Changer d'édition

Des boutiques solidaires pour aider les plus nécessiteux
Luxembourg 3 3 min. 25.05.2022
Organisation à but non lucratif

Des boutiques solidaires pour aider les plus nécessiteux

L'association dispose de trois antennes à travers le pays.
Organisation à but non lucratif

Des boutiques solidaires pour aider les plus nécessiteux

L'association dispose de trois antennes à travers le pays.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 3 min. 25.05.2022
Organisation à but non lucratif

Des boutiques solidaires pour aider les plus nécessiteux

Lucien WOLFF
Lucien WOLFF
Aider les personnes dans le besoin tout en luttant contre le gaspillage alimentaire. Tels sont les objectifs de l'association à but non lucratif du Cent Buttek.

Selon le Statec, près de 18% de la population luxembourgeoise se trouvait à la limite de la pauvreté en 2019. Depuis, la pandémie et l'inflation ne sont pas venues améliorer la situation. Pour la Cent Buttek, dont la première boutique solidaire a ouvert en décembre 2009 à Bettembourg, cela se traduit par une augmentation constante de la clientèle. 


La pauvreté change de visage
Il n'aura pas fallu attendre la vague de faillites liée aux mesures sanitaires imposées au Grand-Duché pour voir progresser fortement le nombre de personnes en situation précaire. Et notamment ce que les acteurs de terrain nomment «les nouveaux pauvres».

A l'initiative d'Arthur Zeimet et Pierre Moos, le magasin de la rue de l'Indépendance avait deux objectifs. Celui de lutter contre le gaspillage alimentaire et celui de redistribuer la nourriture encore consommable aux familles se trouvant dans une situation financière difficile. Depuis, deux autres boutiques ont vu le jour à Beggen en 2010 et Lamadelaine en 2015. Un an plus tard, le manque de place se fait sentir dans la boutique de Bettembourg. L'association déménage alors rue de la Gare où elle dispose désormais de 500 mètres carrés. 

Au total, 180 bénévoles s'occupent du transport, de la sélection des denrées alimentaires et de la distribution. Parmi eux, une quarantaine de chauffeurs sont chargés de récupérer les marchandises offertes par les 30 supermarchés, boulangeries, petits commerces ou encore grossistes donateurs. Chaque année, ils parcourent ainsi pas moins de 100.000 kilomètres.

Au total, les trois antennes comptent pas moins de 180 bénévoles.
Au total, les trois antennes comptent pas moins de 180 bénévoles.
Photo: Lucien Wolff

Aux côtés des bénévoles, quatre travailleurs d'utilité collective (TUC) viennent également apporter leur aide. Sous l'aide de l'ONIS (Office d'inclusion sociale), ces bénéficiaires du REVIS s'activent ainsi à la Cent Buttek de Bettembourg. Quant aux communes, elles n'hésitent pas non plus à s'investir. 


Ce sont les bas salaires qui trinquent
La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.

 À Beggen, la commune met ainsi gratuitement les locaux à disposition de l'association. Tout comme la commune de Pétange pour l'espace de Lamadelaine. Un camion frigorifique est également prêté aux bénévoles. Les communes de Dudelange et Bettembourg se partagent quant à elles le loyer du point de vente principal. Dudelange et Bettembourg se partagent le loyer des locaux du point de vente de Bettembourg. 

850 familles profitent de l'offre

Au total, les trois antennes de l'association collectent chaque année près de 700 tonnes de denrées alimentaires, précise la directrice Monique Richter-Ahnen. Et le succès est au rendez-vous. En l'espace de quatre heures, 100 clients en moyenne y sont servis. Si bien que le point de vente atteint parfois ses limites en raison de l'affluence.

Depuis peu, des réfugiés ukrainiens font également partie de la clientèle. Au total, près de 850 familles de 30 nationalités différentes profitent de l'offre. Celles-ci sont sélectionnées sur la base de leurs revenus par les services sociaux de leurs communes respectives et reçoivent une carte correspondante. La mise à jour de leurs revenus a lieu tous les trois mois. 


ARCHIV - ILLUSTRATION - Ein Paar mit einem Kind steht auf einer Zwei-Euro-Münze, die auf Geldscheinen liegt, aufgenommen am 16.02.2011. Wegen hoher Mietkosten rutschen einkommensschwache Familien laut einer Studie in vielen größeren deutschen Städten, wie zum Beispiel Frankfurt, unter Hartz-IV-Niveau. Foto: Andreas Gebert dpa (zu dpa/lhe "Studie: Nach Abzug der Miete viele arme Familien unter Hartz-IV" vom 22.07.2013) +++(c) dpa - Bildfunk+++
Le revenu universel ou l'illusion du remède miracle
Présentée comme une réponse à la crise, l'idée d'une allocation sans conditions refait surface de l'autre côté des frontières. Défendu par le parti pirate, le concept serait néanmoins peu viable économiquement.

Le principe est simple. Chaque client paie deux euros et peut acheter tous les produits exposés. Ce qui reste après la fermeture du magasin, mais dont la date de péremption est proche, est alors envoyé à différents foyers. Le pain sec est lui vendu, par exemple, à la ferme.

Mais ces derniers temps, la situation financière de la Cent Buttek s'est fragilisée. Les dons ont en effet fortement diminué. Outre le soutien des communes, les seules recettes proviennent donc de la librairie sociale «BucherKueb» de Bettembourg. 

Cet article a été initialement publié sur le site www.wort.lu/de 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les dépenses incompressibles pèsent de plus en plus lourd dans les finances des résidents luxembourgeois. Devant ce constat, une question simple: le Grand-Duché devient-il réellement hors de prix pour qui fait le choix d'y vivre, d'y rester, de s'y installer?
La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.
A compter de 2022, les familles modestes pourront bénéficier de la gratuité de la restauration scolaire pour leurs enfants. Le ministère de l'Education nationale prévoit un budget de 11 millions d'euros sur cette mesure.
POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE GERSENDE RAMBOURG : " LES FRANCAIS A TABLE: CE QUI A CHANGE DEPUIS DIX ANS "<br />(ARCHIVES) Cette photo prise le 15 octobre 2007 au lycée Le Verrier à Saint-Lô montre les élèves choisir un repas bio à la cantine. Pendant la dernière décennie des changements sont intervenus dans les habitudes alimentaires des français, comme l'engouement pour les produits bio et les produits équitables, l'augmentation des allergies alimentaires, ou le retour en grâce de légumes délaissés. AFP PHOTO / MYCHELE DANIAU
Présentée comme une réponse à la crise, l'idée d'une allocation sans conditions refait surface de l'autre côté des frontières. Défendu par le parti pirate, le concept serait néanmoins peu viable économiquement.
ARCHIV - ILLUSTRATION - Ein Paar mit einem Kind steht auf einer Zwei-Euro-Münze, die auf Geldscheinen liegt, aufgenommen am 16.02.2011. Wegen hoher Mietkosten rutschen einkommensschwache Familien laut einer Studie in vielen größeren deutschen Städten, wie zum Beispiel Frankfurt, unter Hartz-IV-Niveau. Foto: Andreas Gebert dpa (zu dpa/lhe "Studie: Nach Abzug der Miete viele arme Familien unter Hartz-IV" vom 22.07.2013) +++(c) dpa - Bildfunk+++
Il n'aura pas fallu attendre la vague de faillites liée aux mesures sanitaires imposées au Grand-Duché pour voir progresser fortement le nombre de personnes en situation précaire. Et notamment ce que les acteurs de terrain nomment «les nouveaux pauvres».