Changer d'édition

Des aides à renforcer face à la précarité énergétique
Luxembourg 4 min. 12.11.2021
Hausse des prix de l'énergie

Des aides à renforcer face à la précarité énergétique

Entre 2016 et 2020, le ministère de la Famille a compté de l'ordre de 875 coupures d'électricité et 105 de gaz par an affectant des ménages en difficulté.
Hausse des prix de l'énergie

Des aides à renforcer face à la précarité énergétique

Entre 2016 et 2020, le ministère de la Famille a compté de l'ordre de 875 coupures d'électricité et 105 de gaz par an affectant des ménages en difficulté.
Photo : DPA
Luxembourg 4 min. 12.11.2021
Hausse des prix de l'énergie

Des aides à renforcer face à la précarité énergétique

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
De nombreux ménages vont se retrouver dans l'impossibilité de faire face à l'augmentation de leur facture de gaz ou d'électricité. L'accompagnement de ces familles figurera au cœur du programme politique de cet hiver.

Le Luxembourg peut mieux faire pour soutenir les ménages en précarité énergétique. C'est la remarque lancée par le député François Benoy (Déi Gréng) au gouvernement. Une interpellation d'autant plus d'actualité que les tarifs du gaz et de l'électricité flambent dans un pays où, en 2020, le Statec estimait à  2,7% la part des ménages en difficulté pour payer leurs factures d'énergie. Dans la motion, soumise au vote de la Chambre jeudi, le député vert appelait l'exécutif à évaluer si des mesures supplémentaires de soutien étaient nécessaires cet hiver.


Soziale Armut
La «pauvreté laborieuse» gagne du terrain
Travailler ne suffit plus pour faire face au niveau de vie luxembourgeois, regrette à nouveau la Chambre des salariés. D'autant que la crise covid n'a rien arrangé : le risque de pauvreté s’accroît et les inégalités se creusent.

François Benoy estime notamment qu'il faut mieux adapter le paiement des primes liées à des travaux d'isolation pour les ménages à faible revenu. Le représentant des Verts insistant sur la nécessité d'accompagner les personnes précaires dans la transition énergétique. 

Pour aider ces ménages, le ministre de l'Economie, a annoncé jeudi au micro de RTL une «compensation sous forme de crédit d'impôt». Pour Franz Fayot, il s'agirait là d'une mesure devant «éviter un mouvement de gilets jaunes au Luxembourg». Mais d'autres actions ont déjà vu le jour. Et face aux députés, les ministres Claude Turmes (Déi Gréng) et Corinne Cahen (DP) les ont rappelées. Ainsi, face à la hausse des coûts de l'énergie dans le budget des ménages, choix a été fait d'augmenter de 10% l'allocation de vie chère au 1er janvier 2022 (soit, au moins, 200 euros par ménage).

Parmi les mesures déjà existantes figure aussi l'«assistance aux ménages en précarité énergétique». En cinq ans, ce dispositif suivi par myenergy a permis de conseiller 71 familles en difficulté dans le choix de leurs appareils ménagers ou de chauffage (moins énergivores); le tout accompagné pour 49 foyers d'aides sonnantes et trébuchantes (25.000 euros depuis 2016).  


80% de l'énergie consommée dépend de l'étranger
Même si la part d'énergies produites sur le sol national grimpe, elle ne couvre encore que 19% des besoins. Le Luxembourg continue donc d'importer la plupart du gaz et de l'électricité qu'il consomme.

En 2020, les 30 offices sociaux sous la tutelle du ministère de la Famille ont aussi accordé 473.642 euros d'aides financières à des ménages en situation de précarité énergétique. Soit 348.402 euros d'aides pour régler des factures d'électricité et 125.240 euros pour le gaz.

Pour Carole Reckinger, chargée de la veille sociale et auprès de Caritas, la précarité énergétique s'avère être un «problème multidimensionnel». Celui-ci devant être réglé à «plusieurs niveaux» en matière d'habitat, de consommation d'énergie et de choix des équipements domestiques. L'ONG plaide d'ailleurs pour une augmentation des aides mais aussi la mise en place d'«un moratoire sur les prix de l'électricité et du gaz».

Toutefois, Caroline Reckinger ne précise toutefois pas à partir de quel seuil d'augmentation franchi, ce blocage des tarifs devrait s'appliquer. Mais de constater que plus d'habitants vont se retrouver en situation sociale précaire après ces 20 mois de crise covid, et que le confinement des uns et des autres va entraîner des dépenses de chauffage notamment certainement plus élevées, cette fois, que lors des hivers passés.


