Changer d'édition

Des aides à la carte pour bars et restaurants
Luxembourg 3 min. 16.12.2020

Des aides à la carte pour bars et restaurants

Parmi les bouées de sauvetage trouvées, la Mutualité des employeurs prendra en charge 100% (et non plus 80%) des coûts des salariés qui ont dû se placer à l'isolement ou en quarantaine.

Des aides à la carte pour bars et restaurants

Parmi les bouées de sauvetage trouvées, la Mutualité des employeurs prendra en charge 100% (et non plus 80%) des coûts des salariés qui ont dû se placer à l'isolement ou en quarantaine.
Photo : AFP
Luxembourg 3 min. 16.12.2020

Des aides à la carte pour bars et restaurants

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A défaut de pouvoir rouvrir leurs établissements avant le 15 janvier, restaurateurs, cafetiers et hôteliers bénéficieront de soutiens et d'aménagements financiers de la part de l'Etat.

Un peu de beurre dans les épinards : voilà longtemps que les gérants de bars, hôtels et restaurants en rêvaient. Et au terme d'une année d'activités mise à mal par les mesures sanitaires, le gouvernement a choisi d'aller dans le sens de la profession. Et François Koepp, secrétaire général de la Fédération Horeca en est le premier satisfait : «Je crois que les dirigeants ont compris que personne n'avait d'intérêt à la mort subite de notre secteur. A 90% nos revendications ont été satisfaites.»


Lokales,Wie Gastronomiebetriebe und Cafés auf die Verlängerung des Lockdowns reagieren,hier:Restaurant ROMA, Inhaber Guiseppe Parrino,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les restaurants tentent de sauver la fin d'année
Alors que le secteur de l'horeca devra garder portes closes jusqu'à la mi-janvier, les restaurateurs essaient de garder la tête hors de l'eau. Mais si la période est habituellement chargée, cette année, les alternatives ne font pas suffisamment recette.

Avant l'heure, voilà donc les ministres du Travail, de l'Economie et des Classes moyennes et de la Sécurité sociale jouant aux Pères Noël. Avec dans leurs hottes de quoi éviter à bien des établissements de restauration, d'accueil touristique et autres débits de boisson de mettre la clé sous la porte dans les semaines à venir. «Nous étions déjà un dommage collatéral de ce virus, nous pourrons éviter d'en être définitivement les victimes avec les mesures accordées», souffle François Koepp.

Lex Delles avait déjà parlé de la prise en charge d'une partie des frais fixes pour les établissements les plus en difficultés, le gouvernement va plus loin. Ainsi la loi qui sera votée cette semaine assurera le remboursement -en fonction de la taille de l'entreprise- de 70% ou 90% des coûts liés au loyer, à l'énergie ou aux salaires. Et cela se traduira expresso. Une fois le vote des députés acquis, un formulaire de demande sera mis en ligne et les premières compensations versées «encore en décembre».

De l'urgence, pour ce secteur en danger, il y en aura aussi plus dans le traitement des dossiers de chômage partiel, promet aussi le gouvernement. Après réception par l'administration des décomptes mensuels, le remboursement des 80% de salaires tombera dans les deux à trois semaines suivantes. Contre six semaines auparavant... De quoi éviter des trous dans les trésoreries mises à mal. 

La Mutualité des employeurs a choisi, elle aussi, de faire un geste. Toutes les entreprises pourront ainsi bénéficier d’un remboursement à hauteur de 100% (au lieu de 80%) pour la rémunération des salariés ayant été contraints de se placer en quarantaine ou à l'isolement. Cerise sur le gâteau, «cette mesure sera appliquée de manière rétroactive à compter du 1er juillet 2020».   

Pas de rentrée financière 

De la tolérance, le ministère des Finances en apportera, lui, notamment dans les demandes d'encaissement de TVA ou les avances d'impôts à régler. Et en matière de sécurité sociale, une suspension du recouvrement forcé des cotisations sociales pendant la fermeture des entreprises visées a été actée. De quoi éviter une dépense supplémentaire pour des sociétés n'ayant pour la plupart plus de rentrées financières depuis la fermeture administrative décidée fin novembre. «Il ne faut pas oublier que sur les douze derniers mois, nous avons perdu au bas mot plus de cent jours d'activités», rappelle le secrétaire général de l'HORECA à ceux qui estimeront l'Etat trop généreux avec le secteur.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Coup de pouce supplémentaire pour les indépendants
Alors que la pandémie se poursuit, le gouvernement a annoncé jeudi mettre en place des initiatives complémentaires visant à alléger la charge financière des employeurs et travailleurs indépendants en matière de cotisations sociales.
Les demandes d'indemnisation pourront être faites dès la semaine prochaine.
L'Horesca demande plus de compensations
Les représentants de l'hôtellerie-restauration ont envoyé un courrier au gouvernement réclamant de nouvelles aides. Une bouteille à la mer pour un secteur touché, mais qui ne veut pas couler.
Flüchtling Alsaleh Wesam eröffnent inmitte der Pandemie ein Restaurant
La forêt, un garde-manger pour le chef René Mathieu
Récemment récompensé pour sa démarche 100% végétale, le chef de La Distillerie à Bourglinster revient sur la spécificité de sa cuisine, dont la démarche se nourrit d'une réflexion sur le réchauffement climatique et la préservation des ressources.
René Mathieu