Changer d'édition

Des arbres déjà parés des couleurs de l'automne
Luxembourg 6 min. 28.08.2022
Conséquence de la sécheresse

Des arbres déjà parés des couleurs de l'automne

Martine Neuberg: «Les grands arbres ont besoin de tellement d'eau qu'arroser n'est qu'une goutte dans l'océan, ça ne résout pas tout».
Conséquence de la sécheresse

Des arbres déjà parés des couleurs de l'automne

Martine Neuberg: «Les grands arbres ont besoin de tellement d'eau qu'arroser n'est qu'une goutte dans l'océan, ça ne résout pas tout».
Photo: Ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable
Luxembourg 6 min. 28.08.2022
Conséquence de la sécheresse

Des arbres déjà parés des couleurs de l'automne

Megane KAMBALA
Megane KAMBALA
La rentrée des classes n'a pas encore eu lieu, mais des arbres du pays laissent déjà choir des tapis de feuilles mortes ici et là en certains endroits, que ce soit dans la forêt ou dans les villes.

En juillet déjà, la capitale française vivait ce que les experts sylvicoles appellent «un automne anticipé», causé par les vagues de chaleur à répétition survenues tout au long du mois et à la sécheresse.


Dans les forêts, les arbres et la végétation dépérissent
Un minimum de deux semaines de pluie consécutive et modérée seraient nécessaires pour que le niveau des réservoirs d'eau souterraine remonte.

À Paris, les platanes et les marronniers, sont en effet les premiers feuillus à avoir perdu leurs feuilles bien avant la rentrée. Au Luxembourg, le constat est similaire, que ce soit dans les villes ou dans les forêts.

Interrogée sur le sujet, Martine Neuberg, cheffe du service des forêts pour le ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable, affirme qu'il est «clair que cet été a eu un impact sur les arbres. C'est le cas notamment dans l’Ardenne dans le coin de Kiischpelt et de Wilwerwiltz où c'est déjà l'automne. C'est vraiment gris rouge, les arbres n'ont pas eu assez d'eau et en réaction ils laissent tomber leurs feuilles».

Des observations inquiétantes

Un phénomène qui n'a rien de fortuit, puisqu'il s'agit «d'une protection des arbres pour qu'ils ne transpirent plus et ne laissent pas évaporer de l'eau». Comprenons donc que lorsque «les arbres ne peuvent pas récupérer assez d'eau depuis la terre, ils font tout pour laisser tomber leurs feuilles pour ne pas continuer à perdre de l'eau par leur transpiration végétale. Ce n'est pas normal, d'habitude les feuilles tombent fin septembre ou au mois d'octobre, pas maintenant. Le marronnier d'Inde par exemple se porte très mal cette année!»

Que cet état de fait ne soit pas si naturel et habituel est également partagé par Eike Jablonski, professeur au Lycée technique agricole (LTA) et spécialiste de l'observation à long terme d'espèces d'arbres en Europe centrale, avec un accent particulier sur les paramètres du sol et les facteurs climatiques (températures minimales, précipitations).

Les arbres réagissent différemment selon les espèces, mais il est clair qu'ils sont en état de stress.

Eike Jablonski, professeur au Lycée technique agricole

«Les arbres réagissent différemment selon les espèces, mais il est clair qu'ils sont en état de stress. Cela peut entraîner des dommages permanents si l'eau n'est pas renouvelée. Dans les villes, on est conscient de ce problème et on donne plus d'eau quand c'est possible.» La cheffe du service des forêts précise d'ailleurs qu'«on ne peut pas empêcher un arbre malade de ne pas mourir. Avec la sécheresse, ce n'est pratiquement pas possible non plus d'arroser. Les grands arbres ont besoin de tellement d'eau qu'arroser n'est qu'une goutte dans l'océan, ça ne résout pas tout».

Des solutions à envisager au plus vite pour l'avenir

L'eau n'est en effet qu'une partie de la solution, et à «court terme» qui plus est selon le professeur du LTA. Pour assurer la bonne santé des arbres, il convient de penser à «la protection des troncs par des peintures spéciales, mais aussi à la réduction de la surface d'évaporation (comprenez les feuillages) par des mesures de taillages spécifiques».

À moyen terme, l'expert ajoute également qu'il faudra bien veiller à la qualité des sols où sont plantés les arbres, afin qu'ils offrent suffisamment d'espace de stockage pour l'eau de pluie sur une longue période.


