Changer d'édition

Des dizaines d'appels recensés au Centre Antipoisons
Luxembourg 3 min. 29.04.2022
Scandale Ferrero

Des dizaines d'appels recensés au Centre Antipoisons

Malgré le battage médiatique fait autour des rappels de produits ces dernières semaines, ils sont plusieurs dizaines à avoir manqué de vigilance.
Scandale Ferrero

Des dizaines d'appels recensés au Centre Antipoisons

Malgré le battage médiatique fait autour des rappels de produits ces dernières semaines, ils sont plusieurs dizaines à avoir manqué de vigilance.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 29.04.2022
Scandale Ferrero

Des dizaines d'appels recensés au Centre Antipoisons

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Si le Centre Antipoisons a été fortement sollicité par les Belges ces derniers jours, aucun appel émanant du Luxembourg n'a cependant été enregistré.

En 2015, une convention était signée entre la Belgique et le Luxembourg dans le cadre du partage des prestations du Centre Antipoisons belge. Depuis lors, l'organisme est à la fois sollicité par les Belges et par les Luxembourgeois. Au regard des récents scandales sanitaires qui ont provoqué bon nombre de remous dans le secteur alimentaire, on se doute que le Centre Antipoisons ne chôme pas depuis plusieurs jours. 


Delhaize ruft Brownies der Eigenmarke zurück.
Les brownies Delhaize peuvent contenir des morceaux de métal
L'enseigne de supermarchés Delhaize rappelle des brownies de sa propre marque, en raison d'une possible présence de morceaux de métal dans les produits.

Le docteur et professeur Dominique Vandijck,  directeur général adjoint du centre, ne dit clairement pas autre chose. «Au total, nous avons reçu 36 appels ces dernières semaines concernant les chocolats Kinder. Cela dit, sur ces dizaines d'appels, nous n'avons reçu aucun appel émanant du Luxembourg pour le même sujet», entame-t-il. «12 appels concernaient des demandes d'informations globales et pour les 24 autres, cela concernait une intoxication dans la mesure où l'appelant disait que lui-même ou son enfant présentait des symptômes. Concrètement, sur ces 24 cas, 18 concernaient des enfants intoxiqués et 6 des adultes.»

Le docteur et professeur Dominique Vandijck est le directeur général adjoint du Centre Antipoisons
Le docteur et professeur Dominique Vandijck est le directeur général adjoint du Centre Antipoisons
Crédit: Centre Antipoisons

Malgré le battage médiatique fait autour des rappels de produits ces dernières semaines, ils sont donc plusieurs dizaines à avoir manqué de vigilance. «Lorsqu'un cas symptomatique se présente, la personne atteinte peut rester chez elle mais si la situation commence à s'aggraver (diarrhées, vomissements, etc.), nous envoyons directement l'adulte ou l'enfant vers leur médecin généraliste.» 


47 rappels de produits depuis le début de l'année au Luxembourg
Suite aux récents scandales sanitaires, nous avons donné la parole au commissariat du gouvernement à la qualité, à la fraude et à la sécurité alimentaire qui fait part d'une situation «exceptionnelle».

Dominique Vandijck explique que les appels vers le Centre Antipoisons sont nombreux. «Toutefois, il est clair que l'on a connu une augmentation des appels depuis les derniers rappels de produits, en particulier celui de Ferrero. La population est assez alarmée et cherche à nous contacter pour obtenir des réponses à leurs questions. Les questions les plus posées? Quels sont les risques? Quels produits de Ferrero restent bons pour la consommation? Qu'en est-il des femmes enceintes? Dernièrement, on a aussi eu le cas d'un enseignant qui avait donné des chocolats Kinder à ses élèves juste avant le congé de Pâques et qui se demandait ce qu'elle devait faire.»

60% d'appels pour des enfants

Au-delà de l'actualité récente, le centre est d'une manière générale régulièrement sollicité par les Luxembourgeois. «En 2020, lors de la crise sanitaire, nous avons reçu 972 appels du Grand-Duché, près de 60% d'appels concernaient des enfants et environ 4% des animaux. Comparativement avec 2019, c'était près de 20% d'appels supplémentaires. Cela peut s'expliquer par la crise du covid. En fait, beaucoup se posaient des questions vis-à-vis des différents gels hydroalcooliques qui étaient présents sur le marché mais il y avait également des cas d'enfants en très bas âge qui en avaient avalé accidentellement.»


ILLUSTRATION - 24.11.2016, Berlin: ARCHIV - Drei Überraschungseier der Firma Ferrero liegen auf einem Tisch. (zu dpa: «Nach Salmonellen-Fällen: Ferrero rechnet mit Einbußen an Ostern») Foto: Monika Skolimowska/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
150 cas de salmonellose liés à l'usine Kinder
Selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 150 cas de salmonellose sont liés au «foyer épidémique» de l'usine Kinder en Belgique.

Dans cette période où le secteur alimentaire est mis à mal par différents scandales sanitaires, il est important de rappeler quelques bons conseils, selon  Dominique Vandijck. «Au moindre doute, il ne faut pas hésiter à nous contacter. La personne aura ensuite un professionnel spécialisé en toxicologie au bout du fil pour la guider. Notons également qu'il faut toujours lire les étiquettes des différents produits que l'on utilise au quotidien.» 

Le Centre Antipoisons belge est accessible au public et aux professionnels de la santé du Grand-Duché de Luxembourg via le numéro gratuit (+352) 8002-5500.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une perquisition était menée mercredi dans l'usine Buitoni de Caudry (Nord), site de production des pizzas surgelées Fraich'Up considérées par les autorités sanitaires comme à l'origine de plusieurs cas graves de contamination d'enfants par la bactérie E.coli, a indiqué la gendarmerie.
Deux inspections d'hygiène approfondies ont été menées les 22 et 29 mars dans l'usine.
Vingt-trois pays dont 15 en Afrique ont reçu des pizzas surgelées Fraich'Up de la marque Buitoni, considérées par les autorités sanitaires françaises comme à l'origine de plusieurs cas graves de contamination d'enfants par la bactérie E.coli en France.
Une campagne de rappel concernant deux types de fromage au lait cru issus d'une fromagerie de la marque Graindorge (groupe Lactalis) et commercialisés par des grandes enseignes a été lancée mardi.