Changer d'édition

Des demandeurs d'emploi formés au numérique
Luxembourg 3 min. 06.10.2020 Cet article est archivé

Des demandeurs d'emploi formés au numérique

Luxembourg 3 min. 06.10.2020 Cet article est archivé

Des demandeurs d'emploi formés au numérique

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
En proposant une formation spécifique baptisée «FutureSkills», l'Adem et le ministère de l'Emploi ambitionnent de mettre en corrélation le profil des chômeurs avec l'évolution digitale des métiers. Particularité: ce stage s'effectuera exclusivement dans le secteur public.

«Mieux faire correspondre les profils disponibles avec ceux recherchés sur le marché de l'emploi». Le leitmotiv d'Isabelle Schlesser, directrice de l'Adem trouve ce mardi une nouvelle application concrète. Dans un monde du travail en pleine mutation accentuée par la crise du covid, l'initiative «FutureSkills» s'adresse à «des demandeurs d'emploi indemnisés avec un niveau d'études équivalant au moins à une classe de deuxième de l'enseignement secondaire, maîtrisant le français et disposant de bases en luxembourgeois.»

Face à l'accélération de l'automatisation et de la transformation numérique des métiers, l'Adem en collaboration avec le ministère de l'Emploi et du Travail fait preuve de proactivité. Une initiative d'autant plus essentielle dans un contexte de «grande imprévisibilité» de l'évolution du travail et des «besoins en recrutement» de métiers spécifiques. Surtout, ajoute la directrice, que la recherche d'emploi s'avère aujourd'hui «plus difficile et longue».


Entreprises recherchent spécialistes IT désespérément
Au cours des deux prochaines années, 979 postes seront à pourvoir dans les technologies de l'information et de la communication. Un chiffre toujours en augmentation alors que la main-d'oeuvre qualifiée n'apparaît pas toujours disponible.

Le projet se présente comme «un nouveau parcours» pour demandeurs d'emploi, articulé autour d'«une formation de trois mois à raison de 30 heures/semaine, couplée à un stage de six mois dans le secteur public», explique Inès Baer, coordinatrice du projet. L'ambition est d'atteindre une participation annuelle de «300 à 500 candidats».

Le volet formation est basé sur le développement des compétences transversales. Il se décompose en quatre axes distincts: les «soft skills» (4-5 semaines), les «digital skills» (2 semaines), les «management skills» (2 semaines) et enfin les «digital skills à la carte» (3-4 semaines).


Wirtschaft, House of Start-Ups, Philippe LINSTER, directeur HOST  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La crise, «un catalyseur pour la digitalisation»
Alors que le Luxembourg entre ce lundi dans une nouvelle phase de son déconfinement, petit tour d'horizon des futurs imaginés par les représentants des différentes facettes de la société. Premier tour de table avec Philippe Linster, nouveau CEO de la House of startups.

Comprenez un apprentissage de la communication, des capacités d'adaptation, de la créativité, du travail en équipe, à côté du monde digital, des nouvelles technologies, des industries 4.0, de la cybersécurité, ainsi que la gestion de projets, de risques et du changement. Enfin, les «digital skills à la carte» offrent le choix entre une formation en bureautique avancée ou l'apprentissage des fondamentaux du data et du coding. Une formation qui se déroulera tant en présence physique qu'en «e-learning».

Réalisée en partenariat avec la House of Training de la Chambre de commerce ainsi que le Luxembourg Life Long Learning Center de la Chambre des salariés, cette formation débouchera sur un stage de six mois. Particularité: la mise en pratique des compétences acquises s'effectuera exclusivement au sein du secteur public, qu'il s'agisse de l'État, d'une administration communale, d'un établissement public, ...

Le dispositif mis en œuvre permettra aux participants de «toucher une prime complémentaire à l'indemnité de chômage» tout en se familiarisant avec les activités administratives, explique Dan Kersch (LSAP). Le ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire qui en profite pour «lancer un appel à tout le secteur public» afin de pouvoir «dégager rapidement 300 places pour ces stagiaires» en lien avec l'initiative «FutureSkills». Si aucune information n'a filtré concernant le coût ni la durée de l'initiative, Dan Kersch rappelle qu'un tel «investissement dans l'acquisition des compétences de demain constitue une des composantes du plan de maintien dans l'emploi». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crise sanitaire érode l'emploi salarié
Le covid-19 a fini par affecter l'activité professionnelle au Luxembourg, avec un fléchissement de 0,7% enregistré au deuxième trimestre de 2020. Toutefois, les données publiées par le Statec révèlent une progression de 1,3% sur un an.
Restaurant Bazaar - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le chômage accentue son recul en août
Le nombre de demandeurs d'emploi résidents disponibles inscrits à l'Adem s'établissait à 18.525 au 31 août, soit une baisse de 1.232 personnes (-6,2%) par rapport à juillet, selon l'Agence pour l'emploi. Une tendance amorcée depuis le mois de mai.
Le chômage impacte plus le Luxembourg que l'UE
D'après des données publiées ce mardi par Eurostat, le taux de chômage moyen au sein de l'UE pour le mois de juillet accuse une légère hausse de 0,1% par rapport au mois précédent, à 7,2%. A l'inverse de ses voisins, le Grand-Duché demeure au-dessus de cette moyenne.
Wirtschaft, Jugendarbeitslosigkeit in der Corona-Krise, Adem, Arbeitslos, Arbeitsamt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La Chambre de commerce détaille son plan de relance
Renforcer la compétitivité de l'économie, miser sur les investissements publics, soutenir l'emploi, favoriser l'innovation et développer une fiscalité attractive, l'institution a dévoilé ce mercredi ses idées pour assurer une reprise durable favorable aux entreprises.
Wort.fr suivi chantier nouvelle N3, bonnevoie, CFL, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'artisanat poursuit sa transition numérique
Si la sensibilisation à la digitalisation du secteur porte petit à petit ses fruits, il reste encore des lacunes. Les formations, l'adoption des nouvelles technologies ou encore les modèles d'entreprise vont faire l'objet d'une attention particulière.
La crise, «un catalyseur pour la digitalisation»
Alors que le Luxembourg entre ce lundi dans une nouvelle phase de son déconfinement, petit tour d'horizon des futurs imaginés par les représentants des différentes facettes de la société. Premier tour de table avec Philippe Linster, nouveau CEO de la House of startups.
Wirtschaft, House of Start-Ups, Philippe LINSTER, directeur HOST  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Entreprises recherchent spécialistes IT désespérément
Au cours des deux prochaines années, 979 postes seront à pourvoir dans les technologies de l'information et de la communication. Un chiffre toujours en augmentation alors que la main-d'oeuvre qualifiée n'apparaît pas toujours disponible.
Digitalisation: la nouvelle vie des recruteurs
L'image du recruteur seul face à sa montagne de CV change. Entre la crise et la reprise, la technologie redistribue les cartes du recrutement. Et si le vrai début de la digitalisation était un «recrutment-as-a-service»?
"S'adapter aux nouvelles réalités"
Quel rôle pour les syndicats dans un monde du travail en pleine mutation? Quels défis pour le premier syndicat de la place financière? Dans le cadre du 100e anniversaire de l'Aleba, son président Roberto Scolati évoque les enjeux passés et à venir.
L'Aleba compte plus de 10.000 membres et dispose de 700 délégués du personnel.