Tree tops and forest dieback - aerial view. Many trees are suffering from drought and pest infestation
La forêt se porte plutôt mal au Luxembourg
Le dernier inventaire phytosanitaire révèle que la plupart des arbres ne sont pas en bonne santé. Les pluies de l'été dernier vont sans doute aider à améliorer la situation mais la forêt doit mieux se préparer au changement climatique.

Actuellement, les experts constatent à nouveau des «coups de soleil» sur l'écorce de certains arbres suite à la tombée des feuilles, une cause directement liée au réchauffement climatique pouvant rendre les arbres vulnérables à certains parasites et maladies. «Ces symptômes sont apparus pour la première fois en 2018 et en 2020 à grande échelle, et sont à présent visibles de manière extrême. À partir de 35 degrés et plus, les feuilles 'cuisent' et meurent. Sans compter les dommages causés par l'ozone et d'autres polluants», déplore Eike Jablonski.

Une intervention humaine nécessaire

Un inventaire est réalisé chaque année concernant l'état des arbres. Martine Neuberg expose ainsi que lorsqu'il est constaté que certaines espèces «sont en train de mourir», il ne reste plus grand-chose à faire, hormis voir «comment traiter les forêts pour qu'elles ne soient pas davantage endommagées ou de planter des types d'arbres différents qui sont plus adaptés à la terre».

Le professeur du LTA assure que les experts locaux recherchent «depuis quelques années déjà de telles espèces d'arbres, et qu'il en existe quelques-unes qui supportent mieux le climat sec et chaud tel que nous le vivons aujourd'hui et qui pourrait bien devenir la norme...»


Certains ruisseaux du pays sont déjà à sec
Les niveaux des cours d'eau luxembourgeois sont extrêmement bas. Pour éviter des dégâts irréversibles sur la faune et la flore, il est demandé aux citoyens de continuer à utiliser l'eau avec parcimonie.

Des arbres qui proviendraient donc de régions où le temps «est tel que nous l'avons actuellement ici». Martine Neuberg cite à ce propos l'exemple de l'Allemagne où «les villes ont une liste d'arbres à planter plus adaptés au changement climatique, ils viennent souvent de la région de l'Europe du Sud-Est comme la Bulgarie ou encore la Turquie et la Géorgie, ainsi que d'Amérique et des pays asiatiques.» Cependant, «il faut aussi faire attention à ce que ces arbres ne gèlent pas pendant l'hiver».

Les villes sont également concernées

Côté ville, il convient surtout de réaliser l'importance de la prise en considération de la configuration des sites en zone urbaine et de la qualité du sol comme le rappelle le professeur du LTA. «C'est extrêmement important, car les arbres fournissent de très nombreuses fonctions importantes en ville: production d'oxygène, filtrage des poussières fines, augmentation de l'humidité de l'air, effet d'ombre (de plus en plus important, il fait jusqu'à 5 degrés de moins sous un arbre).»


Comment le Luxembourg lutte contre le réchauffement des villes
Repenser et optimiser l’aménagement du territoire est essentiel avec les effets du réchauffement climatique. Point de situation au Luxembourg avec le ministère de l’Environnement et la députée Déi Gréng Semiray Ahmedova.

Selon lui, il faudrait aussi «créer beaucoup plus de places de parking grâce à de grands arbres», taillés de façon à offrir une plus grande ombre et donc une meilleure protection pour les véhicules sur lesquels le soleil cogne. Quant à la question de l'introduction d'espèces non indigènes et ses conséquences dans les années à venir, Eike Jablonski assure que le LTA «possède une grande collection d'arbres à Ettelbruck, dans laquelle de nombreuses espèces d'arbres sont observées depuis 20 ans».

Un espace qui est donc très important pour le Luxembourg, puisqu'il sera possible de «tester des espèces d'arbres qui ne sont pas encore connues ici ou qui le sont à peine. J'espère que l'importance de ce site sera mieux reconnue à l'avenir».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Dans la même tendance que le dernier rapport paru en mars dernier, le bilan phytosanitaire des forêts n'est pas porteur de bonnes nouvelles. En cause, une succession de vagues de canicule dévastatrices.
Les résultats de l'inventaire phytosanitaire des forêts 2022
Le niveau du Rhin au point de mesure de Kaub en Allemagne, une référence utilisée pour juger sa navigabilité, est tombé vendredi sous le niveau de 40 centimètres, considéré comme nécessaire pour une grande partie du transport fluvial.
The water level gauge in Kaub, western Germany, is seen on August 12, 2022, as the level of the Rhine river passed below 40cm, making ship transport increasingly difficult. (Photo by Yann Schreiber / AFP)