«une meilleure mixité sociale»
Luxembourg 12 4 min. 18.03.2021 Cet article est archivé

Des logements dotés d'«une meilleure mixité sociale»

Présidente du Fonds du logement, Diane Dupont indique que des réflexions sont en cours pour revoir les règles définissant les critères d'accessibilité des projets créés par le principal bailleur social du pays.

Des logements dotés d'«une meilleure mixité sociale»

Présidente du Fonds du logement, Diane Dupont indique que des réflexions sont en cours pour revoir les règles définissant les critères d'accessibilité des projets créés par le principal bailleur social du pays.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 12 4 min. 18.03.2021 Cet article est archivé

Des logements dotés d'«une meilleure mixité sociale»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Si l'Etat entend reprendre la main en s'engageant dans la réalisation de grands ensembles locatifs abordables, il envisage également de revoir le mode de calcul des loyers au Fonds du logement. Avec comme ambition de toucher les classes moyennes exclues, pour l'heure, de ces programmes.

L'annonce d'un financement à hauteur de 286 millions d'euros par l'Etat du projet «Wunne mat der Woolz» a pu paraître spectaculaire, bien que ce chiffre corresponde aux estimations avancées jusqu'à présent. S'agissait-il uniquement d'un message politique destiné à marquer le retour de la main publique dans l'immobilier?

Diane Dupont, présidente du conseil d'administration du Fonds du logement - «Cette annonce confirme d'une part les ordres de grandeur que nous avions effectivement depuis des années, mais elle donne aussi un coup d'accélérateur car nous avons reçu un signal clair pour réaliser ce projet. Via l'octroi d'une sécurité financière de la part de l'Etat.


L'Etat met la main à la poche pour développer Wiltz
Quelques mois après avoir mis son empreinte sur l'aménagement du site d'Elmen, le ministère du Logement déboursera près de 290 millions d'euros pour faire sortir de terre le projet «Wunne mat der Wooltz», dont la première phase doit être achevée d'ici 2023.

Jacques Vandivinit, directeur du Fonds du logement - «Il ne faut pas non plus oublier qu'une grande partie des coûts est liée à un historique industriel. Nous allons donc assainir, dépolluer pour permettre l'installation des logements, mais aussi des constructions d'utilité publique. Ce qui représente une part importante de l'enveloppe allouée.

La totalité du projet doit être achevé à l'horizon 2035. Ce qui paraît encore éloigné pour le moment. Quand les premières unités d'habitation seront-elles livrées?

Jacques Vandivinit - «Il y a bien sûr tout un phasage qui est prévu pour permettre notamment l'assainissement du terrain, puis les travaux d'infrastructure avant la construction des plus de 1.000 logements proprement dits. Vu que les travaux de la future école sont déjà en cours, les premiers logements devraient arriver d'ici la mi ou la fin 2023 dans le quartier Geetz, situé à proximité immédiate. Quelque 70 unités doivent y être créées, via une approche modulable qui permet de construire plus vite, même si je ne peux pas garantir que toutes seront présentes immédiatement. Pour la globalité du site, nos estimations actuelles tablent sur une fin en 2038.

Au vu de la croissance démographique prévue à l'horizon 2050 et l'arrivée attendue de 300.000 nouveaux résidents, une densification supplémentaire de ce projet est-elle envisagée?

Diane Dupont - «Ce projet, comme les autres, a bien évidemment évolué au fil des années, mais ce qui a été retenu apparaît comme la densité maximale acceptable par la commune. Celui de Wiltz est déjà partiellement assez dense. Mais on ne sait jamais, dans quelques années, quelques modifications ponctuelles pourront être réalisées. 

La demande de logements reste forte et inquiète bon nombre d'organismes nationaux et internationaux. Quels dispositifs sont mis en place pour suppléer à cette attente, notamment de la part des classes moyennes?

