Changer d'édition

Des demandes de bourses d'études en constante évolution
Luxembourg 2 min. 20.12.2019 Cet article est archivé

Des demandes de bourses d'études en constante évolution

Selon le Cedies, les demandes d'intervention pour le semestre d'hiver devaient franchir les 30.000.

Des demandes de bourses d'études en constante évolution

Selon le Cedies, les demandes d'intervention pour le semestre d'hiver devaient franchir les 30.000.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 20.12.2019 Cet article est archivé

Des demandes de bourses d'études en constante évolution

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
La nouvelle loi relative aux aides financières destinées aux étudiants non résidents a eu un impact sur le nombre de demandes enregistrées fin novembre. Mais les responsables de l'organisme en charge des bourses (Cedies) préfèrent mettre l'accent sur une progression inéluctable.

Sous la pression de la Cour de justice de l'Union européenne, le gouvernement s'est vu pour la troisième fois contraint d'assouplir et d'élargir les modalités d'attribution des bourses d'étude au 1er octobre. Une décision qui ne s'est pas traduite par une augmentation spectaculaire des demandes, à en croire le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. 

Sur les quelque 1.000 nouveaux dossiers qui sont arrivés au Cedies au 30 novembre, date de clôture pour le semestre d'hiver, «entre 200 et 300 demandes peuvent être la conséquence directe de cette réglementation plus souple», estime Leon Diederich, le premier conseiller du gouvernement auprès du ministre Claude Meisch (DP).


Rentree universitaire a Belval, Foto Lex Kleren
Le régime des bourses universitaires révisé en octobre
Pour la troisième fois, la Chambre devra acter une nouvelle modification dans les règles d'attribution des aides aux étudiants non résidents. Un vote qui fait suite à la décision de la Cour de justice de l'Union européenne ayant jugé certains critères à l'égard des jeunes frontaliers comme discriminants.

 Une augmentation de 20 à 30% qui s'inscrirait dans «la tendance générale constatée au cours des cinq dernières années», précise le haut fonctionnaire. A en croire ce dernier, ce phénomène s'explique non seulement par l'assouplissement des règles d'attribution des bourses imposées par les juges européens mais aussi «par la croissance démographique et économique du Grand-Duché». 

En 2013, date du premier changement de la loi, 25.200 étudiants avaient bénéficié d'une aide financière dont 16.978 aux résidents et 8.227 aux familles de frontaliers. Six ans plus tard, le nombre de dossiers ouverts auprès du ministère flirte avec la barre des 30.000 dont 11.410 réservés aux étudiants non résidents.  

Une conséquence non négligeable pour le budget de l'État puisque cette aide représentait quelque 115 millions d'euros pour l'année académique 2018-2019. Selon le budget pluriannuel du gouvernement, ce montant devrait d'ailleurs continuer à croître d'ici la fin de la législature, puisqu'en 2020, une enveloppe de 126 millions d'euros a été prévue. Cette dernière devrait atteindre 140 millions en 2023.


Sur le même sujet

Lors de l'année scolaire 2019-2020, l'État luxembourgeois a allongé 7 millions de plus que l'année précédente. En tout, 33.715 étudiants ont sollicité une aide financière, dont quelque 14.000 non-résidents.
16.07.10 aide financiere de l etat , pour etudiants, formulaire,  photo: Marc Wilwert
Pour la troisième fois, la Chambre devra acter une nouvelle modification dans les règles d'attribution des aides aux étudiants non résidents. Un vote qui fait suite à la décision de la Cour de justice de l'Union européenne ayant jugé certains critères à l'égard des jeunes frontaliers comme discriminants.
Rentree universitaire a Belval, Foto Lex Kleren
Après les remarques de la Cour de Justice européenne, le Gouvernement a décidé ce vendredi de revoir sa copie sur l'attribution des bourses d'études supérieures. Les enfants de salariés frontaliers apprécieront le changement.
Déjà 30.000 bourses pour études supérieures ont été distribuées au Grand-Duché. Près de 12.000 concernaient des jeunes de parents frontaliers.