Changer d'édition

Des excuses officielles unanimes: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive»
Luxembourg 2 min. 09.06.2015

Des excuses officielles unanimes: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive»

Des excuses officielles unanimes: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive»

Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 2 min. 09.06.2015

Des excuses officielles unanimes: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive»

«Nous devons prendre et assumer ensemble cette responsabilité» a lancé d'emblée le Premier ministre, Xavier Bettel, aux députés luxembourgeois avant qu'ils ne votent unanimement une résolution historique, ce mardi. Ce qu'a rapidement fait Alex Bodry: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive pour les manquements de l'administration luxembourgeoise», pendant l'occupation nazie.

(MF) - «Nous devons prendre et assumer ensemble cette responsabilité» a lancé d'emblée le Premier ministre, Xavier Bettel, aux députés luxembourgeois avant qu'ils ne votent unanimement une résolution historique, ce mardi. Ce qu'a rapidement fait Alex Bodry: «La Chambre s'excuse auprès de la communauté juive pour les manquements de l'administration luxembourgeoise», pendant l'occupation nazie.

Avant de débattre, mardi, sur le référendum du 7 juin 2015, les députés luxembourgeois devaient se prononcer sur une résolution hautement symbolique portant sur la reconnaissance officielle par la Chambre, des souffrances infligées aux membres de la communauté juive durant cette période sombre de l'Histoire luxembourgeoise qui était celle de l'occupation du pays par les nazis.

Peu avant 16 h 30, les 60 députés luxembourgeois siégeant à la Chambre ont voté unanimement pour la résolution.

Soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la «Chambre débat sur la question juive au Luxembourg. C'est la première fois que la question de l'extermination systématique est au centre du débat parlementaire au Luxembourg», a souligné Alex Bodry (LSAP), qui s'est dit très «honoré» de pouvoir présenter cette résolution.

1.300 juifs luxembourgeois déportés d'ici, de Belgique ou de France

«La question qu'il faut se poser aujourd'hui est celle de la responsabilité des autorités luxembourgeoises», pose Viviane Loschetter (Déi Gréng). C'est précisément ce que se sont évertués à faire -avec une objectivité souvent soulignée par les intervenants à la tribune- l'historien Vincent Artuso et son équipe, dans un rapport commandé par le gouvernement et qui pointe du doigt le rôle indiscutable jouée par «l'administration luxembourgeoise qui a collaboré à la politique antisémite», pose clairement Alex Bodry.

Appuyant bien sur le propos, Viviane Loschetter rappelle que c'est «sur la seule base de leur religion», que des citoyens luxembourgeois se sont vus interdits de revenir travailler dans la Fonction publique, de retourner dans leur pays, le Luxembourg et ont été spoliés de tous leurs biens. «Il y a malheureusement eu collaboration au sein de la société», résume Fernand  Kartheiser. Et au député ADR d'expliquer que «Le Luxembourg a aussi aidé beaucoup de juifs et qu'il peut en être fier».

Fait est que «1.300 juifs ont été déportés d'ici, de Belgique ou de France et que tous ont été exterminés. C'est une réalité pour laquelle je m'excuse aujourd'hui vis-à-vis de la communauté juive d'aujourd'hui mais aussi vis-à-vis des familles d'alors», a solennellement lancé devant le parlement, le Premier ministre, Xavier Bettel avant que les députés ne passent au vote.


Sur le même sujet

Vivre sa religion au Luxembourg: Pour les juifs, la cohésion sociale s'écrit en majuscules
C'est nouveau au Luxembourg. Depuis janvier 2015, six cultes ont officiellement paraphé une convention avec l'Etat. Dans la foulée, wort.lu/fr est allé à la rencontre des juifs, des musulmans, des catholiques, des protestants, des orthodoxes et des anglicans pour comprendre comment ils vivent et pratiquent leur religion au Grand-Duché. Découvrez tous les jours de cette semaine, l'une de ces communautés de l'intérieur. Notre dossier spécial commence au sein de la communauté israélite.
L'enveloppe annuelle de 315.000 euros attribuée au culte israélite par l'Etat «représente environ 25% de moins que ce que nous avions avant», explique le président du Consistoire israélite, Claude Marx.