Diane Dupont - «Le but du Fonds du logement reste la production de logements abordables. C'est pourquoi à Wiltz, 70% des logements seront destinés à la location et 30% à la vente avec bail emphytéotique. Mais le ministère du Logement est en train de changer le règlement grand-ducal de 1979 qui gère la question du loyer. Ce qui signifie qu'il est prévu d'avoir un peu plus de mixité sociale sur base des différents déciles de revenu dans le calcul des loyers.


Illustration, Wohnungen, Wohnungssuche, Immo, Immobilien, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
600 candidats pour une loterie aux logements
Les inscriptions sont désormais closes pour la vente de 136 appartements à (très) bas coût proposés via le Fonds Kirchberg. Et pour la seconde fois, la liste d'attente des postulants relèvera d'un tirage au sort.

Jacques Vandivinit - «Aujourd'hui, l'ensemble des projets que nous gérons représente une moyenne de cinq euros du mètre carré. Ce qui est très bas. Pour le moment, nous attribuons les logements en fonction de la liste nationale - qui regroupe environ 3.500 personnes, ndlr - en prenant en compte les revenus mais aussi les conclusions des enquêtes sociales. Ce qui signifie que, pour l'heure, nous ne touchons pas ces fameuses classes moyennes. Les réflexions du ministère nous permettraient d'attribuer des logements dans différentes catégories pour bénéficier d'une meilleure mixité sociale.

L'autre grand projet du Fonds tient dans l'aménagement du site «Neischmelz» à Dudelange et ses quelque 1.000 unités de logement attendues. Des réalisations longues à mettre en place...

Diane Dupont - «Cela prend effectivement du temps. Entre le début de la planification d'un PAP et la pose de la première pierre, cela prend quatre ans quand tout va bien. Même si nous tentons de mettre en place toutes les ressources nécessaires pour construire le plus possible et que nous avons les terrains nécessaires, nous ne sommes pas les seuls à décider de la vitesse d’exécution.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour atteindre cet objectif, l'Etat s'est doté d'un Fonds spécial de développement. En un an, cette cagnotte a déjà permis de financer 300 projets pour voir se réaliser 3.125 appartements ou maisons accessibles au plus grand nombre. Mais le ministre du Logement a conscience que le rythme doit s'accélérer.
Si le Fonds monétaire international reconnaît que le Luxembourg «a relativement bien résisté à la pandémie», l'organisme international tire une nouvelle fois le signal d'alarme sur la question du logement, exhortant les autorités à développer une offre abordable.
Wirtschaft, Mieten, Residenz, Sozialalmanach, Wohnung, Wohnungsbau, Wohnungsmarkt, Immobilien,  Immobilienmarkt, A louer, A vendre, Location, Immobilier, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Quelques mois après avoir mis son empreinte sur l'aménagement du site d'Elmen, le ministère du Logement déboursera près de 290 millions d'euros pour faire sortir de terre le projet «Wunne mat der Wooltz», dont la première phase doit être achevée d'ici 2023.
2020 aura aussi été une sale année pour la mise à disposition de logements accessibles par les deux promoteurs publics. Mais les projets immobiliers et les réserves foncières à disposition permettent de voir grand pour l'avenir.
Alors que le gouvernement entend mettre l'accent sur la création de logements voués à la location subventionnée, le Fonds du logement annonce avoir planifié quelque 4.600 logements de ce type d'ici à l'horizon 2030. Pas de quoi cependant combler l'écart entre l'offre et la demande...
Wort.fr, Fonds du logement, Neues Projekt, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Des départs à répétition, une escroquerie et une tentative de vol, le Fonds du logement a navigué en eaux troubles ces derniers mois. Diane Dupont, toujours à la tête du principal bailleur social du pays, prend la parole pour la première fois depuis le départ d'Eric Rosin, en février 2019.
ITV Diane Dupont / Fonds du logements/ Portrait / 14.03.2019/ Foto : Caroline Martin