Changer d'édition

Des cabines pour protéger les chauffeurs
Luxembourg 3 min. 25.11.2021
Sécurité

Des cabines pour protéger les chauffeurs

Une centaine d'agressions ont été recensées par le ministère de la Mobilité envers les agents des transports publics, entre janvier et août 2021.
Sécurité

Des cabines pour protéger les chauffeurs

Une centaine d'agressions ont été recensées par le ministère de la Mobilité envers les agents des transports publics, entre janvier et août 2021.
Photo archives : Romain Schanck
Luxembourg 3 min. 25.11.2021
Sécurité

Des cabines pour protéger les chauffeurs

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Le ministre de la Mobilité envisage l'installation d'habitacles dans les bus pour garantir la sécurité des conducteurs contre les agressions physiques.

Menaces, insultes et agressions physiques. Les chauffeurs de bus ne sont pas à l'abri d'attaques parfois violentes de la part de leurs passagers. Pour leur donner plus de sécurité, le LCGB a soumis au ministre de la Mobilité l'idée d'installer des cabines isolant les conducteurs d'éventuels assaillants. Une proposition faite en réunion mercredi et que François Bausch (Déi Gréng) semble avoir accueillie favorablement. 


Lokales,Mit der Polizei auf Patrouille,Police,Bahnhofsviertel,Sicherheit Polizeipräsenz.Foto: Gerry Huberty/luxemburger Wort
735 volontaires prêts à rejoindre la police
Bonne nouvelle pour la police grand-ducale qui cherche à renforcer ses effectifs : les candidats ne manquent pas. Reste que les derniers postulants vont maintenant devoir se plier à de nombreux tests avant d'être retenus parmi les 200 embauchés.

Reste que ce type d'équipement, comme dans les trams, rendrait la communication plus difficile entre le conducteur et les usagers. Mais cet aspect poserait moins de problèmes aujourd'hui où les conversations sont devenues plus rares, selon le ministère de la Mobilité. Ce dernier n'écarte toutefois pas des solutions permettant de maintenir ces échanges. 

La semaine prochaine, la question fera l'objet de discussions au sein de la Fédération Luxembourgeoise des Entreprises d'Autobus et d'Autocars. La FLEAA réunira les exploitants de bus luxembourgeois pour aborder l'installation de ces «cabines» dans la plupart des 2.330 bus en circulation. 

De son côté, le ministère de la Mobilité étudiera lui aussi «les solutions techniques envisageables» pour mettre en place ce nouveau dispositif. Notamment, s'il sera possible d'appliquer cette mesure sur les cars déjà en service ou s'il faudra attendre le renouvellement de la flotte pour que s'impose la paroi. Le financement de l'installation devrait, lui, être pris en charge par l'Etat.


Lok , Busse , RGTR  , Oeffentlicher Transport , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Un réseau de transport plus vert et interconnecté
Pour Chantal Gary (Déi Gréng), rapporteuse du projet de loi sur le financement du réseau de bus RGTR, il faut restructurer entièrement la mobilité dans le pays au lieu de mettre un «pansement sur chaque demande».

«Bien sûr que ça aura un coût, mais il est primordial d'assurer la sécurité des chauffeurs de bus», souligne Paul Glouchitski, secrétaire syndical LCGB. La semaine dernière, un chauffeur de bus de la ligne n°402 Mersch-Ettelbruck s'était fait agresser par un passager qui refusait de porter son masque. Résultat: sept jours d'arrêt de travail pour une fracture de cloison nasale et un hématome à l'œil. Une agression (pour le même motif) s'était également produite le mois dernier à Walferdange.

Pour le cabinet de François Bausch, le rôle du chauffeur est la conduite. En ce qui concerne le non-respect du port du masque notamment, il devrait plutôt en référer à sa centrale.

Le LCGB rappelle qu'il y avait toutefois déjà des tensions avant la pandémie. «Certaines lignes sont particulièrement sensibles, notamment la nuit et le weekend», fait savoir Paul Glouchitski. 

Un acteur du secteur des transports publics affirme, lui, que le sud-ouest du pays dans les environs de Pétange et Rodange pose problème. D'après lui, «certains exploitants de bus ont peur d'y laisser des femmes conduire la nuit». 

Les bus de la Ville aussi

Pour éviter toutes formes de violences, le syndicat souhaiterait aussi la mise à disposition d'agents accompagnateurs, notamment sur les lignes les plus sensibles. Une proposition qui n'a pas été retenue par le ministère de la Mobilité. Ce dernier estime que seules les forces de l'ordre ont le pouvoir et l'autorité pour intervenir.


Thionville, Diedenhofen, Gare, Bahnhof, SNCF, TER, Zug, Train,  Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
François Bausch enterre la ligne Longwy-Belval-Thionville
A ceux qui gardaient espoir de voir la liaison ferrée rouvrir entre le Nord de la Meurthe-et-Moselle, le Sud du Luxembourg et le Nord mosellan, le ministre de la Mobilité apporte un démenti tranchant.

Officiellement, pour renforcer la sécurité dans les transports publics, les nouveaux bus du réseau RGTR devront être équipés de caméras de surveillance à partir du 17 juillet 2022. Une obligation inscrite dans le cahier des charges imposé par l'Etat en 2020 aux compagnies de bus désireuses d'être retenues pour assurer les liaisons régionales ou frontalières. Mais à ce sujet, il resterait encore certains détails techniques à régler.

Les exploitants de bus et le ministère de la Mobilité doivent encore se mettre d'accord sur ce que pourront enregistrer ces caméras, combien de temps stocker ces images et comment assurer la protection des données personnelles des voyageurs. A ce stade, moins d'un tiers du réseau est équipé, selon un responsable de la FLEEA. La Ville de Luxembourg vise également à mettre en place ce dispositif pour ses 120 bus. Selon la bourgmestre Lydie Polfer (DP) lors d'un récent point presse, près de la moitié des véhicules disposerait de cette vigilance électronique. Soit deux fois plus que le chiffre avancé en février dernier.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un tiers des passages piétons ne respectent pas le code de la route selon un collectif d'usagers. De nombreuses traversées de chaussée étant masquées par de possibles véhicules en stationnement.
Limitée au seul territoire luxembourgeois, la mesure permettant aux usagers de monter sans rien payer dans un transport public pourrait s'étendre au-delà du pays pour les usagers des bus circulant d'un pays à l'autre. Resterait juste à confirmer le rayon d'action de cette mesure.