Changer d'édition

Des aides pour les exploitations agricoles
Luxembourg 3 min. 25.03.2022
Sécurité alimentaire

Des aides pour les exploitations agricoles

L'exploitation des terres en jachère sera autorisée pour la production de denrées alimentaires et d'aliments pour animaux pour une durée limitée.
Sécurité alimentaire

Des aides pour les exploitations agricoles

L'exploitation des terres en jachère sera autorisée pour la production de denrées alimentaires et d'aliments pour animaux pour une durée limitée.
Photo: Nico MULLER
Luxembourg 3 min. 25.03.2022
Sécurité alimentaire

Des aides pour les exploitations agricoles

Des aides financières seront mises à disposition des agriculteurs suite au conflit en Ukraine. Les bénéficiaires de ces aides ne sont toutefois pas encore identifiés.

(m. m. avec Florian JAVEL) - Depuis une semaine, les discussions sur la sécurité alimentaire se sont intensifiées au Luxembourg et en Europe. Après une réunion du Conseil européen à Bruxelles et des entretiens avec les représentants des secteurs du blé et du porc, Claude Haagen (LSAP) a présenté à la Commission de l'agriculture, de la viticulture et du développement rural les nouvelles mesures convenues pour garantir la sécurité alimentaire dans le pays. 


«Nous sommes la génération qui n'a plus le choix»
Ils espèrent être plusieurs milliers à fouler les pavés de la capitale. Ce vendredi, Youth for climate Luxembourg organise, aux côtés d'autres organisations écologiques, une grève pour le climat qui s'inscrit dans un mouvement mondial.

Accord sur la suspension de la mise en jachère 

La semaine dernière, le Parlement avait déjà fait savoir que les craintes de pénurie alimentaire n'étaient pas fondées et que l'Europe ne devrait pas être confrontée à une situation d'urgence. Le débat portait plutôt sur les mesures qui seraient prises pour aider l'agriculture nationale et sur les conséquences de ces décisions sur le gel des terres décidé dans le cadre de la stratégie «Farm to Fork». 

Plusieurs voix se sont élevées au cours de la semaine pour plaider en faveur de la suspension de la mise en jachère obligatoire de quatre pour cent. Martine Hansen (CSV) a affirmé la semaine dernière à la Chambre qu'il s'agissait d'une mesure nécessaire. 

La Centrale paysanne luxembourgeoise s'est jointe aux déclarations de la députée. La baisse de la production agricole attendue par la stratégie «Farm to Fork» n'est plus justifiable. Compte tenu de la situation politique mondiale actuelle, les restrictions prévues en matière de fertilisation et de protection phytosanitaire devraient en outre être reconsidérées. 

Après la réunion du Conseil de l'UE de lundi, il a été annoncé que les terres mises en jachère dans le cadre du verdissement seraient libérées pour la production de fourrage et de denrées alimentaires pendant un an. 

220 ha libérés

Au Luxembourg, 220 ha seront ainsi libérés. Les grandes cultures pourront donc être cultivées, avec l'utilisation d'engrais et de produits phytosanitaires. En outre, une aide financière de 1,5 million d'euros sera versée aux exploitations dans le cadre de la PAC (Politique agricole commune). Les conditions d'obtention de cette prime financière n'ont pas été communiquées à ce jour.

Après la réunion du Conseil, Claude Haagen a mis en garde contre les spéculations du marché qui pourraient conduire à une baisse des réserves nationales. Dans une interview accordée au Télécran, le ministre a rappelé que les prix des engrais, de l'énergie ou des aliments pour animaux étaient déjà élevés avant la guerre en Ukraine et que, par conséquent, moins d'engrais et d'aliments pour animaux avaient été commandés. Les réserves sont donc faibles et les entrepôts en partie vides. 

Des aides financières pour le secteur porcin 

On verra au cours des prochaines semaines si l'agriculture nationale peut maintenant respirer. Des discussions avec les représentants des secteurs du blé et du porc ont abouti à de nouvelles aides financières pour les agriculteurs. Un montant de 40.000 euros pour les exploitations du secteur porcin a été décidée pour six mois. L'octroi de cette aide est néanmoins lié à la baisse des ventes durant la période précédant la pandémie. 


Russian army military vehicles are seen in Armyansk, Crimea, on February 25, 2022. - Ukrainian forces fought off Russian invaders in the streets of the capital Kyiv on February 25, 2022, as President Volodymyr Zelensky accused Moscow of targeting civilians and called for more international sanctions. Pre-dawn blasts in Kyiv set off a second day of violence after Russian President Vladimir Putin defied Western warnings to unleash a full-scale invasion on on February 24, 2022, that quickly claimed dozens of lives and displaced at least 100,000 people. (Photo by STRINGER / AFP)
Retour sur un mois de conflit en vingt dates clés
Les combats se succèdent, les déclarations s'accumulent et les sanctions se multiplient. Depuis un mois, les forces russes mènent sans relâche une guerre contre l'Ukraine.

Interrogée à ce sujet, Martine Hansen s'est exprimée sur les mesures présentées à la Commission et a souligné l'incertitude à laquelle les agriculteurs continueront d'être confrontés dans les prochains mois : «Hormis le secteur porcin, les autres ne savent pas ce qui les attend, combien d'engrais il faudra acheter et combien ils pourront produire avec la hausse des prix de l'énergie. Les primes énergétiques permettraient justement aux exploitations d'avoir plus de sécurité». 

L'attribution des primes énergétiques et les exploitations qui pourront en profiter devront encore être définies, mais c'est l'affaire du ministère de l'Économie. Une nouvelle réunion du Conseil de l'UE le 7 avril et une réunion de la Commission le 21 avril devraient apporter des précisions à ce sujet. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Agriculture en Europe
La Commission européenne a voulu prendre la mesure du désarroi des agriculteurs en annonçant lundi une série de nouvelles mesures de soutien comme le feu vert donné à des limitations temporaires de la production de lait pour faire remonter les prix.
Une vache installée non loin de là où se tenait la réunion des ministres européens de l'Agriculture, à Bruxelles.