Changer d'édition

Des demandes pour commercialiser les cigarettes «puff»
Luxembourg 5 min. 06.07.2022
Au Luxembourg

Des demandes pour commercialiser les cigarettes «puff»

Introduites sur le marché américain en 2020, ces cigarettes jetables aromatisées, qui contiennent aussi de la nicotine, se sont répandues en Europe par la suite.
Au Luxembourg

Des demandes pour commercialiser les cigarettes «puff»

Introduites sur le marché américain en 2020, ces cigarettes jetables aromatisées, qui contiennent aussi de la nicotine, se sont répandues en Europe par la suite.
Crédit: Shutterstock
Luxembourg 5 min. 06.07.2022
Au Luxembourg

Des demandes pour commercialiser les cigarettes «puff»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Ces cigarettes jetables aromatisées sont toujours illégales sur le territoire luxembourgeois. Toutefois, la donne pourrait bientôt changer, en témoignent les demandes de commercialisation de ces produits pas si innocents que cela.

Les données liées au tabagisme au Grand-Duché ont de quoi faire froid dans le dos: en 2021, pas moins de 28% des résidents de plus de 16 ans ont allumé une cigarette, contre 26% en 2020. Et parmi eux, plus de 100.000 effectuent ce geste tous les jours, soit 19% de la population totale. Une consommation largement en hausse, dopée par de nouveaux produits très en vogue chez les plus jeunes générations. 


Many different disposable e-cigarettes in hand with delicious tastes.
Les nouvelles cigarettes électroniques inquiètent
Les nouvelles cigarettes électroniques au goût fruité font un carton auprès des jeunes en France. Au Grand-Duché, elles ne sont pas autorisées à la vente. Mais elles suscitent des inquiétudes.

Parmi ceux-ci, des nouvelles cigarettes électroniques fruitées dénommées «puff». Introduites sur le marché américain en 2020, ces cigarettes jetables aromatisées, qui contiennent aussi de la nicotine, se sont répandues en Europe par la suite. Elles font d'ailleurs un «tabac» en France, où une loi régit l'utilisation de ces appareils. Ce qui n'est pas le cas au Luxembourg. En effet, les «puff» sont toujours interdites sur l'ensemble du territoire. 

Des demandes en cours pour commercialiser des «puff»

Une situation qui pourrait toutefois changer très prochainement. Interrogée par les députés Carole Hartmann et Claude Lamberty (DP), la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a expliqué que des demandes de commercialisation de ce type de produits de la part de fabricants et/ou importateurs ont été introduites auprès de la Santé en vue de la mise en marché des cigarettes «puff». Il s'agit de la première étape en vue d'une commercialisation en bonne et due forme. «La notification du produit doit être faite six mois avant la mise sur le marché. Par ailleurs, une taxe de 5.000€ est due pour chaque notification de produit», note Paulette Lenert dans sa réponse parlementaire.


La pause cigarette sur le quai interdite dès 2023
La nouvelle législation entrera en vigueur début de l'année prochaine. Fumer est déjà banni dans les trains et les halls de gare depuis de nombreuses années chez nos voisins belges.

Et c'est bien là le problème puisqu'à l'heure d'écrire ces lignes, aucun des fabricants/importateurs ne s’est acquitté de cette taxe. «Les déclarants ont été contactés et invités à régler la taxe, jusqu’à présent aucun des déclarants n'a cependant donné de suites à cette demande», fait remarquer la ministre. À défaut d'un dossier de notification complet, la commercialisation de ces produits reste donc illégale. 

Déjà des produits retirés au Luxembourg

À noter également que certains commerçants luxembourgeois n'ont pas attendu l'autorisation gouvernementale pour écouler ces cigarettes au Grand-Duché. Cela dit, la ministre indique que dans le cadre d'actions ponctuelles de contrôle dans plusieurs points de vente, des produits non déclarés ont déjà été retirés. «Le fait que les produits de vapotage ne sont soumis ni à un droit d'accises ni à une autorisation de vente délivrée par l'administration des Douanes et Accises, au même titre que les produits du tabac, il n'est pas possible de connaître précisément tous les points de vente dans le pays ainsi que les quantités mises à la vente et d'y effectuer des contrôles», indique Paulette Lenert, insistant sur le fait que ce problème est récurrent dans la plupart des pays européens, dont notamment en Belgique et en France.


Des saisies de stupéfiants en hausse pour les douaniers
Le dernier rapport annuel de l'Administration des Douanes et des Accises (ADA) note une évolution assez importante des saisies concernant certains stupéfiants.

Quoi qu'il en soit, le ministère de la Santé assure prendre très au sérieux l'émergence de ce type de produits. «La cigarette électronique simule l'acte de fumer et renormalise l'image de fumer en société. Les ingrédients utilisés dans les cigarettes électroniques n'ont pour la plupart pas été testés en inhalation et leurs effets sur la santé à long terme restent incertains et inquiétants. De nombreuses études en laboratoire ont révélé la présence de métaux lourds, tels que le nickel, le chrome, le plomb et d'autres substances cancérigènes dans la vape inhalée», dit-elle.

C'est ainsi que des mesures préventives pour protéger la population, et particulièrement les plus jeunes, de l'exposition aux fumées et vapeurs émises par les produits du tabac, ont été mises en place et concernent également les produits de la cigarette électronique jetable. Parmi celles-ci: l'interdiction de vapoter aux mêmes endroits où s'applique l'interdiction de fumer, l'interdiction de fumer et aussi de vapoter dans les véhicules si des enfants de moins de douze ans sont à bord ou encore l'interdiction de vente aux mineurs.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A l'occasion de la 22e Journée mondiale de lutte contre le cancer, Lucienne Thommes, directrice de la Fondation Cancer, fait le point sur les actions de l'établissement, et de leur évolution en raison de la pandémie de covid-19.
Lokales, Lucienne Thommes Direktorin, Fondation Cancer, Weltkrebstag, Krebspatienten währen der Corona-Krise, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le gouvernement américain veut interdire l’utilisation d’arômes dans les cigarettes électroniques. Au Grand-Duché, pareille mesure ne figure pas à l'ordre du jour. Mais le Luxembourg reste vigilant sur la toxicité de la «vapoteuse».
(FILES) In this file photo taken on October 02, 2018 a man exhales smoke from an electronic cigarette in Washington, DC. - British American Tobacco on September 12, 2019 said it planned to cut 2,300 jobs globally by January as its new boss seeks to drive revenues in controversial e-cigarettes. (Photo by EVA HAMBACH / AFP)
La loi du 13 juin 2017 qui vient renforcer la législation anti-tabac existante entre en vigueur ce mardi 1er août. Le Luxembourg s'aligne ainsi sur des mesures prises en France en 2015.
Les parents ne pourront plus s'en griller une petite pour passer le temps au parc
Toujours autant de fumeurs au Luxembourg
98.490 Luxembourgeois fument presque quotidiennement. Un chiffre qui se stabilise depuis plusieurs années et qui inquiète la fondation Cancer qui souhaiterait voir les prix des produits de tabac augmenter au Luxembourg.