Changer d'édition

Des données anonymisées transmises à l'OMS
Luxembourg 01.12.2022
Suivi de la pandémie

Des données anonymisées transmises à l'OMS

En février, dix échantillons de la variante "alpha" ont été transmis à l'OMS après avoir été anonymisés.
Suivi de la pandémie

Des données anonymisées transmises à l'OMS

En février, dix échantillons de la variante "alpha" ont été transmis à l'OMS après avoir été anonymisés.
Photo: LNS
Luxembourg 01.12.2022
Suivi de la pandémie

Des données anonymisées transmises à l'OMS

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Si le ministère de la Santé et le LNS se sont associés au projet «WHO BioHub» pour contribuer à une lutte plus efficace contre la pandémie, aucune information personnelle de patients n'a été transmise pour autant.

Les données de certains résidents se promènent-elles dans les couloirs du laboratoire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ? Près de dix mois après la transmission d'échantillons de tests PCR à l'institution de santé publique, la question taraude le député de l'ADR Jeff Engelen. Interrogée sur le sujet, la ministre de la Santé se veut néanmoins rassurante : aucune information personnelle n'a été divulguée, assure-t-elle ce jeudi dans une réponse parlementaire. 


(de g. à dr.) Dr Tamir Abdelrahman, chef du département de microbiologie du LNS 	 ; Paulette Lenert, ministre de la Santé
Des échantillons luxembourgeois du covid-19 au BioHub de l'OMS
Le Laboratoire national de santé (LNS) a été désigné par le ministère de la Santé pour représenter le pays dans cette initiative mondiale de prévention.

Les prélèvements du virus ont en effet été «préalablement anonymisés», précise Paulette Lenert (LSAP). Plus concrètement, un «numéro aléatoire» a été attribué à chacun des dix échantillons positifs à la variante «alpha» du Covid-19 - sur les plus de 37.000 conservés au LuxMicroBioBank - transmis à l'OMS. 

Dans le formulaire de transfert, seules sont indiquées quelques informations nécessaires au traitement de l'échantillon. A savoir, la date du prélèvement, l'âge et le sexe du patient, ainsi que le pays où le test a été effectué. «Aucun lien ne peut être établi avec le patient», ajoute-t-elle encore. 


Dans la combinaison des dépisteurs du covid-19
Le Laboratoire national de santé de Dudelange a été officiellement validé pour effectuer les tests de coronavirus depuis la fin janvier. Près de 300 tests y ont déjà été réalisés en date du 11 mars. Le Dr Trung Nguyen Nguyen, virologue en chef, explique comment ça fonctionne.

Si le droit de suppression des données reste donc en théorie applicable, dans la pratique, celui-ci s'avère plus compliqué. Car en l'absence de données, elles ne peuvent tout simplement pas être effacées, note la ministre. 

Pour rappel, le Luxembourg a été le premier pays, en février dernier, à fournir des échantillons du Covid-19 à l'OMS dans le cadre du projet «WHO BioHub». Une initiative visant à mieux comprendre la pandémie et l'émergence de nouvelles variantes en permettant l'échange d'informations et d'échantillons de virus.   


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Laboratoire national de santé de Dudelange a été officiellement validé pour effectuer les tests de coronavirus depuis la fin janvier. Près de 300 tests y ont déjà été réalisés en date du 11 mars. Le Dr Trung Nguyen Nguyen, virologue en chef, explique comment ça fonctionne.