Le logement, ce facteur aggravant des inégalités
Désireux d'accueillir des personnes fuyant notamment les zones de guerre, le Luxembourg se heurte encore et toujours au manque d'hébergement. Une réalité qui pousse les autorités à créer un turn-over dans les structures d'accueil, ce qui encourage la pression sur le marché immobilier.

Face à l'envolée des prix énergétiques, le ministre de l'Energie a pour sa part rencontré la semaine dernière les principaux fournisseurs d'électricité et de gaz. Avec eux, Claude Turmes a convenu qu'il ne serait procédé à aucune coupure d'alimentation énergétique pour des abonnés en difficulté financière. Cela n'était pas le cas par le passé.

Ainsi, entre 2016 et 2020, il a été en moyenne procédé à quelques 875 coupures d'électricité et 105 coupures de gaz chaque année. Des chiffres confirmés par la ministre de la Famille, Corinne Cahen (DP), dans une récente réponse parlementaire adressée au député Marc Goergen (Pirate)

En France, l'entreprise EDF a également décidé cet hiver de mettre fin aux coupures d'électricité pour cause d'impayésA la place, le groupe (détenu à près de 84% par l'Etat français) demandera à partir du 1er avril 2022, une limitation de la puissance à un kilovoltampère pour ses clients "mauvais payeurs''. Cette mesure qui doit permettre l'accès aux usages essentiels (réfrigérateur, recharge d'appareils électriques...) à tout citoyen. 

Deux millions de Belges au «tarif social»

Dans l'Hexagone, les autres grands opérateurs, comme Engie ou TotalEnergies, n'ont pour l'instant pas annoncé vouloir suivre cette démarche. Sachant qu'en France, chaque année, entre 200.000 et 300.000 foyers voient leur alimentation coupée en raison d'un impayé.  

En Belgique, le gouvernement a lui aussi annoncé un programme d'action face à la précarité énergétique. En octobre dernier, a été décidée la prolongation du «tarif social» pour près de 2 millions d'abonnés. Tout comme un «chèque énergie» de 80 à 100 euros sera attribué à l'ensemble des ménages les plus démunis pour amortir l'augmentation du prix du kilowattheure.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La fiscalité luxembourgeoise s'appliquant au tarif du kiloWatt/heure ne grimpera pas de sitôt. Les ministres Claude Turmes et François Bausch viennent de l'assurer, chacun avec ses (bonnes) raisons.
Workers repair electricity pylons and wires damaged during an earthquake in February, in a rural area near Santiago May 26, 2010. The 8.8-magnitude earthquake on February 27 was one of the world's most powerful in a century and killed more than 700 people. REUTERS/Ivan Alvarado (CHILE - Tags: DISASTER SOCIETY EMPLOYMENT BUSINESS IMAGES OF THE DAY)
Après l'ACL, voilà l'Union luxembourgeoise des consommateurs qui suggère au gouvernement luxembourgeois de ne pas appliquer son impôt carbone en janvier prochain. Question de défense du pouvoir d'achat des ménages.
18.08.04 , bidons, essence, coffre voiture, photo: Marc Wilwert
Le Grand-Duché, mais aussi l'Allemagne et sept autres pays de l'UE, ont signé une déclaration commune face à la réforme du marché de l'électricité européen, qui est réclamée par la France pour découpler prix de l'électricité et du gaz.
An electrician repairs damaged high-voltage transmission lines near Bad Tennstedt, eastern Germany, Friday, Jan. 19, 2007, after a storm hit Germany on Thursday leaving at least 10 people dead and injured scores of others.  (AP Photo/Jens Meyer)
Le ministre écologiste de l'Energie vient d'écrire un courrier aux commissaires européennes Vestager et Simson suite à la hausse significative du prix du gaz naturel et de l'électricité. Leur est notamment demandé de bien veiller à ce que le marché intérieur de l'Union soit suffisamment approvisionné.
Le cours du gaz et de l'électricité ne cesse de grimper sur les marchés mondiaux. Et pas de raison que les abonnés luxembourgeois n'échappent à la hausse. Mais de là à ce que cela change les habitudes des ménages, il y a un pas, selon l'expérience de l'Institut luxembourgeois de régulation.
L'an dernier, seul un résident sur 1.000 a fait le choix de confier son alimentation électrique à un nouveau prestataire. Pourtant, à consommation égale, l'Institut luxembourgeois de régulation affirme que certains choix peuvent entraîner de belles réductions de facture.
Le compteur intelligent permettra de mieux gérer les temps de distribution et donc de production d'énergie.